La sombre affaire du centre de Sames

jeudi 18 septembre 2014 - Aquitaine

  • imprimer

C’est une affaire de plus qui secoue le centre de valorisation de Sames. Depuis plusieurs mois, le « collaborateur attributaire » de l’ANAA (statut stipulé dans le cahier des charges de l’Association s’agissant du cavalier installé au centre de valorisation), Yannick Besse, fait polémique.

sames carrière largeL
sames centre largeL
sames cheval largeP
sames carrière largeL

previous video next video

Son installation en 2012 était déjà source de nombreuses interrogations mais aujourd’hui c’est sa capacité de soins aux chevaux qui est fortement remise en question. Depuis juin 2012, les chevaux sous la responsabilité de Yannick Besse ont fait l’objet de plusieurs signalements auprès de la Direction Départementale de la Protection des Populations. L’origine de ces réclamations étant la séquestration des équidés encore présents dans les lieux. Il semblerait que depuis octobre 2013, deux chevaux et trois poneys résident jours comme nuit enfermés dans leurs boxes. Les écuries du centre de valorisation sont fermées et cadenassées en permanence, c’est le premier constat que fit le voisinage – les locaux du centre de valorisation sont situés entre les écuries du cavalier de complet Gilles Pons et le Haras de Sames. Puis, il a également été constaté la maigreur et la faiblesse des chevaux, cependant aucune décision ne fut prise, ni du côté de la protection animale ni du côté du cavalier, Mr Besse, du locataire, l’ANAA, ou des propriétaires, la mairie de Sames. Mais l’un des deux chevaux est mort récemment, un jeune Anglo-arabe enlevé par l'équarrisseur le 1er septembre dernier. L’affaire est donc relancée, une perquisition a eu lieu la semaine dernière, Yannick Besse fait l’objet d’un suivi et la gendarmerie possède maintenant une clé des écuries.

Cette triste affaire relance le débat sur la mauvaise gestion du centre de Sames par l’ANAA, sujet pour lequel le président Jean- Marie Bernachot est régulièrement pris à partie. A l’origine pensé pour aider les éleveurs (d’Anglo-Arabes en particulier) dans leur travail quotidien et dans la promotion de leurs produits, ces infrastructures (15 boxes, un manège Toubin&Clément, une carrière Lastik…) bâtis grâce à des Fonds Publics devaient profiter à tous. Chaque éleveur était censé pouvoir bénéficier de ces locaux fonctionnels pour le débourrage et l’entrainement de ses chevaux, et chacun devait être libre d’avoir son propre cavalier. L’organisation de concours d’élevage, de ventes faisait aussi partie du cahier des charges. Ces revendications sont portées depuis plusieurs années par l’Amicale des Eleveurs d’Anglo-Arabe. Avec à ce jour, trois faibles équidés (dont deux poneys) dans les locaux et une structure visiblement laissée à l’abandon, le dessein de l’ANAA de faire du centre de Valorisation de Sames un lieu privilégié pour le développement de la race anglo-arabe n’est pas atteint, loin s’en faut…
 

A la minute où nous bouclons cet article nous apprenons que le dernier cheval restant ainsi que les trois poneys ont été retirés du centre cette nuit. Les conditions du déplacement (par qui ? et où ?) ne  sont pour le moment pas connues

Claire Marquebieille

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr