Passage de relais à Fleurbaix
lundi 27 mars 2017

Candice  Patout et de Philibert Perraudin.
Candice Patout et de Philibert Perraudin. © coll

En juillet, les écuries de l’Alloeu, situées à Fleurbaix (62), changeront officiellement de propriétaire. Après 17 ans d’exercice, Yannick Courdent, cavalier professionnel et enseignant, donnera les clefs de la structure à Candice Patout, 26 ans.

Je ne suis jamais allé travailler en traînant des pieds, indique le Nordiste. Mais je pense avoir fait le tour du métier et je veux désormais avoir davantage de temps à consacrer à mon épouse Mélanie et à mes trois enfants. Les cours en semaine, la compétition les week-ends… La gestion d’un centre équestre est extrêmement chronophage. Et puis j’avais envie de me lancer de nouveaux défis”. Le couple, qui pourrait changer de région, aimerait acquérir un domaine pour proposer gîtes ou chambres d’hôtes, en gardant une petite partie élevage de chevaux de sport. “Si je ne tourne pas la page maintenant, alors que l’occasion se présente, je ne le ferai jamais”, sourit Yannick. Originaire de la région lilloise, c’est donc la jeune Candice Patout qui reprend le flambeau et la structure dans son intégralité. “Les trois salariés  resteront aux écuries, détaille Yannick. C’était une condition sine qua none”. Passionnée par l’équitation, Candice a démarré la compétition relativement tard, mais s’est rattrapée depuis. “J’ai monté trois ans chez Julien Anquetin, précise-t-elle. J’y ai fait la connaissance de Philibert Perraudin, instructeur, qui va également travailler avec nous à Fleurbaix”. Candice Patout est diplômée d’une école de commerce et compte se servir de sa formation pour gérer la structure. “Je serai épaulée par mon père, Denis Patout, qui travaille à Lille dans le secteur de l’immobilier”. Cavalière de saut d’obstacles en catégorie amateur, Candice souhaite développer la partie coaching en compétition. “On va bien sûr garder toute l’activité mise en place par Yannick parce que ça fonctionne bien, indique la gérante. Mais j’aimerais permettre aux cavaliers qui le souhaitent d’être vraiment bien suivis lorsqu’ils souhaitent entrer sur le circuit amateur”. Philibert se consacrera davantage à la partie enseignement, tandis que Candice souhaite davantage s’attacher à la formation des chevaux.