Des cavaliers prestigieux en formation à l’ENE

mardi 05 février 2013

  • imprimer

Les cavaliers olympiques de saut d’obstacles Kevin Staut, ancien numéro 1 mondial, et Pénélope Leprévost ont participé avec 10 autres cavaliers à une formation d’entraîneurs organisée au profit des cavaliers de haut niveau ou experts désignés par la fédération française d’équitation.

le groupe des stagiaires largeL

Christine Marquenet

Un groupe des stagiaires VIP à Saumur

Le cavalier du Pôle France Jeunes de l’école nationale d’équitation, Pierre Touzaint, neveu du double champion d’Europe de concours complet Nicolas Touzaint, avouait « J’ai les yeux qui ont brillé pendant deux jours… » Il est vrai que côtoyer, à 19 ans, Lucien Gruss, Isabelle Pinto ou encore Sophie Bienaimé, tous dresseurs prestigieux de chevaux destinés au spectacle, des cavaliers de haut niveau en concours hippique ou en dressage et des entraîneurs de référence est un véritable enrichissement.

Un diplôme d’entraîneur à l’horizon

La raison du regroupement de personnalités équestres aussi diverses est leur participation à une formation au diplôme d’entraîneur(DEJPS), l’un des passages indispensables pour pouvoir enseigner contre rémunération. Interrogé sur cette formation, Kevin Staut confiait avoir été en particulier intéressé par l’intervention de l’écuyer du cadre Noir Nicolas Sanson : « Cette intervention m’a fait prendre conscience que mes commentaires aux cavaliers sont essentiellement d’ordre technique et que j’aborde rarement des sujets comme la préparation du cavalier face à des échéances particulières ou la façon dont on peut assurer le suivi vétérinaire des chevaux… » Visiblement enchantés par les échanges entre les formateurs et les autres participants, les stagiaires se retrouveront à plusieurs reprises en terre saumuroise avant l’obtention de leur diplôme.

Fautras Équestre
Fabricant de vans et camions pour chevaux
Theault
Spécialiste du transport pour chevaux depuis 1924
Laboratoires Audevard
Ce qui nous rassemble, la santé et la performance du cheval.
  • imprimer

0Commentaires

PHILIPPE G | 07/02/2013 12:47
Je ne voulais sûrement pas réduire ce que vous pensez à ce que vous écrivez dans votre commentaire, en fait il s'agit d'un exercice difficile. Et ce n'est pas tant le constat que vous faites, et que beaucoup de gens de bonne volonté partagent, qui pose problème mais plutôt, et je vais donner l'impression d'insister, qu'il n'y a plus de réponses, plus de propositions techniques crédibles et "collectives" apportée par ceux qui devraient le faire. Toutes les considérations qui se substituent à un vraie formation de cavalier avant celle d'enseignant ne font que le jeu d'une "ingénierie" pédagogique, sur fond de comportementalisme, qui a perdu de vue depuis longtemps, pour des raisons multiples et complexes, qu'il ne peut y avoir d'enseignement sans quelque chose à transmettre. C'est le sens de ma remarque sur la réaction de K. Staut à la proposition qui lui est faite pour "améliorer" sa relation pédagogique. Votre commentaire, M. Karim K, est une occasion de réagir et peut être de faire réagir. Dans ce sens là cet échange devient utile mais bien sûr pose beaucoup d'autres questions (exemples: 1La technique (indéniable) des cavaliers de haut niveau est-elle celle qu'il faut distiller aux enseignants? si oui, pourquoi ? comment ? par qui ?, 2 Ces mêmes cavaliers de haut niveau sont-ils les mieux placés pour le faire, 3 Y a-t-il un espace, une alternative possible entre une équitation de masse qui risque de ne bientôt même plus apporter son lot de satisfaction et une équitation sportive de compétition qui en substance "fabrique" plus de perdant qu'elle ne consacre de vainqueurs, 4,5,6.....).
Ph. GUYONNET - Instructeur
ELODIE A | 06/02/2013 22:04
Je n'ai jamais dit que les enseignants sont responsables de leur faible niveau technique. Mais lorsqu'ils entrent en pré-formation avec un galop 4, il ne peuvent pas faire des miracles 18 mois plus tard.
Ils rêvent tous d'être meilleur.
Donnons leur la possibilité de progresser.
L'ENE devrait être là pour ça et non pas pour remplacer la fédération dans sa mission de préparation de l'équipe de France de complet.
PHILIPPE G | 06/02/2013 18:42
Le problème dans le commentaire qui précède, anonyme bien sûr, c'est de faire un constat en partie vrai mais un peu facile. En partie, parce que si effectivement il y a un gros problème de formation on peut parler de pauvreté c'est sûr, de médiocrité peut-être, mais dire que les enseignants sont mauvais c'est leur faire endosser une responsabilité trop grande et sans doute injuste et c'est être aussi un peu injurieux.
La solution qui consisterait à former de nouveau les "moniteurs" à Saumur est sans doute une piste mais si c'est pour tomber dans le travers de la préparation mentale et du suivi vétérinaire parce qu'on est plus en mesure de proposer de la technique, car c'est quand même ça qui fait défaut, alors il faut réfléchir à autre chose, comme par exemple de réserver des places de formation continue dans les centres de formation pour améliorer les compétences des "moniteurs" en place plutôt que de les abandonner "sur le marcher". Il faudrait stopper la formation productive momentanément pour lui substituer une re-formation constructive du corps enseignant en place. Voila un vrai enjeu politique de réforme. Et puis, tout de même, si quelqu'un va travailler avec K. Staut c'est sans doute plus pour essayer de parfaire sa technique que pour savoir si son cheval est à jour de ses vaccins ou un peu raide parce que son boxe était aux courants d'air. Je vous le dit M. Staut laissez cette prise de conscience de coté, et laissez ses sujets à M. Sanson, et continuer à parler de technique.
Philippe GUYONNET- Instructeur.
ELODIE A | 06/02/2013 11:52
Le jour ou tous les moniteurs de France seront à nouveau formés à Saumur, la France sera en bonne voie pour sortir de la pauvreté et de la médiocrité de son enseignement.
Le pire, c'est quand de mauvais enseignants qui ont quelques années d'expérience, forment à leur tour les futurs enseignants .... où va t'on M. Serge Lecomte ?


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr