Les assises de la filière équine : Aujourd’hui, c’est déjà demain !

jeudi 19 octobre 2017 - Pays de la Loire

  • imprimer

Plus de 400 personnes ont participé à la 4e édition des assises de la filière équine organisées au centre des congrès d’Angers, le mercredi 18 octobre.

assises filière largeL

Christine Marquenet

assises filière largeL

Christine Marquenet

previous video next video

Comme le déclare  François Hallopé, président de Turfcom et animateur de ces assises : « Aujourd’hui, c’est déjà demain ! Le rythme de notre société ne cesse de s’accélérer… Dans un contexte économique complexe, les acteurs de la filière doivent être mieux formés  anticiper les changements et se montrer innovants. » Le ton était donné et les intervenants ont  présenté leurs études, conclusions ou propositions avant de répondre aux participants.

 Diminution des équitants et des paris

Le thème « A cheval entre négatif et positif » a été l’occasion de rappeler la  baisse du nombre de licenciés à la FFE qui est passé de plus de 700 000 en 2012 à moins de 650 000 en 2017. Une baisse qui s’explique par la diminution du pouvoir d’achat des ménages et touche particulièrement la catégorie des juniors. En contrepartie, le nombre de compétiteurs n’a cessé de croître jusqu’en 2 016. De nouvelles disciplines équestres sont apparues et, la pratique à pied, en particulier grâce au courant de l’éthologie, s’est développée. Dans le secteur des courses, la diminution des paris a été très sensible même si cette année, les paris en ligne sont en augmentation. Dans les points positifs, la qualité de l’élevage a été mentionnée à plusieurs reprises.

Création d’entreprise : Faire les bons choix

Concernant la création d’entreprises équestres, la définition du projet, les études de marché, savoir s’entourer de « compétences », assurer un suivi, prévoir des ajustements, mettre en place une équipe ont été largement évoqués. Et, au-delà de la motivation du créateur d’entreprise, le projet doit se construire en prenant en compte les besoins des clients… Plus tard dans la journée, Jean Michel Pinel, directeur des formations au sein de l’institut français du cheval et de l’équitation, a insisté sur l’importance de l’éventail des compétences à acquérir pour satisfaire chaque client et le fidéliser, un gage de réussite !

Diversifier ses activités                          

Aude et Rodolphe Scherer, ont présenté la diversification de leurs activités au haras des Presles à Challans. Rodolphe l’explique : « Etre cavalier de haut niveau en concours complet ne suffit pas. Pour vivre, il faut se diversifier. Notre structure comprend l’école d’équitation, les évènements équestres, le secteur du haut niveau avec un centre d’entraînement qui accueille, entre autre, des cavaliers asiatiques, mais aussi un gite. »

Les surprises des Assises de la filière équine

Il est bien sûr difficile de rapporter l’intégralité des interventions de cette journée à la fois riche et dense. Quelques réflexions ou éléments innovants ont particulièrement retenus notre attention :

Le cheval est un très bon outil de communication, il n’est souvent pas assez utilisé dans le cadre du sponsoring

Une étude présentée par Sylvie Doaré, a montré que le Mondial du Lion d’Angers génère 2.5€, pour 1€ investit dans l’organisation (Pour les Jeux équestres mondiaux 1€ a généré 1.25€).

Les chevaux de course sont parfois vendus en ligne. Un cheval a été vendu 800 000€, sachant que les acheteurs potentiels sont clairement identifiés et que leur solvabilité est soigneusement vérifiée. Bien sûr, un dossier très complet  du cheval est à disposition des acheteurs, en ligne… Enfin, après chaque enchère, l’heure de la fin des transactions est  reculée de 20 minutes…

Les courses de poneys (galop, haies, cross et trot) se développent sur les hippodromes  et les courses « point to point » ont fait leur apparition en France. Très spectaculaires, ces courses « d’un point à un autre » comprennent une vingtaine d’obstacles naturels.

L’entreprise Chevalait commercialise du lait bio de jument. Un lait qui convient en particulier à des bébés allergiques ou des personnes atteintes de psoriasis. L’autre avantage est de sauver des races de chevaux de trait. Ces derniers trouvent par ailleurs des débouchés dans certaines villes comme St Gilles Croix de Vie qui les utilisent pour nettoyer les plages…

Les journaux s’invitent sur internet à l’image du quotidien Jour de  galop ou France Sire.

Des solutions innovantes (caméras embarquées, utilisation de drones, capteurs…) ont été proposées pour présenter des vidéos plus spectaculaires des « chevaux en action » et mieux les suivre lors de la retransmission des courses sur les hippodromes. En Suède, les solutions mises en place ont d’ailleurs permis de ré-augmenter à la fois le nombre de spectateurs et les paris  (après une nette diminution de 5.6%).

D’autres innovations viennent en aide aux cavaliers, soigneurs et entraîneurs pour améliorer le suivi et l’entrainement des chevaux. Rappelons que de nombreux objets connectés seront présentés dans le cadre du Salon du Cheval d’Angers du 10 au 12 novembre

Christine Marquenet

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 91 Philippe Mull et Alexis Goury

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr