Les journées du complet : Des informations riches et variées

mardi 24 novembre 2015

  • imprimer

France Complet a organisé, à Saumur, deux journées de conférences et démonstrations autour de la discipline du concours complet. Des intervenants de qualité, vétérinaires, cavaliers de haut niveau, entraîneurs, fabricant de selle et même psychologue se sont succédé au micro, dans l’amphithéâtre de l’école nationale d’équitation ou dans un manège.

Journée du complet largeL

Christine Marquenet

Journée du complet largeL

Christine Marquenet

previous video next video

Le cross indoor disputé, samedi soir, par 14 cavaliers a été suivi par près de 1 000 personnes dans une ambiance très chaleureuse, voire électrique.  C’est Romane Yacovleff (Non Possumus) qui s’est imposée devant Maxime Livio (Buster), Rodolphe Scherer (Pégase du Gevaudan) et Nicolas Touzaint (Lesbos).

Nous avons extraits de ces différentes interventions quelques éléments de réflexion

La visite d’achat : un bilan qui fait date, ce jour-là…

Sébastien Caure, vétérinaire, a évoqué la visite d’achat et l’importance pour l’acheteur de s’interroger sur un certain nombre de points : les objectifs de l’utilisation du cheval, son physique,  son historique, les risques, et ses aptitudes. Tous les modes d’investigations ont été présentés mais deux conseils ont été donnés : l’acheteur doit choisir le vétérinaire qui fait la visite d’achat et il est important qu’il soit présent pour observer le comportement du cheval et pouvoir poser des questions au vétérinaire ou mais aussi au propriétaire.  Le prélèvement sanguin peut s’avérer nécessaire, comme contrôle antidopage ou dans l’éventualité d’une exportation du cheval aux USA (test de piroplasmose).

Il conseille d’éviter de faire des règles avec des cas particuliers. A titre d’exemple, un cheval qui a des mauvaises radios de pied et qui fait une bonne carrière sportive en CSO reste un cas particulier…

Jacques Jeangirard (assureur chezCavalassur)  intervenait à ses côtés. Ila évoqué l’importance d’avoir des informations précises et complètes qui font date au moment de l’achat. Il précise également: « 20% des litiges concernent le comportement du cheval et son utilisation ».

De son côté Olivier Geffroy a présenté le protocole qu’il utilise pour détecter les boiteries et a présenté les principaux problèmes locomoteurs des chevaux de CCE

Le travail des jeunes chevaux : « éduquer par des exercices… »

 Serge Cornut intervenait le travail du jeune cheval  sur le plat. Il a beaucoup insisté sur la nécessité d’éduquer par des exercices et des mouvements, et, de baser son équitation sur le fonctionnement du cheval (tout comme Arnaud Boiteau dans une autre intervention). Il a rappelé  également l’importance d’obtenir progressivement de la flexion sans raccourcir le cheval. Un travail sur les barres au sol, installées sur une courbe, a été présenté avec des chevaux de quatre ans qui les ont franchies au pas au trot. Mais, ces exercices sont évolutifs et se combinent avec d’autres exigences comme un départ au galop en sortant du dispositif.

Rodolphe Scherer qui intervenait sur le travail des jeunes chevaux à l’obstacle était visiblement dans le même état d’esprit, rappelant l’importance de ne pas bruler les étapes et d’être rigoureux : « Vous ne devez pas négliger les transitions et vous devez avoir la même application à toutes les allures. On néglige beaucoup trop souvent le pas. » A l’obstacle, avec des jeunes chevaux, il préconise de sauter  d’abord au trot, souvent, petit et peu d’obstacles lors de chaque séance. Par ailleurs, il conseille de faire sauter aussi au jeune cheval des petits oxer au trot « pour que le cheval apprenne à mettre les genoux devant. En plus, çà capte son attention… »

Rodolphe Scherer  a aussi fait la différence entre le cavalier malin et le cavalier intelligent : « Le cavalier malin est celui qui se sort de la merde et, le cavalier intelligent est celui qui ne s’y met pas… » A méditer…

Le contrôle antidopage : Le risque zéro n’existe pas

Pour Franck Messialle, vétérinaire,« Le risque zéro n’existe pas mais une gestion rigoureuse limite les risques… Et  les délais d’absorption des médicaments restent approximatifs».  Il invite les cavaliers à interroger les fabricants d’aliments ou de compléments alimentaires et les pharmaciens sur la présence de produits qui pourraient rendre un contrôle antidopage positif. Par ailleurs, il  insiste sur la gestion des écuries, du personnel et en épreuve. Eviter les changements de boxes ou désinfecter soigneusement, ne pas uriner dans les boxes ou dans les camions, contrôler les boxes loués lors d’une compétition, vérifier les seaux utilisés etc… sont autant de conseils délivrés par ce spécialiste

La préparation et récupération du cheval de CCE

Fe Ter Woort, jeune vétérinaire installée en Belgique, a passé en revue tous les risques de santé qui concernent plus couramment les chevaux de CCE : Les ulcères gastriques liés surtout au mode de vie des chevaux, les coliques, les myopathies et toutes les pathologies des systèmes respiratoires et cardiaques. Parmi ses conseils, on retiendra l’importance d’évaluer le cheval au repos mais aussi à l’effortet, la nécessité de faire des bilans réguliers.

L’histoire du CCE : Des changements qui ont conduit à mieux dresser les chevaux et à améliorer leur qualité

André Le Goupil, premier champion de France «civil » de concours complet, en 1961, a évoqué les débuts de la discipline avec des obstacles très naturels : « On taillait les haies à la cisailles pour faire un obstacle et on mettait un bout de chiffon rouge et blanc pour le matérialiser… » De son côté Marie Christine De Laurière (ex Duroy) a évoqué les grands changements avec l’arrivée des directionnels, l’apparition des changements de pied dans les reprises de dressage, la suppression des routiers et du steeple et l’apparition des formats courts.

Par ailleurs, d’autres thèmes ont été abordés :

Concernant le sponsoring, l’accent a été mis sur le fait que le sponsor doit « s’y retrouver ». « Le cavalier doit être respectueux de son sponsor. Il doit porter l’image du sponsor et être respectueux de l’organisation, des juges... »a défendu Michel Asseray, après l’intervention d’Orlane Hillereau

Concernant la santé psychique des professionnels au travail : « Dans le monde du travail, les exigences sont de plus en plus élevées, il faut faire toujours plus avec moins de moyens… Nous avons tous besoin de reconnaissance. Il peut y avoir des frustrations au travail. Il faut pouvoir échanger avec ses pairs et se faire aider si besoin par des professionnels» a expliqué Harold Gential. « On se porte bien lorsqu’on porte la responsabilité »…

L’importance d’utiliser une bonne selle pour une équitation juste a fait aussi l’objet d’une intervention.

Sur place, Christine Marquenet

previous video
next video
  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 75 Simon Le Vot

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr