Nicolas Blondeau, homme de l’année
jeudi 07 décembre 2017

Blondeau Nicolas
Déjà récompensé à plusieurs reprises, Nicolas Blondeau a été sacré Homme de l'année. © Photo Christine Marquenet

Le Saumurois Nicolas Blondeau, grand spécialiste du débourrage des équidés, auteur de plusieurs ouvrages et responsable de l’Ecole Blondeau installée à Saint-Hilaire-Saint-Florent (49), a été nommé « Homme de l’année pour le secteur de la formation » par le magazine L'Eperon. Une récompense remise début décembre, au Salon du Cheval.

Nicolas Blondeau a déjà été honoré à plusieurs reprises. En 2006, il avait notamment reçu la médaille vermeil de l’Académie d’Agriculture de France, en reconnaissance de ses « travaux récents et encore peu connus mais dont il apparaît déjà clairement qu’ils auront des conséquences importantes ». En 2013, il avait reçu le mérite agricole des mains du général Durand, ancien écuyer en chef du Cadre Noir.

Le bien-être animal en ligne de mire

Comme Nicolas Blondeau aime à la rappeler, sa méthode a pour ambition de « simplifier la vie des hommes et la rendre agréable aux chevaux ». Depuis octobre 2016, un partenariat a même été établi avec l’INRA sur un programme de travail autour du bien-être animal, dans le cadre du « travail avec le cheval ». Depuis 2005, il reçoit dans son école des jeunes chevaux pour y être débourrés et des stagiaires qui apprennent à les travailler, aussi bien à pied que montés.

Une seconde école Blondeau en Normandie

La méthode Blondeau, plébiscitée à la fois dans le monde des chevaux de course et de sport, prend un nouvel essor. « Depuis le mois d’octobre, nous avons constitué une deuxième équipe pour animer notre nouvelle école Blondeau installée sur l’hippodrome Clairefontaine, à Deauville, explique Nicolas Blondeau. Entre le site saumurois et normand, nous avons débourré 150 chevaux depuis le mois d’octobre, dont 80 % de chevaux de course. Nous sommes aidés par la région Normandie, qui est très intéressée pour développer un Pôle d’exception autour du cheval à Goustranville. Nous allons en effet rejoindre l’enceinte du CIRALE (centre d'Imagerie et de Recherche sur les Affections Locomotrices Equines, mondialement reconnu pour l'étude de la pathologie ostéo-articulaire et musculo-tendineuse du cheval, ndlr), tout comme l’école vétérinaire de Maisons Alfort et nous y aurons 40 boxes à disposition. »