Libre circulation internationale des chevaux : un accord important
mardi 16 juillet 2013

transport-cheval
Ph. Cosinus Prod

La libre circulation des chevaux est un impératif qui s'accroît à la mesure de l'internationalisation des courses, mais elle se heurte ici et là à de multiples et préjudiciables obstacles en termes de protocoles d'import-export, variables selon les positions d'autorités sanitaires nationales qui sont susceptibles de multiplier les sas, quasi unilatéralement.

Un notable exemple en a été donné par l'Australie, lors de la grande épidémie de grippe de 2007, dont ont émané des mesures radicales - et éventuellement contestables, notamment de la part du Japon, auquel la porte demeure pratiquement fermée. Afin d'harmoniser les règles et de dépasser les particularismes injustifiés, la Fédération Internationale des Autorités Hippiques (IFHA), présidée par Louis Romanet, vient d'allier ses forces avec la non moins puissante World Animal Health Organisation (OIE), afin de trouver les solutions à tous ces obstacles qui s'opposent à la libre circulation des chevaux dans le monde. C'est le préalable de l'accord de coopération qu'elles ont signé le 10 juillet. La traçabilité et l'identification sont effectivement totalement maîtrisés dans les races génétiquement fixées et suivies, suggérant que le régime qui leur est imposé en termes de contrôle et de quarantaines bénéficie de dispositions spécifiques, qui dégage au maximum la voie devant les “HPH” (High Performance Horses), sigle retenu par l'IFHA et l'OIE.

Et retrouvez toute l'actualité des courses sur Paris-turf.com