AG de la FEI : l’endurance et Haya au cœur des discussions

mercredi 06 novembre 2013

  • imprimer

L’AG de la FEI qui a commencé, lundi, à Montreux (Suisse) et se terminera demain était enfin, hier et contrairement aux promesses, ouverte à la presse. Une session qui n’a manqué d’intérêt puisqu’elle concernait les dérives de l’endurance.

fei ag La réunion endurance largeL

Edouard Curchod/FEI

La réunion endurance à Monreux

Deux bonnes heures pour entendre les conclusions du Comité stratégique de planification de l’endurance Présidé par l’Anglais Andrew Finding, habile meneur s’il en est. Après un exposé statistique des cas de dopage et des forfaitures où il apparaissait clairement qu’ils étaient le fait de cavaliers du groupe 7 de la FEI, à savoir le Moyen Orient (Dubaï (UAE), Abu Dhabi, Bahrein et dans une moindre mesure le Qatar et le Koweit) les quatre membres du comité ont pris la parole. Objectif redresser la barque d’une discipline qui a grandi trop vite et qui n ‘était pas suffisamment armée pour résister aux tentations…
C’est que la grande presse, en Angleterre, en Allemagne  en Suisse, (Le Monde en France) s’est fait l’écho des affaires visant par exemple les écuries du Cheikh Al Maktoum tant en courses de plat qu’en endurance.
Chacun des quatre intervenants a défendu une option forte visant à redresser le plus rapidement possible la barque. Ainsi la France, pays leader en la matière, a t’elle la chance d’avoir un représentant dans le dit comité : Jean Louis Leclerc. Ancien entraîneur de l’équipe nationale, vétérinaire, ce dernier a plaidé pour un programme d’éducation des cavaliers, à ses yeux gage de probité. Il a été suivi en ce sens par l’Australien Brian Sheahan qui insistait, en revanche, sur la formation des « officiels » dans lesquels sont inclus les membres du jury, les stewards mais aussi les vétérinaires. Il semblerait en effet que le manque de rigueur ou l’inclinaison à se laisser « acheter » par des concurrents sans scrupules, mais pas sans ressources, soit l’une des causes du mal.
Saeed Al Tayer Président et Directeur Général de l’hippodrome de Meydan mais aussi vice Président du Club hippique de Dubaï et responsable des courses plates et d’endurance pour l’émirat s’est exprimé lui en vidéo conférence. Son point de vue et sa solution pour éradiquer les dérives serait de responsabiliser et de sanctionner les entraîneurs. Curieux et complexe. Mais en même temps le cœur du problème. Pour les occidentaux l’endurance est clairement un sport équestre et donc c’est bien le cavalier qui est responsable de sa monture et garant du respect à son égard. Les passionnés du Golfe voient pour leur part l’endurance comme les courses de chameau ou de chevaux. Ils ne parlent plus de cavaliers mais de jockeys puisque la responsabilité devrait être transférée à leurs yeux sur les entraîneurs… Tout un programme qui risque de faire débat à la FEI, laquelle va devoir choisir ! Veut on la même chose en saut d’obstacles ou en dressage ? Chaud, chaud !

Haya et le troisième mandat !
Car en toile de fond de cette Assemblée Générale il y a l’élection à venir, après les Jeux Equestres Mondiaux en Normandie en Août 2014, à la Présidence de la FEI. Une charge que finira d’assurer en 2015 la Princesse Haya de Jordanie, épouse du Cheikh Mohamed Ben Rachid Al Maktoum, passionné d’endurance et champion du Monde en 2010. La Princesse Haya a en effet assuré à Barcelone, en septembre, lors de la finale du circuit des Coupes des Nations Furrusiya, qu’elle ne briguerait pas un troisième mandat. Une décision conforme à sa « philosophie » puisque c’est à sa demande que fut introduite, dans les statuts, après sa première élection à Kuala Lumpur, cette limitation à deux exercices. Las, il semblerait que cette perspective ne fasse pas l’affaire de tous. La rumeur circulait hier qu’un groupe de nations tenterait, ce jeudi après midi, de faire voter une première motion visant à autoriser une révision des statuts. Bref, une brèche qui permettrait dans un deuxième temps de revenir, sur la limitation des mandats… Puis dans un troisième… D’appeler la Présidente sortante à se représenter. La ficelle est grosse. Haya qui est à la limite du conflit d’intérêt avec la crise de l’endurance ou son mari est en première ligne, mais qui a aussi su faire preuve de hauteur et d’efficacité notamment en renforçant l’image et la place de l’équitation au programme des Jeux Olympiques, peut elle se permettre de se prêter à un tel jeu ? 
 
 

A Montreux, Xavier Libbrecht

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr