Changement de main au Grand Parquet
lundi 04 décembre 2017

Agathe Jolly
La dynamique Agathe Jolly est aux commandes du Grand Parquet depuis le 1er octobre dernier. Un vrai challenge en perpective ! © Photo Béatrice Fletcher

Le 1er octobre dernier, Agathe Jolly, 40 ans, a été nommée directrice du Grand Parquet en remplacement d’Eric Dussollier, qui s’est dirigé vers d’autres projets.

La mission de la nouvelle directrice est claire, il s’agit de gérer le site dans sa totalité, de mettre à disposition des infrastructures en bon état de fonctionnement pour accueillir tous les clients organisateurs d’événements équestres ou non, de développer les offres de journées cross et CSO destinées aux établissements équestres, et de continuer à développer la partie séminaires et rassemblements de sociétés. Agathe l’avoue, cette nomination est un vieux rêve. « Je connais ce site depuis l’âge de neuf ans, j’ai eu la chance d’y travailler pour certains de nos organisateurs, puis de venir renforcer l’équipe pendant un an. »

Un rôle à jouer en 2024?

Après avoir été directrice de l‘événementiel au Salon du Cheval de Paris pendant plusieurs années, la jeune femme, dynamique et enthousiaste, se sent armée pour remplir sa nouvelle mission. Parmi les plus gros chantiers qui se profilent, le championnat d’Europe Jeunes en concours complet, CSO et dressage, la concrétisation d’un grand rassemblement automobile, ainsi que le soutien et le développement des compétitions existantes. « Notre objectif est d’accompagner les organisateurs. Le site est ouvert toute l’année, tous les événements, en dehors de la Vénerie, sont en accès libre, y compris les championnats d’Europe. Il s‘agit de permettre aux centres équestres de profiter de ces installations publiques, tout en maintenant le niveau de compétition existant (3*). Une réflexion est menée actuellement pour accueillir des niveaux supérieurs. Les élus sont très attentifs au projet d’accueil des épreuves équestres à l’occasion des Jeux Olympiques de 2024. Il s’agit d’un projet très lourd, mais le principe d’améliorer des installations pérennes semblerait assez logique, et permettrait de fédérer toutes les institutions potentiellement impliquées autour d’un projet commun. Le Grand Parquet a sans doute un rôle à jouer dans ce dossier dont il faut mesurer l’ampleur." Affaire à suivre …