Henk Nooren quitte le navire

dimanche 27 janvier 2013

  • imprimer

Sur le chemin du CSI de Zürich, Henk Nooren nous a confirmé les rumeurs qui circulaient depuis quelque temps dans la planète du saut d’obstacles de haut niveau : « Je ne souhaite pas renouveler mon contrat avec la Fédération Equestre Française. » L’entraîneur assure avoir mûrement réfléchi cette décision motivée par divers éléments.

henk Nooren largeP

Scoopdyga

Henk Nooren

 « Depuis les Jeux Olympiques,  où malheureusement nous n’avons eu aucune médaille, et jusqu’à ce jour, aucune décision n’a été prise au sujet d’un nouveau directeur sportif, pas plus qu’au sujet d’un chef d’équipe, ni d’ailleurs de ma position. Ce laps de temps est beaucoup trop long. L'Allemagne,qui s’est retrouvée dans la même situation que nous, sans médailles, et bien sûr aussi déçue que nous, a tenu une réunion dès le premier week-end d’octobre,à laquelle ont assisté toutes les personnes concernées. Ils ont procédé à un debriefing, et établi une stratégie pour les quatre ans à venir. Chez nous aucune décision n’a été prise depuis quatre mois. C’est la première raison pour laquelle j’ai décidé de me retirer. D’autre part, mi septembre, Pascal Dubois et Sophie Dubourg ont organisé une première réunion avec les cinq cavaliers qui ont participé aux Jeux Olympiques, puis dans la foulée une autre avec tous les cavaliers qui ont été sélectionnés dans les coupes des nations en 2012. J’étais supposé assister à ces réunions, mais j’ai été retenu par une réunion très importante au sujet de la Coupe des Nations. Je n’ai donc pas pu être présent. Lors de ces deux réunions, 100 % des cavaliers avaient décidé qu’ils souhaitaient continuer à s’entraîner avec moi et ont demandé aux autorités fédérales d’intégrer la préparation mentale à leur programme d’entraînement, ce qui me paraissait être une excellente idée. Je pensais à ce moment là que nous pourrions travailler ensemble sur de bonnes bases. J’avais d’ailleurs déjà trouvé une préparatrice mentale suisse, que je considère être la meilleure dans ce domaine, et que, pour l’anecdote, j’ai pris moi-même en charge financièrement car elle avait déjà commencé à travailler avec les cavaliers.

Que s’est-il passé ensuite ?

Le problème est que depuis mi-septembre, aucune décision n’a pu être prise, sans doute en raison de l’approche des élections fédérales, car Serge Lecomte était apparemment obligé d’attendre d’être réélu officiellement avant d’entériner un quelconque  projet. Les cavaliers ont été conviés à une seconde réunion avec le président au moment du concours de Villepinte, à l’occasion du Gucci Masters. Serge Lecomte leur a annoncé son intention de nommer un nouveau directeur sportif. Les cavaliers se sont concertés, mais une petite poignée d’entre eux s’est fortement opposée à la candidature de Jean Maurice Bonneau qui, ayant été informé de ce mouvement, a préféré décliner la proposition. Après cela, et notamment au concours de Genève, l’attitude de certains cavaliers a vraiment créé une scission au sein des équipes, et l’atmosphère a vraiment changé. La troisième réunion n’a eu lieu que cette semaine (mardi 22 janvier). Cette fois, sur les huit cavaliers supposés former le noyau des équipes pour 2013,  plus ceux des Coupes de nations, (une quinzaine de cavaliers au total ndla) environ quatre ont fait comprendre à Serge Lecomte qu’ils souhaitent la nomination d’un chef d’équipe, mais n’ont plus réellement besoin que je sois sur place lors des concours comme entraîneur, deux ont toujours fonctionné sans beaucoup d’aide de ma part, et deux se disaient d’accord pour continuer avec moi. Mais comme toujours dans ce genre de réunions, ceux qui ont de bons résultats parlent beaucoup, et les autres sont beaucoup plus réservés et ne s’expriment pas. En revanche, dans les jours qui suivent  la réunion, Sophie Dubourg a été assaillie de coups de téléphone par la grande majorité des cavaliers de l’équipe B qui ne se sont pas exprimés sur le moment et se sont rendus compte trop tard qu’ils n’étaient pas d’accord avec ce qui a été dit par quelques uns. En réalité ils auraient aimé continuer à travailler avec moi mais c’était trop tard. En tout cas j’ai été prévenu immédiatement du résultat de la réunion par Serge. A l’évidence, je ne peux travailler qu’avec des cavaliers qui souhaitent s’entraîner avec moi.  Si 65% d’entre eux estiment qu’ils peuvent se débrouiller sans moi, le signal est très clair, il est temps pour moi de me retirer. Quand une Fédération engage quelqu’un comme moi, c’est pour deux raisons. La première est de remporter des médailles aux Jeux Equestres mondiaux à Caen, et la seconde est de continuer à améliorer le niveau des cavaliers de compétition en France pour construire de nouveaux couples pour accéder au haut niveau.

A votre avis que souhaitent les cavaliers ?

Je ne sais pas très bien s’ils souhaitent travailler seul ou avec leur propre entraîneur. Je pense que cette situation est en partie due au fait que les choses ont traîné trop longtemps, et que dans ce cas, la moindre incompréhension ou mésentente même très mineure peut finir pas prendre de l’importance au fil des semaines et des mois. D’autre part, il y a sans doute un problème au sein même du groupe de cavaliers. Ils sont très divisés entre eux, ce qui est compréhensible car il s’agit d’un sport individuel, mais espérons qu’avec le nouveau chef d’équipe les cavaliers seront plus soudés.

Quel est votre sentiment aujourd’hui ?

Bien sûr je suis déçu parce que j’aurais aimé continué à travailler avec ce petit groupe, mais aussi nous avions commencé à travailler avec un groupe de cavaliers plus important. Je suis fier et très heureux du travail que nous avons mené collectivement ces dernières années. Il a permis de grands progrès et de très nombreux succès en Coupe des Nations, au Championnat du Monde et au Championnat d’Europe. Pour préparer 2014, je souhaitais travailler au sein d’un « staff » renforcé qui fonctionne vraiment en équipe, avec notamment un chef d’équipe et une préparatrice mentale. C’est toujours décevant de ne pas pouvoir finir ce que l’on a commencé.

Qu’allez-vous faire dans les semaines à venir ?

Pour le moment, je serai présent sur quelques concours comme Bordeaux, et j’animerai des stages avec Barnabas Mandi pour ceux qui le souhaitent. Je suis fier et très heureux du travail que nous avons mené collectivement ces dernières années. Il a permis de grands progrès et de très nombreux succès en Coupe des Nations, au Championnat du Monde et au Championnat d’Europe. Pour préparer 2014, je souhaitais travailler au sein d’un « staff » renforcé qui fonctionne vraiment en équipe, avec notamment un chef d’équipe et une préparatrice mentale. J’espère que la fédération aura trouvé un nouveau chef d’équipe d’ici le 1er avril et qu’il pourra reprendre le flambeau.

Propos recueills par Béatrice Fletcher

  • imprimer

0Commentaires

VERONIQUE B | 28/01/2013 22:51
Je ne sais plus comment Henk Nooren a été appelé auprès de l'équipe de france. Je viens juste d'entendre tout ce qu'il a apporté aux cavaliers français. C'est au moment de son départ que tout le monde reconnait ses mérites. Un peu tard, non ?
CLEMENCE A | 28/01/2013 15:11
C'est dommage ! Surtout quand on sait que depuis qu'il coache Luciana Diniz elle gagne !!
FARID F | 28/01/2013 14:34
Comme d'habitude une poignée de "comploteurs" réussi à mettre a mal un projet qui ne leur "rapportent" rien, sans se soucier de tous ceux qui vont se sentir complètement démunis face aux échéance importantes qui les attendent. Et surtout: quel exemple de médiocrité intellectuelle. juste un mot LAMENTABLE ! A quand une vraie fédération sans guerre des clans?
JEAN LOUIS L | 28/01/2013 11:03
y a t il une reelle envie d aller de l avant de la part de notre fede ? ...et nos cavaliers du top niveau ne sont ils pas un peu trop gates ? entre celui qui veut son coach perso et celui qui pense que henk nooren peut etre n est pas l homme de la situation ....la place ne sera pas facile a reprendre apres des hommes comme Laurent Elias et Henk Nooren ..............
CLAUDE G | 27/01/2013 22:56
claude girerd à Henk Nooren : je comprends tout à fait votre décision ,qui malheureusement me semblait inévitable, vu le contexte actuel français ... vous avez réussi un exploit de reconstruction ces dernières années , mais seul .Encore BRAVO. merverveilleux travail, constance, adaptatation, esprit d'équipe .Mais travailler avec la FFE semble quasiment impossible avec qui que ce soit.Tous perdent le meilleur : VOUS


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr