IFCE : le cri d'alarme de l'intersyndicale
jeudi 29 mars 2018

Logo IFCE
Logo IFCE

L'intersyndicale de l'IFCE communique aujourd'hui par voie de presse son inquiétude et son désarroi face au nouveau COP (contrat d'objectif et de performance) et à l'attitude du directeur général de l'IFCE, M. Cézard

Jean Cézard est entré en fonction le 1er janvier 2017 succédant à Christian Vanier qui avait mis en oeuvre le précédent COP .  La défense des  missions qui leurs sont chères sont aujourd'hui au coeur des revendications du personnel de l'IFCE dont les effectifs vont être considérablement amoindris par le nouveau plan (180 emplois supprimés).  "Toutes les démarches du personnel vont dans le sens de maintenir l'établissement et de le rendre le plus fonctionnel possible et au service de la filière. Si on ne fait pas ça , on va mourir.  Or pour nous il y a une incohérence entre le maintien d' un service public et les moyens qu'on  lui donne. Il y a un sous dimensionnement de ces moyens par rapport aux ambitions du COP." commente  Jean François Gourdon, secrétaire général adjoint  FO IFCE. L'inquiétude du personnel face aux perspectives qu'engendre ce COP est accru par " les difficultés que nous rencontrons  face à la  façon d'exercer de M. Cezard en raison de son manque de respect des règles du dialogue social avec des passages en force."

L'intersyndicale (CGT, CFDT, FO)  a demandé une feuille de route et un PAP (plan d'accompagnement personnalisé). Les ministères de tutelle (agriculture et sport) ont réagi et un rendez vous est prévu la semaine prochaine.

Communiqué de presse

L’INSTITUT FRANÇAIS DU CHEVAL et de L’EQUITATION dans la tourmente, désarçonné par l’ampleur de la tâche, son directeur général a perdu le sens de l’orientation et du devoir.

Arrivé en janvier 2017, le directeur général de l’IFCE a perdu le contrôle de l’établissement. Pour mémoire, l’IFCE est en restructuration depuis maintenant plus de 10 ans. Si on prend en compte la partialité de la cour des comptes : les haras nationaux, l’école nationale d’équitation et le Cadre noir à Saumur (composants de l’IFCE) doivent disparaître. Un contrat d’objectif et de performances est en cours de signature par les deux tutelles (Ministère de l’Agriculture et Ministère des sports). Sans surprise ce nouveau COP doit supprimer plus de 180 emplois et va continuer le démantèlement l’IFCE. Le dialogue méprisé, les passages en force au Conseil d’administration ont valu à ce directeur des rejets. Son instabilité dans ses décisions sur l’avenir de l’IFCE, son comportement en particulier son manque d’exemplarité ont déstabilisé l’ensemble des agents et les professionnels équins, ainsi que nombreux élus de la République. L’IFCE est en danger, sans un effectif en adéquation avec les missions, nombreuses activités seront supprimées. La souffrance que subissent les agents par cette situation désastreuse et organisée est devenue intolérable. L’Etat doit être sans reproche dans le classement au patrimoine de l’UNESCO et à ses biens patrimoniaux. Les missions inscrites au COP doivent être respectées et exécutées avec les moyens nécessaires et un directeur à la hauteur de la fonction.