L'assemblée générale de la FFE menée au galop
samedi 17 novembre 2018

FFE
Serge Lecomte à l'écoute de Sophie Dubourg qui était en train de dresser le bilan de la saison © Catherine Roux

En sus du compte rendu adressé par la FFE concernant l’assemblée générale du millésime 2017/2018, quelques détails glanés sur place méritent l’attention.

Les assemblées générales FFE et du CNTE se tenaient le 15 novembre dernier au Parc équestre fédéral en présence d'une bonne centaine de personnes qui participaient également dans la matinée à la clôture des Assises de la compétition avec une première synthèse des treize étapes réalisées en région.

Une concertation sur le projet sportif fédéral à venir a occupé la fin de la journée. Les membres du comité directeur ont ponctué l’assemblée générale de divers commentaires. Pour sa part, Serge Lecomte, président de la FFE a martelé plusieurs points, par exemple le fait que « faire cavalier seul n’a pas lieu d’être, seul le collectif défend la place du cavalier et du cheval ». Il assurait la nécessité d’une prise de conscience collective. Les difficultés sont là : après la hausse de la TVA, le changement des rythmes scolaires, il y a maintenant des changements de comportement dans la pratique du sport, le zapping, l’économie des ménages  faiblissante. La diminution des licences ces dernières années (depuis 2012, ndlr) correspond à une répartition de 5/6 par entreprise équestre. Ce n'est pas impossible de reconquérir les licenciés perdus. C’est l’engagement de chaque club, en application de leur adhésion auprès de la FFE qui permettra de redresser la barre.

En milieu de séance, un résumé du rapport moral défilait sur grand écran. Une mine de renseignements sur le développement, les créations du millésime, les points positifs se succédaient à grande vitesse. Certains regretteront peut-être la formule plus lente diffusée les années précédentes. Suivait le rapport financier qui a donné lieu à un questionnement d’actualité comme l’application de la TVA ou encore la communication récente du rapport Arthuis. Frédéric Bouix, délégué général de la FFE, prenait la parole pour confirmer que le suivi de ce dossier est particulièrement long mais que les voyants semblent revenir au vert. Suite à une autre question, Serge Lecomte confirmait qu’il n’est pas prévu de prolongation quant au Fond Equitation octroyé durant trois années. Concernant le rapport Arhtuis il constate que la part consacrée à l’équitation sportive et de loisir est infime par rapport au monde des courses. Une concertation avec Jean Arthuis et le comité fédéral est sur les tablettes.  

Le millésime 2017-2018 en chiffres  

La FFE compte près de 9400 structures adhérentes et 630 000 cavaliers licenciés (baisse 3 %). Pour la première fois, on dénote une légère baisse des engagements en compétitions. Le rapport financier 2017/2018 fait apparaître sur la ligne produits 39 M€ (pour 41 M€ l’an passé) et sur la ligne charges 38 M€ (pour 37 M€ l’an passé). "Le bilan reste solide", précisait le président. La FFE se doit d’être en permanence en capacité de faire face au fonctionnement et aux investissements. En ce qui concerne le prévisionnel 2018-2019, l’estimation asume une baisse de 0.5 M€ dans les charges comme les produits ce qui augure le maintien de la notion de prudence. Serge Lecomte rappelait à ce propos que le montant global récolté au poste licences revêt la plus grande importance.

Enoncé du détail des votes par résolution  

Le quorum est atteint (30,56 % FFE et 28,41 % CNTE).

Assemblée générale ordinaire de la FFE                                      % des voix
Rapport moral et quitus 2018                                                  86,77
Rapport financier et quitus 2018                                              86,46 %
Budget prévisionnel 2019                                                       81,16 %
Mandat au Comité fédéral pour emprunts et acquisitions           81,33 %  

Assemblée générale ordinaire du CNTE                                     % des voix

Rapport moral et quitus 2018                                                  80,55 %
Rapport financier et quitus 2018                                              80,20 %
Budget prévisionnel 2019                                                       76,56 %