La filière rassemblée signe un appel au Sénat

vendredi 07 octobre 2016

  • imprimer

Les présidents de cinq organisations principales composantes de la filière équine française étaient réunis jeudi 6 octobre au Sénat pour lancer un appel « en faveur d’une politique européenne globale et ambitieuse ».

Signature au Sénat largeL

M. Escoula

Signature au Sénat

Une première ! La filière réunie pour parler d’une même voix et exprimer les mêmes préoccupations et nécessités d’une politique globale à l’échelon national et européen en faveur du cheval : c’est ce à quoi la presse a pu assister, jeudi 6 octobre, lors de la signature au Palais du Luxembourg d’un « appel à la mise en place d’une politique globale européenne globale et ambitieuse en faveur de la filière équine dans l’Union européenne », appel signé par les présidents Serge Lecomte de la Fédération Française d’Équitation, Yves Chauvin de la Société Hippique Française, Dominique de Bellaigue de la société LeTrot, Édouard de Rothschild de la société France Galop, et Éric Rousseaux de la Société Française des Équidés de Travail.

Que ne l’ont-ils fait plus tôt ? Quel danger crucial se profile-t-il qui puisse amener à une telle union que ses instigateurs qualifièrent d’« historique » ?  Difficile de répondre à cette question tant cette entente ne semblait avoir de cordiale que le nom, les présidents des courses paraissant un peu en retrait et sans véritable enthousiasme, laissant à Serge Lecomte, président de la FFE, plus prolixe et aux accents de sincérité plus dynamiques, le soin de diriger la réunion. Il semble bien que la nécessité première de cette union ait été en fait suscitée par les difficultés et une certaine exaspération, toutes branches confondues, de la base, relayée par le GESCA (Groupement des entreprises du secteur cheval en agriculture), véritable instigateur de cette démarche ayant recueillie l’aval de l’hôte des lieux, la Sénatrice Anne-Catherine Loisier, présidente du Groupe cheval au Sénat.

Toujours est-il que cet appel pointe une fois de plus les nombreux atouts et intérêts de la filière cheval au regard des enjeux économiques, culturels, environnementaux et sociétaux actuels, qui ne sont pas, selon ses signataires, pris en considération à leur juste valeur par les institutions nationales et européennes. Le long plaidoyer se termine par le souhait de la « mise en place d’une politique européenne du cheval qui devra créer les conditions réglementaires et législatives autorisant une exploitation optimale des potentiels de la filière équine (…) ».

Derrière cette formule assez vague se cachent notamment les problèmes, selon Serge Lecomte, de « fiscalité mal adaptée, de règlementations empiriques modifiées régulièrement », de rivalités et de manque de cohérence de la part des principaux pays pour agir communément pour harmoniser les règles telles que celles de la TVA. Selon Dominique de Bellaigue, « sous une soi-disant réalité qui voudrait que tous les pays soient aujourd’hui soumis au taux plein (de la TVA, ndla), c’est en fait un véritable capharnaüm dans lequel on a multiplié les règles faussées au détriment d’une concurrence loyale. On meurt à petit feu de tout cela ». Selon Yves Chauvin, « tout le monde de l’élevage a été impacté par l’augmentation de la TVA en 2014 et l’éleveur professionnel a été doublement pénalisé, alors qu’il faudrait au contraire pousser à la professionnalisation de l’ensemble de notre filière ». Selon Serge Lecomte, il faut donc « rassembler les pays européens qui peuvent avoir intérêt à une véritable politique du cheval, afin de sensibiliser les députés européens, trouver des règles communes simples et applicables, et pour cela il faut être unis et obstinés, car c’est un travail à long terme, à mener à l’échelle nationale et européenne. Mais nous sommes optimistes et rien ne résiste à l’obstination ».

Puisse cette union, que la base était en droit d’attendre de longue date, être sincère et durable. Car dans une telle démarche, la France, avec son élevage historique et diversifié, ses nombreux centres équestres et sa filière courses au poids financier incomparable en Europe, peut avoir une véritable capacité d’entraînement et un rôle de porte-parole.

Emmanuel Jeangirard

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table N43 Stéphanie Brieussel

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société


ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr