Nouvelle formule de la Global Champions League et du Global Tour pour 2017: la FEI précise
vendredi 03 février 2017

gcl ambiance shangaï
gcl ambiance shangaï © GCL

Suite à l’accord signé entre le Global Champions Tour (GCT) et la Fédération équestre internationale (FEI), certains articles un peu plus critiques que les simples communiqués de presse publiés sans commentaire sur beaucoup de sites, ont paru sur les sites de studforlife, de l’Eperon et du Cavalier Romand. A la suite de cette parution, la FEI tient à préciser certains points et notamment que les pay-cards sont rigoureusement interdites dans les CSI 5*. Voici la réponse de la FEI - suivie de quelques commentaires de notre part :

« Les pay-cards sont bien interdites par la FEI au niveau 5 étoiles et elles sont interdites partout. Un organisateur ne peut pas demander une contribution financière pour une invitation, hormis les droits d’inscriptions et autres, et un cavalier ne peut pas demander de l’argent pour participer à un concours. Il n'y a pas d'exception pour GCT et GCL et aucune pay-card n'est autorisée dans de tels événements non plus. »

« La FEI est en train de réaliser une application correcte du système d’invitation ainsi que la classification des concours. Quand le nouveau système d’évaluation sera mis en place, la nouvelle catégorisation influencera forcément les rankings et le système des invitations. Avec le nouveau système on-line des engagements, l’intégration de toutes ces bases de données, les cavaliers pourront s’engager au concours en fonction de leur classement. Ce système permettra justement de régler les problèmes des pay-cards. Ce sera plus transparent, pour les cavaliers, les chefs d’équipe et les concours. On espère être prêts en janvier 2018. Le système de la FEI décidera qui peut monter où, ce sera basé sur les mérites. », c’est ce que soulignait le président de la FEI Ingmar De Vos dans son interview à L’Eperon (décembre 2016).

Un porte parole de la FEI précise maintenant que « les négociations concernant le processus d’ accord du MoU n’étaient pas finalisées au moment de l’Assemblée générale de l' IJRC à Genève. De nombreuses séries comme les Coupes des Nations, la Coupe du monde et le GCT ont toujours appliqué des systèmes d'invitation spécifiques qui s'écartent du système d'invitation d’un concours, car ils font partie d'une série. En ce qui concerne le nouveau système d'invitation approuvé, la FEI est très attentive à s’aligner autant que possible sur les systèmes d'invitation applicables, mais la GCL est une compétition par équipe. Une fois les équipes assemblées, les 20% pour l'organisateur comprend les cavaliers individuels également en compétition. Il est clairement convenu que les cavaliers sont obligés de ne pas payer pour participer à la compétition. Il est interdit aux cavaliers de payer pour être membre d'une équipe. La FEI travaille avec la GCL sur les clarifications de ces questions afin de donner une compréhension plus claire pour tout le monde. » Voilà la position et les explications de la FEI, via l’un de ses porte-parole.

 

Pour notre part, nous estimons qu’il y a une vraie différence entre les règlements et la réalité, entre les intentions et les actes. Les pay-cards restent plus présentes que jamais dans certains concours et le Global Tour a droit à davantage que les 20% d’invitations (non-payantes!) autorisées en 2017. La FEI dit que les cavaliers n’ont pas le droit de payer, d’accord, mais c’est un voeu pieux.

Suite à l’accord passé avec la FEI, le Global Champions Tour a encore beaucoup plus de liberté que précédemment, seuls le Top 15 (le Top 30 jusqu’ici) étant obligatoirement invité. Cela fait donc 15 cavaliers + 4 sélectionnés du pays choisis par la Fédération nationale + 1 wild-card FEI, soit 20 cavaliers au total. Les 30 autres sont ceux choisis par le GCT à la fois pour son épreuve par équipe (Global Champions League) et le Global Champions Tour, dont la qualificative sera la seconde manche de l’épreuve par équipe.

Tout cela incitera forcément et fortement les cavaliers à « prendre » des places dans ces épreuves par équipe pour pouvoir monter dans le Global Tour. Une sorte de passage obligé, ces deux compétitions rapportant désormais énormément de points pour la ranking list. A l’inverse, les CSIO et les Coupes des Nations en souffriront et avec eux probablement le statut olympique du saut d’obstacles.