Yves Chauvin regrette « une méconnaissance de l’élevage de la part du Président de la Fédération »

jeudi 24 octobre 2013

  • imprimer

Cavadeos a recueilli la réaction d'Yves Chauvin, président de la SHF, à la provocation de Serge Lecomte qui a demandé au Ministre de l'agriculture que le Fonds Eperon soit réservé aux courses et compétitions équestres.

chauvin largeP

Yves Chauvin - Ph. Thierry Billet / Sportfot

Le Président de la Fédération Serge Lecomte a rebondi récemment sur le rapport « Filière Hippique : réformer pour pérenniser un modèle d’excellence » rédigé par le Comité stratégique des courses, pour proposer au ministre de l’Agriculture de l’agroalimentaire et de la forêt Stéphane Le Foll de réserver le fonds Eperon aux courses et compétitions, arguant que « dans le domaine des chevaux de sport c’est indéniablement l’organisation des compétitions et les cavaliers qui y participent qui créent la seule plus value possible pour l’élevage français ».

Un autre extrait du courrier de Serge Lecomte adressé le 15 octobre au ministre (lire ce courrier plus bas) et dont une copie a été envoyée à tous les centres équestres,assène : « Si votre ministère souhaite soutenir l’élevage des chevaux de sport en France, c’est au niveau des organisateurs d’événements sportifs et des cavaliers de compétitions équestres, en particulier des compétitions internationales, que son intervention sera efficace ».Des réflexions susceptibles d’inquiéter le monde de l’élevage ? Yves Chauvin, président de la SHF (Société Hippique Française, Société Mère du Cheval de Sport),préfère désamorcer : « C’est le point de vue de M. Lecomte, pas le mien ni celui du ministère. Il s’agit d’une polémique stérile qui ne peut remettre en cause le soutien apporté encore dernièrement à l’Assemblée Nationale par le ministère qui répondait à une questionde Monsieur le Député Delattre. Les missions de la Société Mère ne sont pas remises en cause. De plus, ce n’est pas en déshabillant Pierre pour habiller Paul qu’émergeront les bonnes réponses ! Plutôt que des petites phrases je préfèrerais que la Fédération aide davantage l’élevage qui sert actuellement remarquablement le sport car tous nos grands champions contemporains sont passés par le circuit SHF. Le système de valorisation/formation des jeunes chevaux  tel qu’il est conçu a fait ses preuves, personne ne peut le contester. Le sport consommation et l’élevageont leurs propres fondements, on ne parle donc pas de la même chose. Ce sont deux univers distincts mais complémentaires. Par ailleurs je ne vois pas comment le fonds Eperon pourrait ne pas soutenir l’élevage car c’est une des essences de son existence. Je note donc dans les propos de M. Lecomte une certaine méconnaissance du monde de l’élevage ».

Sans naïveté aucune le Président de la Société Mère du Cheval de Sport perçoit bien le dessin du Président de la Fédération Française de « capter » davantage de ressources du fonds Eperon, mais Yves Chauvin dit préférer ne pas entrer dans la polémique. Le courrier de Serge Lecomte au ministre serait vraiment un non événement ? Eric Fournier

La lettre de Serge Lecomte adressée à Stéphane Le Foll

Objet : Rapport du Comité stratégique des courses hippiques

Monsieur le Ministre,

La Fédération française d’équitation a eu connaissance du rapport du Comité stratégique des courses hippiques  intitulé "Filière hippique : réformer pour pérenniser un modèle d’excellence."

Ce rapport concerne les courses hippiques mais également les sports équestres, notamment à travers le fonds  EPERON.

Nous sommes à ce titre surpris de ne pas avoir été associés aux points concernant le domaine sportif, alors  qu’il concerne en premier lieu la FFE placée sous tutelle de votre ministère et du ministère des Sports.

Le contexte économique actuel impose une concentration des moyens vers des actions génératrices de  compétitivité.

Dans le domaine des chevaux de sport, c’est indéniablement l’organisation des compétitions et les cavaliers qui  y participent qui créent la seule plus-value possible pour l’élevage français. La compétition est en effet le seul moteur qui permette aux éleveurs d’inscrire leur production dans une  véritable logique économique.

La réussite sportive d’un cheval valorise son naisseur, son éleveur, son vendeur, son cavalier, son stud-book,  son pays. Cette valorisation rejaillit sur ses ascendants, descendants et collatéraux. Elle permet à la filière  cheval de vivre, à la France d’exporter l’excellence de sa production et à notre élevage de se maintenir parmi  les plus performants du monde.

Si votre ministère souhaite soutenir l’élevage des chevaux de sport en France, c’est au niveau des  organisateurs d’événements sportifs et des cavaliers de compétition équestres en particulier les compétitions
internationales que son intervention sera efficace.

Une aide financière saupoudrée à des fins d’animation de la filière à un cheptel hors cible ne peut générer  qu’une production d’invendus qui décourage ses acteurs. Cela reviendrait à subventionner l’élevage des  chevaux de courses en ne consacrant aucun gain aux propriétaires et jockeys des gagnants.

J’ai l’honneur, par la présente, de vous solliciter pour orienter clairement le fonds EPERON vers les  organisateurs, cavaliers et propriétaires de chevaux de compétitions équestres afin d’obtenir le maximum  d’effet d’entraînement et d’efficience des aides consacrées au cheval.

Cela aurait une véritable cohérence de solidarité entre le monde des courses et celui des sports équestres. Je me tiens à votre entière disposition pour développer ces questions avec votre cabinet et avec vous-même.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de ma très haute considération.
Serge Lecomte

  • imprimer

0Commentaires

Bertrand A | 26/10/2013 08:18
Il est extrêmement curieux que Serge Lecomte revendique une partie du fond Eperon pour aider à l'organisation de compétitions internationales. Encore une fois les fonds publics sont sollicités pour le haut niveau c'est à dire pour une élite. Ce n'est pas, à mon avis, le rôle des pouvoirs publics surtout si l'on tient compte du terrible contexte socio-économique actuel.
Comme le dit fort justement Olivier A, l'une des difficultés du monde de l'élevage tient en partie à la nature même de l'organisation des compétitions notamment en multipliant les catégories et en mélangeant les authentiques amateurs et professionnels déguisés et pas toujours compétents (électorat de Serge Lecomte). Quant à Philippe P, je lui dirais qu'il serait bien évidemment grand temps que Serge Lecomte s'entoure de personnes compétentes pour enfin apprendre à connaître le monde de l'élevage! Les propos de Serge Lecomte reviendraient à chercher à planter un arbre sans ses racines.
olivier a | 25/10/2013 08:13
La suppression des catégories en CSO par la fédération a tué l'élevage :les cavaliers amateurs avec des chevaux correspondants à leurs moyens pouvaient être classés dans des épreuves réservées à leur catégorie et se faire plaisir ( cela est devenu impossible avec des `PROS' déguisés en amateurs).
Olivier Auvray
PHILIPPE P | 24/10/2013 20:34
Président d'un groupement d'éleveurs amateurs qui produisent des chevaux invendables au seul profit des étalonniers privés, Mr CHAUVIN est incapable de se projeter dans l'avenir sans l'aide des subventions surréalistes du fonds Eperon et des aides du ministère de l'agriculture vouées à disparaître, le tout représentant 45% du budget de fonctionnement de la SHF.

Rien d'étonnant à ce qu'une institution autrement plus légitime que le monde du pari hippique, plus professionnelle et quasi autonome sur le plan financier, revendique l'attribution d'un fond éperon censé aider à la performance de ses fournisseurs directs de "matières" premières.

Cette réaction est d'autant plus compréhensible que ces fournisseurs sont incapables de s'organiser pour produire à un prix concurrentiel les chevaux que réclame un marché en progression constante qui s'approvisionne de plus en plus à l'étranger.

Quant à la méconnaissance du monde de l'élevage par Serge LECOMTE, ne vous inquiétez pas : il va apprendre ! et surtout s'entourer de personnes compétentes.

Ph. POPPE


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr