Asia Horse Week : le bien-être équin en ouverture
vendredi 15 février 2019

Asia Horse Week conférence bien etre equin Alex Hua Tian Horsemanship
Alex Hua Tian, cavalier olympique de concours complet et fondateur du programme Horsemanship © RB Presse

Si les Longines Masters de Hong-Kong sont la compétition phare du week-end, l'Asia Horse Week qui se tient en même temps ne manque pas d'attirer l'attention. Depuis hier, et jusqu'à demain, de nombreuses conférences sur différents thèmes sont au programme. Hier, jeudi, la journée d'ouverture était placée sous le signe du bien-être équin.

"Le bien-être équin n’est pas une option, mais un devoir". Cette déclaration de Roly Owers, directeur exécutif de la World Horse Welfare, un organisme créé dès 1927, donnait clairement le ton de la première journée des débats de la deuxième édition de l’Asia Horse Week. Le sujet a pris de plus en plus d'importance ces dernières années, notamment du côté du sport et la FEI n'a pas manqué de durcir ses règles en faveur du bien-être des athlètes équins. Mais, comme le souligne le directeur exécutif de la World Horse Welfare, le bien-être concerne l’ensemble des événements de la chaîne de la vie d’un cheval où l’humain intervient : « l’homme est responsable du cheval de sa naissance à sa mort ; cela implique un élevage responsable, des soins responsables, un entrainement responsable, une retraite responsable et une aide à la fin de vie responsable. Les animaux sont des êtres sensibles, mais les animaux ne sont pas des humains. Un contrat social doit être établi pour le respect des chevaux ».

Plusieurs thèmes précis ont ainsi été abordés tout au long de la journée, à commencer par un focus sur le programme "Horsemanship" en Chine, notamment à l’attention des enfants. Un programme qui a reçu le "Solidarity Award" de la FEI en novembre dernier : « L’équitation en Chine a un fort potentiel d’essor. Le challenge est d’inculquer à ces nouveaux équitants le sens du cheval. Les Longines Masters, ici à Hong-Kong, représentent une belle vitrine de l’activité équestre, mais le sport ne sera pas bon si la base de la pyramide n’est pas vertueuse. C’est pourquoi notre programme Horsemanship veut enseigner ces valeurs aux enfants : empathie, respect et responsabilité ». La formation des vétérinaires a également été au centre des débats. Le Dr. Joop Loomans, diplômé de l’Université d’Utrecht, a notamment insisté sur l’importance de la qualité de la formation des vétérinaires qui, bien éduqués « deviendront les meilleurs avocats de vos chevaux. Mon métier est de rendre les chevaux heureux. Face à la croissance de l’enthousiasme des Chinois pour l’équitation, il s’agit de les sensibiliser au bien-être du cheval et leur apprendre le reflexe d’avoir recours au vétérinaire, pas seulement pour diagnostiquer, mais surtout pour prévenir les problèmes ». Enfin, le transport et le règlement sanitaire ont été abordés. Le Dr. Goran Akerstrom, vétérinaire de la FEI pour rappeler que le bien-être, c’est aussi respecter les règles sanitaires et notamment la vaccination. « La prévention, c’est la clé et ne pas la respecter peut conduire à des conséquences désastreuses comme la mort du cheval ou l’annulation d’événements ». Une déclaration qui prend tout son sens face l'épidémie grandissante de grippe équine que connait actuellement l'Europe, secteurs courses, sports et loisir confondus