Exportation vers la Chine. Opération avortée

mardi 11 juin 2013

  • imprimer

Une trentaine de chevaux regroupée par Cheval Normandie s’apprêtait à prendre le chemin de l’université de Xinjiang en Chine. Finalement l’opération est annulée. Pour quelle raison ?

Chinois 3 largeL

Ph: Les garennes

Les négociations sur la mise au point d’un protocole sanitaire franco chinois se sont étalées de juin 2011 à mars 2012. Il semble qu’elles aient été âpres, mais elles ont finalement abouti et devaient faciliter les exportations vers ce pays actuellement fortement demandeur, grâce notamment à la création d’une centre de mise en quarantaine sur le sol français. Mais un point portant sur la P.C.R. (Polymérage Chain Reaction, technique de bio moléculaire pour isoler les virus) n’avait pas été intégré dans le protocole sanitaire français, sachant « qu’elle est implicitement dans la logique sanitaire défendue par la France membre de l’Office International des Epizooties (O.I.E, émanation de l’O.M.C) tout comme la Chine. La P.C.R est la technique la plus sécurisée, la plus répandue et communément recommandée par des pays comme les Pays Bas et l’Allemagne. Un must que reconnaît la Chine lorsqu’elle travaille avec ces pays européens ! » signale Bénédicte Ferry, vétérinaire experte sanitaire de l’I.F.C.E dans les domaines de l’export.

Alors pourquoi les Chinois ont-ils prétexté l’utilisation de cette technique (il est vrai non mentionnée dans le protocole sanitaire) lors de la quarantaine française ? Deux poids, deux mesures ? Faudra-il en chercher les explications dans des pratiques commerciales (bien spécifiques ?) que les autorités chinoises cultivent avec leurs partenaires commerciaux et à laquelle la France ne se plierait pas ? C’est une hypothèse.

Reste que l’administration française fait office de principale accusée pour les marchands et éleveurs qui ne décolèrent pas et ont du mal à admettre cet échec. Pour l’heure il est certain qu’il faudra continuer de collaborer avec la Chine en tirant les leçons de ce premier échec. Selon Nicolas Bourgault au Conseil des Chevaux de Basse-Normandie, « il y a toujours des demandes en provenance de Chine. Nous ne les négligeons pas et nous allons collectivement tirer profit de ce qui vient de se passer ».

Eric Fournier

  • imprimer

0Commentaires

PHILIPPE P | 13/06/2013 10:47
Le premier commerce significatif de chevaux français vers la Chine date de 1996.
C'est quand même incroyable que 17 ans après on en soit encore à discuter des protocoles sanitaires . Que fait l'UNIC ?

Ph. POPPE


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr