La locomotion du cheval athlète

vendredi 12 septembre 2014

  • imprimer

Un symposium sur la locomotion du cheval athlète a été co-organisé par le laboratoire MSD Santé animale, Lehring, Normandy Biotech, l'Avef et Hippolia pendant les Jeux Equestres Mondiaux à Caen.

congrès locomotion cheval largeL

Marine Turpin

Les conférenciers, de renommée internationale comme le professeur Jean-Marie Denoix (Cirale, Dozulé), Hilary Clayton (Michigan State University, Etats – Unis) et Rachel Murray (Animal Health Trust, Newmarket, Royaume – Uni), ont disséqué la locomotion du cheval et les potentielles lésions associées en fonction des discipline sportives.
L’imagerie médicale a révolutionné leur approche, « lorsque nous utilisons l’imagerie diagnostique, cela fait partie d’un processus d’évaluation complet du cheval qui permet de prendre des décisions. A l’origine, l’examen radiographique était l’examen principal, aujourd’hui avec l’IRM et la scintigraphie osseuse, nous comprenons mieux l’anatomie et la physiologie » détaille Rachel Murray. L’IRM a par exemple permis de déceler dans le pied de très nombreuses structures que la radiographie ne permettait pas d’appréhender.

Renforcer la musculature profonde du rachis

« La colonne vertébrale d’un quadrupède est chargée en compression. Elle se comporte un peu comme une poutre soutenue par des jambes à l’avant et à l’arrière » explique Hilary Clayton, « si l’on applique un poids sur le milieu de la poutre, elle a tendance à fléchir » donne t-elle comme image.
Pourt minimiser ce fléchissement, la musculature profonde du cheval a une action essentielle. Les muscles du dos sont situés à proximité des apophyses épineuses. Il est possible de distinguer deux groupes de muscles : les muscles longs du dos et les muscles profonds stabilisateurs (grand oblique et iliocostale). Ces derniers vont stabiliser les articulations entre les vertèbres pendant le mouvement.
Lorsqu’un cheval a mal au dos et qu’une atrophie du muscle multifide est suspectée, cela accélère le risque d’arthrite au niveau des facettes articulaires. De plus, « on a alors un spasme, car le muscle grand oblique tente de compenser l’action déficiente du multifide ».
Les exercices de mobilisation dynamique peuvent alors être très utiles. Hilary Clayton a mis en place plusieurs exercices comme : entrainer le cheval avec une carotte à suivre avec le menton et à tenir une position bien précise pendant quelques secondes. « En général, ces exercices sont répétés 3 à 5 fois par jour ». Dans son étude, lorsque ces exercices sont réalisés pendant plusieurs semaines, un renforcement significatif du muscle multifide est constaté.

Des lésions de l’appareil locomoteur

Plusieurs affections de l’appareil locomoteur sont liées à la discipline pratiquée comme le montre le professeur Jean – Marie Denoix. Par exemple chez les chevaux de course, on observe surtout des lésions de fatigue osseuse et tendineuse. En outre, le pronostic de la même lésion varie selon la discipline.
Les affections podales sont très fréquentes chez le cheval de sport, les lésions du tendon fléchisseur profond du doigt (TFPD) sont les plus communes. Les chevaux de CSO mettent l’extrémité digitale du pied en extension à l’appel et à la réception, donc les tensions sont très fortes sur le TFPD. Les contraintes sont liées à l’extension interphalangienne distale, donc si on veut réduire les charges, il faut agir sur le roulement du pied, au moyen de ferrures kinésithérapiques.
Les lésions du tendon perforant sont majoritairement asymétriques. Elles se retrouvent aussi sur les ligaments collatéraux à l’échographie. Grâce à l’IRM, des enthésopathies sont identifiées.
Les lésions asymétriques du tendon perforant et des ligaments collatéraux sont liées à la répétition des contraintes qui entrainent dans un premier temps des adaptations et dans un second temps des lésions.
Les lésions du suspenseur du boulet sont une des premières causes d’arrêt de la carrière sportive du cheval. Les suspenseurs des membres postérieurs sont très sollicités à la propulsion et à la réception des obstacles, mais aussi dans le piaffer en dressage.
Les lésions axiales sont aussi communes, la colonne vertébrale est très mobile. Ces mouvements sont responsables de lésions, ou de l’expression de lésions pré existantes. La tolérance des lésions est très variable d’un cheval à l’autre. Les lésions des processus articulaires sont fréquentes en région lombaire.

Marine Turpin

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table N43 Stéphanie Brieussel

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr