Les cellules souches en essor

vendredi 24 janvier 2014

  • imprimer

La thérapie régénérative est en essor en médecine équine. En témoigne notamment la présence de plusieurs sociétés, dont deux françaises, lors du dernier congrès annuel de l’Association vétérinaire équine français. Plusieurs travaux de recherche sont menés en France et dans le monde afin de mieux cibler ces nouvelles biotechnologies. Elles peuvent en effet être mises à profit aujourd’hui lors de lésions ostéo-articulaires, de tendinite.

avef 2 largeL

109

L’intérêt des cellules souches

Une cellule souche est une cellule qui a potentiellement la capacité de se différencier en d’autres types de cellules, elle est indifférenciée. Chez le cheval, les celllules souches sont identifiées dans la moelle osseuse (prélèvement au niveau du sternum), dans la graisse (à la base de la queue), dans le cordon ombilical du fœtus.
Historiquement, les travaux sur les cellules souches ont démarré avec la tendinite. L’objectif est de récupérer un tissu avec les mêmes propriétés mécaniques que le tendon avant la lésion. Ce qui est intéressant, c’est aussi d’avoir moins de récidives.
Les grandes orientations des recherches portent aussi sur les articulations, car les cellules souches ont plusieurs rôles intéressants. En effet, elles sécrètent des molécules qui vont être inhibitrices des enzymes de l’inflammation qui lèse le cartilage. Quand les cellules souches sont injectées dans l’articulation, elles se plaquent sur la membrane et bloquent le cercle vicieux d’auto-aggravation de l’inflammation. Un autre rôle des cellules souches est celui de la stimulation de la vascularisation. Elles ont aussi un rôle régénérateur du tissu. Enfin, elles ont la capacité de recruter des cellules souches supplémentaires.

La recherche se développe

Plusieurs sociétés se sont lancées dans l’aventure. En France notamment, Vebiobank est une société basée sur le campus de l’école vétérinaire de Lyon VetAgro Sup depuis sa création. Le projet est né il y a 4 ans. Il existe un partenariat de recherche et de développement avec l’école. Cette start-up oriente ses projets vers les chevaux, mais aussi vers l’espèce canine (prévention de l’arthrose).  L’objet de la société est de proposer des cellules souches aux vétérinaires, à partir du prélèvement de moelle osseuse réalisé par l’homme de l’art. Après trois semaines, le produit qui a passé plusieurs contrôles de qualité, de viabilité, bactériologique, etc. est à disposition du vétérinaire qui peut l’injecter au cheval.
Autre originalité de la démarche : des cellules souches peuvent être stockées et provenir du cordon ombilical du poulain nouveau-né. A la différence des cellules issues de la moelle osseuse, celles provenant du cordon ombilical sont plus rapides à obtenir (en 24 heures). Les cellules provenant de la moelle osseuse sont des cellules adultes, alors que les cellules issues du cordon ombilical ont une capacité de résistance au transport supérieure, il y a aussi plus de chances d’avoir des cellules viables. Les cellules ombilicales sont utilisées aussi bien en autologue (sur le même cheval d’où vient le prélèvement) qu’en hétérologue (sur un autre cheval). Elles n’ont pas la même immunogénécité que les cellules de la graisse ou de la moelle osseuse. Les échantillons se conservent au moins une vingtaine d’années. Un éleveur peut donc en concertation avec son vétérinaire, se constituer une banque de cellules souches, qui pourront être administrées si besoin au cours de la vie du cheval.
Autre initiative : celle de Normandy Biotech qui est aussi une entreprise qui travaille sur les cellules souches en médecine vétérinaire. Elle a été crée en juin 2013 en Basse – Normandie. La société est basée en Caen et collabore avec le CNRS et l’INSERM pour les travaux sur la régénéresence des tissus à partir des cellules souches mésenchymateuses activées (CSM). La société a également breveté une nouvelle matrice cartilagineuse pour apporter un environnement adéquat aux CSM. Les protocoles sont établis, bien entendu, par le vétérinaire qui pourra avoir recours à une injection unique, ou plusieurs, selon la lésion à traiter.

Photo d'archive

Marine Turpin

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table N43 Stéphanie Brieussel

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr