Les miniatures ne sont pas des jouets

jeudi 27 décembre 2012

  • imprimer

Les chevaux miniatures étaient au cœur des Equirencontres organisées sous l’impulsion du Dr Michel Péchayre par l’association vétérinaire équine française (Avef) et le laboratoire Merial lors du salon du cheval.

Cheval miniature +percheron largeL

Ce rendez-vous santé est en effet un moment apprécié du salon du cheval de Paris, et pour cette édition 2012, les Equirencontres ont pris un format plus large avec une organisation durant 3 jours de la semaine.
L’une des conférences était consacrée aux chevaux miniatures. Le Dr Vincent Boureau a rappelé qu’un cheval miniature se définit par une taille maximum de 89,5 cm au garrot. Le stud-book le plus important dans le monde est l’américain. Plus de 80 000 individus sont répertoriés aux Etats-Unis. En France, il existe depuis 2011 une convention entre l’IFCE et l’AMHA qui permet une reconnaissance du stud-book américain. Un registre du cheval miniature s’établit en France. La première étape est de les répertorier, d’établir des critères morphologiques. Il existe aussi des critères de caractère : sociabilité, contact avec l’homme, etc.
Plusieurs origines
Les Falabella sont l’une des souches de chevaux miniatures, « ce sont à la base des chevaux ibériques, les conquistadors espagnols ont amené avec eux les moyens locomoteurs, ils ont présélectionné des chevaux de petite taille pour des raisons pratiques » développe le Dr Vincent Boureau. Beaucoup de ces chevaux se sont retrouvés sur place et abandonnés, ils se sont progressivement adaptés au milieu aride et ont été vers la réduction de leur taille. De même que les poneys shetland en Ecosse se sont adaptés sur les iles à un milieu où les apports alimentaires étaient beaucoup plus abondants.
Le deuxième berceau des races miniatures est l’origine anglaise, au 16e siècle avec des chevaux de pette taille importés du Bengale pour l’agrément de sa majesté. « Puis ils ont été utilisés dans les mines grâce à leur petite taille ». Ils étaient issus essentiellement de la race shetland, et de quelques races nord européennes. Plus récemment, pour des raisons plus commerciales et l’aspect « jouet » que peut revêtir un cheval de petite taille, la mode en Angleterre du « toy horses » est arrivée il y a une trentaine d’années.
La 3e origine vient des Etats-Unis. Les premières traces d’importation datent de 1838. Il n’y a pas un type de cheval miniature mais plusieurs. La souche shetland reste commune.
Respecter les besoins physiologiques
« Les chevaux miniatures ne sont pas des peluches vivantes, n’oubliez jamais cela. Ce sont des chevaux » martèle le Dr Vincent Boureau, « en aucun cas, ce ne sont des jouets que l’on peut confier sans aucune recommandation ». L’attractivité pour les chevaux miniatures n’empêche pas de concevoir la responsabilité qu’est un cheval miniature, c’est le même engagement que pour un cheval de taille standard. Les conditions de vie sont importantes, « ils ne sont absolument pas adaptés au même lieu de vie qu’un chien ! ».
Les besoins physiologiques englobent des recommandations usuelles à tous les chevaux : abreuvement, alimentation basée sur les fibres (au moins 2 kg de fourrage par jour pour un cheval miniature), des compléments vitaminés. « Il faut faire attention de ne pas rentrer dans le surdosage en raison de leur petit taille » ajoute le Dr Vincent Boureau. « Des régimes hyperprotéinés peuvent être dangereux pour ces petits chevaux ».
Ce sont des chevaux assez rustiques, ils n’ont pas besoin d’avoir des aliments trop concentrés. « Les chevaux miniatures sont faits pour vivre en extérieur : 1000 m2 au moins par équidé. Donc en zone urbaine, les lieux clos sont à proscrire, ils doivent sortir au moins une demi journée par jour à l’extérieur ». Comme tout cheval, ils nécessitent des soins, un parage des pieds par un maréchal ferrant, un pansage, une vermifugation, une vaccination, etc. Les chevaux miniatures ne sont pas faits pour vivre seuls, « ce sont des animaux grégaires comme tous les chevaux ». Il convient de respecter leur bien-être en termes de comportement (enrichissement du milieu, activité de recherche alimentaire, éviter le stress, etc.).

Marine Turpin

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr