Phénylbutazone : rapport des deux agences

mercredi 17 avril 2013

  • imprimer

Les deux agences sanitaires européennes, l’Agence européenne du médicament (EMA) et l’Autorité européenne de la sécurité des aliments (EFSA), devaient se prononcer le 15 avril dernier sur le risque de résidus de phénylbutazone dans la viande de cheval. Elles auront été ponctuelles et la phenylbutazone devrait rester disponible sur le marché.

phenyl illustr largeL

 En effet, cette demande émanait de la commission européenne suite au débat sanitaire lié à ce qui est appelé aujourd'hui le scandale de la viande de cheval. Le rapport ne remet pas en cause le maintien de la phénylbutazone.
Les deux agences européennes considèrent que la présence illégale de phenylbutazone détectée dans la viande de cheval concerne peu les consommateurs : en raison de l’exposition faible des consommateurs, car la viande de cheval est peu consommée ; en outre, les effets toxiques restent très faibles. Les deux agences ont aussi évalué l’exposition du consommateur à la phénylbutazone à travers une présence illégale de viande de cheval (dans des produits estampillés boeuf par exemple).
Le rapport conclut ainsi que la probabilité qu’un individu prédisposé à un trouble consomme de la viande de cheval contaminée avec la molécule et développe ces troubles est basse. Ils sont de 2 cas par milliard et 1 cas pour 100 millions. Ceci prend en compte la probabilité des consommateurs d’être exposés à la phénylbutazone un jour donné par la consommation de la viande de cheval en elle-même, ou de la consommer à partir de produits altérés avec de la viande de cheval.
Pour les consommateurs réguliers de viande de cheval, c’est-à-dire qui en mangent deux fois par semaine et avec une prévalence de la molécule dans la viande de 3,5% ou de produits de boeuf frauduleux, la probabilité d’être exposé à la phenylbutazone pourrait être d’une fois tous les 4 mois.
Les deux agences concluent qu’alors que la genotoxicité de la phénylbutazone ne peut pas être exclue, elle est considérée comme peu probable. Le rapport estime aussi que le risque de cancerogenicité est bas en lien avec la consommation de viande contenant des résidus. Pour autant, l’évaluation commune des deux agences réaffirme l'interdiction de cette molécule chez les animaux destinés aux denrées alimentaires. En outre, les agences recommandent une amélioration de la traçabilité des chevaux, incluant le passeport équin avec une reglementation appropriée, et le suivi des résidus de médicaments vétérinaires.

Marine Turpin

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table N43 Stéphanie Brieussel

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société


ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr