Protection du cheval : une année cauchemardesque

mercredi 27 mars 2013

  • imprimer

La morosité économique de la filière a des conséquences lourdes en matière de bien-être des équidés, c’est ce qui ressort de l’assemblée générale de la Ligue française de protection du cheval (LFPC) présidée par le Dr Richard Corde, et qui s’est tenue le 23 mars dernier à l’école vétérinaire d’Alfort.

lpc corde largeL

Le Dr Richard Corde, président de la LFPC et la marraine de la ligue, la princesse Aga Khan, encadrent le vainqueur du traditionnel quinté de la LFPC de septembre à Longchamp (ici édition 2009).

734 interventions, 405 résolues et 18 mises au tribunal, ont notamment ponctué l’année 2012 et ce, uniquement pour la LFPC ! La conjoncture économique est difficile et les associations de protection animale sont touchées de plein fouet. Aujourd’hui, le nombre d’affaires augmente et parallèlement, les cas sont de plus en plus dramatiques et concernent régulièrement des cheptels de plusieurs dizaines de chevaux. En outre, les familles d’accueil ou d’adoptants se font de plus en plus réticentes pour prendre en charge des chevaux, des ânes ou des poneys à placer. « Nos délégués ont effectué un travail énorme et ont été très efficaces sur le terrain » souligne le Dr Richard Corde. Mais des écueils persistent : les limites budgétaires, l’indifférence de certaines DD(CS)PP et les difficultés de terrain ont été pointées. « Le budget du ministère de l’Agriculture relatif à la protection animale est fixé à 136 000 euros sur le plan national pour tous les animaux en difficulté, quelle que soit l’espèce, ce qui est donc ridicule, d’autant que dans le même temps, le budget de l’identification est de 6 millions, cela permet d’expliquer les difficultés dans lesquelles se trouvent les services de l’Etat » ajoute Frédéric Freund, Directeur de l’œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoir (OABA).
Partenariat avec France Galop
Le partenariat entre la LFPC et France Galop se poursuit, avec un quota actuel de 130 chevaux hébergés en permanence par la Ligue, en attendant de pouvoir les placer. Les éleveurs, entraineurs qui adhèrent à cette démarche versent une contribution volontaire de 1/1000e des gains. De grands noms des courses y adhèrent déjà, et la princesse Aga Khan est marraine de la LFPC.
Mais si le Galop a pris conscience de l’importance du devenir de ses chevaux en fin de carrière de course, reste que son homologue du Trot, du moins ses instances représentatives, rejette toute idée de reconversion des chevaux autrement que par quelques placements mais surtout l’abattage ; une position intenable à moyen terme selon la LFPC.
Implication de la profession vétérinaire
La commission transversale entre l’association vétérinaire équine française (Avef) et la LFPC, travaille sur le regroupement des vétérinaires sentinelles du bien-être animal. Le Dr Vincent Boureau (Avef et LFPC) a également appuyé une pétition contre le bouclage auriculaire des chevaux de trait pendant le congrès annuel de l’Avef à Reims fin 2012. Un groupe multi espèces sur l’euthanasie animale mène également une réflexion importante au sein de la profession vétérinaire. En outre, la ligue travaille sur un guide pratique d’évaluation sanitaire corporelle, pour que cette évaluation soit incontestable sur un plan scientifique et fasse consensus.
Enfin, le Dr Michel Martin-Sisteron (Conseil Supérieur de l’Ordre des Vétérinaires), a rappelé le cadre des interventions des vétérinaires. L’homme de l’art est notamment tenu au secret professionnel, « on ne peut pas lui demander des choses par lesquelles il se trouve lié par le secret professionnel, il n’y a que le demandeur des soins et le juge dans le cadre d’une procédure qui peut le libérer, sinon nous ne sommes pas délié du secret professionnel qui est absolu et qui peut faire l’objet d’une sanction rigoureuse ». Les vétérinaires sont aussi tenus à une obligation de continuité de soins. En outre, le CSOV a insisté sur le fait que depuis plusieurs années, il travaille conjointement avec les associations de protection animale afin de mutualiser leurs efforts en matière de maltraitance des équidés. Plusieurs dossiers sont en cours d’instruction, parfois liés même à de l’exercice illégal de la médecine.
Une page se tourne
Depuis l’automne, la LFPC accélère la refonte de son management et de ses activités quotidiennes. Elle est notamment dotée de deux sites Internet, l’un sur son actualité (lfpcheval.fr), l’autre sur l’actualité liée au bien-être des équidés (lfpc.eu).
2013 sera marqué par un effort considérable sur la structuration des activités de terrain, l’objet premier de la Ligue. En attendant, l’assemblée générale a été l’occasion de rendre hommage à Anne Riboulet, ancienne DTN de l’association qui avait, quelques jours auparavant, annoncé sa démission de la Ligue, souhaitant ainsi, après de nombreuses années à gérer la ligue, prendre du recul et se reposer.

Marine Turpin

  • imprimer

0Commentaires

 | 27/03/2013 17:37
A signaler: Un cas de maltraitance et une procédure en cours à Mardilly dans l'Orne la semaine dernière


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr