“Mon objectif, c'est la Cravache d'Or”

jeudi 15 janvier 2015

  • imprimer

A une semaine de la fin de sa suspension, Bertrand Lestrade est plein d'ambition pour 2015 - Après une année 2014 qu'on peut qualifier de “transition” (cinquante-cinq victoires, sixième au classement des jockeys), Bertrand Lestrade, déjà triple Cravache de Bronze, aborde la saison 2015 gonflé à bloc, lui qui reste sur dix succès lors de ses dix-neuf dernières montes. Son objectif avoué ? La Cravache d'Or, tout simplement.

Lestrade  largeL

Paris Turf

Bertrand Lestrade en compagnie de sa fille Maëlia.

- Quel regard portez-vous sur votre saison 2014 ?

C'était une année “off” en quelque sorte. Après mon départ de chez Guillaume Macaire, j'ai ressenti le besoin de me ressourcer, de profiter de ma famille, de ma fille Maëlia surtout. Les résultats n'ont pourtant pas été mauvais, loin de là ; j'ai remporté deux groupes II et un groupe III et j'ai réalisé deux coups de quatre, un à Auteuil le jour de la réouverture début septembre, et un le jour de Noël à Pau. Au niveau des gains, c'est même ma deuxième meilleure année. La belle réussite avec les élèves de Yann Porzier notamment ou avec le petit poucet Unmix sont à mettre en avant. 

- Justement, quels sont vos meilleurs souvenirs de l'année écoulée ?

La victoire de Korfou de Maspie dans le Grand Steeple d'Enghien est une vraie victoire d'équipe. Non seulement nous avons pu récupérer la monte au second semestre après avoir choisi Unmix au premier, mais nous avons dû travailler dur pour pouvoir le monter à 64 kilos. Quant à la victoire d'Unmix dans le Prix Murat, c'est un conte de fée. Avec Michel Postic, qui était permis d'entraîner à l'époque, nous avons fait du bon travail et réussi à devancer Storm of Saintly, ce n'est pas rien ! 

- Vous dites toujours “nous” et parlez souvent de votre “équipe”. De qui s'agit-il ?

L'équipe qui m'entoure depuis maintenant quinze mois est composée de Giovanni Laplace, mon agent, et de Paul Boussemart, mon préparateur physique. Notre trio avait besoin de prendre de la maturité et nous sommes désormais totalement opérationnels. C'est pourquoi 2015 sera une année nouvelle. Je vais me déplacer davantage, sillonner la France dans le but de travailler avec un éventail le plus large possible d'entraîneurs, sans en privilégier aucun. D'ailleurs, il est intéressant de noter que mes 10 derniers succès ont été acquis pour 9 entraînements différents. C'est comme ça que je vois mon statut de jockey free-lance. Beaucoup de gens n'ont pas compris ma décision de quitter l'écurie Macaire, mais il s'avère qu'on a réussi à gagner la confiance de pas mal de monde, et ce grâce au travail de mon équipe. 

- Comment abordez-vous l'année 2015 et quels objectifs vous êtes-vous fixés ?

  Cette année, l'objectif est clair : remporter une première Cravache d'Or. Ce ne sera pas facile, car la concurrence est rude, mais on va tout faire pour y arriver, dans l'optique d'obtenir une plus grande visibilité médiatique et de promouvoir le sport hippique auprès des jeunes générations. Par ailleurs, je m'approche du cap des 400 victoires en obstacle en France (N.D.L.R. : 396 à ce jour), et si je pouvais remporter la 500e cette saison, ce serait fabuleux ! Mais c'est un sport qui demande d'être au top toute l'année, 365 jours par an. C'est pourquoi cela demande un entretien permanent afin de gérer son poids, sans oublier toute une préparation mentale qui permet de rester motivé, avec un moral de gagneur, et d'encaisser les coups, les échecs. 

- Vous réalisez actuellement un très bon meeting de Pau. Avez-vous encore de belles cartouches dans les semaines à venir ?

Malgré deux semaines d'arrêt pour blessure (N.D.L.R. : fêlure du radius le premier jour), je compte actuellement 10 succès au cours du meeting. Évidemment, ma mise à pied de 20 jours (voir ci-contre) compromet la suite de l'hiver, m'empêchant notamment de monter Vent Sombre dans le Grand Prix. Mais j'ai encore de beaux espoirs, entre autres avec Touco dans le Grand Cross, Jemy Baie dans la Grande Course de Haies, et Forthing dans le “Palaminy”.  

Explications sur sa mise à pieds de 20 jours 

“Une sanction disproportionnée”
Le 20 décembre, à l'occasion de son retour en piste après deux semaines d'arrêt, Bertrand est déclaré à deux reprises sur des chevaux de l'Écurie Papot, au poids de 65 kg. “Le matin, j'étais à Sers pour sauter des chevaux, notamment ceux d'Hector de Lageneste. Cela a duré plus longtemps que prévu et je n'ai pas eu le temps ensuite de faire suffisamment de sauna. J'ai néanmoins réussi à monter à 65 kg pour Guillaume Macaire mais, après la course, déshydraté, j'ai bu une canette et je dépassais alors le poids autorisé de 300 grammes. Bien sûr, j'aurais pu demander à prendre une livre puisque c'est autorisé, mais je ne voulais pas qu'on pense que j'avais fait un effort pour M. Macaire et pas pour M. Clayeux.” Bertrand se présente donc à la pesée avant la course avec une “selle de passe”, mais les commissaires veillent au grain... “J'ai pris le risque de contourner le règlement, en sachant qu'après la course, on a le droit de revenir avec 500 grammes de plus et qu'il n'y aurait donc pas eu de problème. Je ne voulais léser personne et n'avais pas du tout la volonté de tricher, mais plutôt celle de satisfaire pleinement mes entraîneurs.” Qu'importe, la sanction tombe : 20 jours de mise à pied. Les commissaires se sont basés sur un même cas de figure (Marc-Antoine Billard à Fontainebleau) et ont appliqué la même punition. “En plein meeting, c'est dur. Quand on est responsable d'une chute en course, on ne prend “que” 8 jours. C'est disproportionné. J'ai voulu faire appel pour tenter d'expliquer qu'une telle sanction pénalise certes le jockey, mais aussi l'entraîneur et le propriétaire, qui ne sont en rien responsables. Une amende, même importante, serait plus juste. Une meilleure prévention serait aussi nécessaire, avec des avertissements avant une sanction aussi lourde que celle-ci. Les commissaires d'appel ont été plutôt réceptifs et ont écouté mes arguments. Même s'ils n'ont pas modifié la sanction, je ne regrette pas d'y être allé, cela va peut-être faire évoluer les choses pour l'avenir.”
 

Nicolas Bourguet / Paris Turf

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table N43 Stéphanie Brieussel

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr