France Galop donne les moyens à la reconversion des pur-sang
mercredi 08 mai 2019

Reconversion des chevaux de course
La polyvalence des chevaux de course est encore mal connue © France Galop

Après 10 ans d'effort pour offrir un accueil aux chevaux blessés ou mis en retraite et leur assurer une seconde carrière, France-Galop élargit la liste de ses partenaires en signant avec l'association Au-delà des Pistes spécialisée dans la reconversion

Sur 10 000 pur-sang naissant chaque année en France, un tiers ne court pas et les autres cessent de courir à 4 ou 5 ans. Ils passent vite à d'autres disciplines mais leur polyvalence est mal connue. 

France Galop, met donc des moyens pour la promouvoir. "Chaque galopeur doit bénéficier d'une seconde carrière et d'une retraite paisible ", a déclaré le 30 avril Olivier Delloye, directeur général de l'institution des courses, en signant un accord avec Au-delà des Pistes. Cette association a labellisé en France 17 sites qui savent reconvertir les pur-sang. "On les voit désormais jouer au polo et au horse-ball, briller en complet, au saut et en dressage, il faut mettre en avant ces réussites auprès des cavaliers de sport pour augmenter les perspectives," explique Aliette Forien, responsable du haras de Reboursière et de Montaigu, trés impliquée dans la reconversion des galopeurs. Elle les présente sur de prestigieux hippodromes lors des journées de courses. Son réseau de clubs labellisés est sérieux car l'accueil est assorti de conditions drastiques et surveillé par l'association. De grands cavaliers en témoignent :  Astier Nicolas et Nicolas Touzaint en complet de haut niveau, Pierre-Henri N'Goumou en polo et horse-ball.

Grâce à cet accord, 350 000€ vont être consacrés au soutien à la reconversion des chevaux de course. 250 000€ seront issus de prélèvement sur les paris, tandis que 50 000€ viendront des fonds propres de France Galop. Pour les 50 000€ restants, l'institution compte également sur les dons de propriétaires, entraîneurs et éleveurs, suivant l'exemple de Christophe Soumillon qui reverse 5% de ses gains pour cette cause. D'autre part, "France Galop assure un appui administratif et technique et accorde une aide financière d'urgence aux établissements agréés pour un convalescent", complète Olivier Delloye. Hélas en cas de blessure, les frais dépassent largement les 300€ promis ... Les besoins sont considérables et la filière doit se mobiliser pour être à la hauteur. "Celui qui côtoie un galopeur au cours de sa vie doit se soucier de son devenir après les courses", conclut Aliette Forien.

Plus d'informations sur www.audeladespistes.fr

Calendrier des journées de promotion:

26 mai: hippodrome de Longchamp

2 juin : Chantilly

24 août : Deauville 

3 novembre : Auteuil.