Le Sénat en force à Vincennes

mercredi 30 mars 2016

  • imprimer

16 des 348 sénateurs français s’étaient donné rendez-vous mardi pour la soirée spéciale Fédération Sud-Ouest ainsi que 5 députés. Une superbe performance orchestrée par le Président Jean-Jacques Dumas (quatrième à gauche) bien épaulé en sa tâche par la présidente du Groupe Cheval du Sénat, Anne-Catherine Loisier (en quatrième position au premier plan).

Les hommes et femmes politiques sont venus en nombre mardi soir à Vincennes.  largeL

Scoopdyga

Les hommes et femmes politiques sont venus en nombre mardi soir à Vincennes.

Le Président du Trot, Dominique de Bellaigue, ainsi que le vice-président de France Galop Jean-Pierre Colombu peuvent se féliciter de l’écoute attentive reçue mardi soir à propos des difficultés traversées par la filière hippique.
 

Intervention de Mr Jean Jacques DUMAS, Président de la Fédération Régionale des courses du Sud-Ouest

 

Mr le Président de la Fédération Nationale des Courses Hippiques, Dominique De BELLAIGUE et Président de la SECF, Société Le TROT
Mr le Vice Président de France Galop,
Mesdames, Messieurs les élus,

En tant que Président de la Fédération Régionale des courses du Sud-Ouest, je suis particulièrement touché ce soir de votre présence sur l’Hippodrome de Vincennes où va se dérouler une réunion entièrement consacrée à notre Fédération.

Permettez-moi en premier lieu de remercier M. Dominique De Bellaigue, Président de la société mère Le Trot, qui nous accueille ce soir. En vous recevant sur ce magnifique hippodrome, et en dédiant les courses de cette nocturne à quelques-uns de nos hippodromes régionaux, nous souhaitons vous faire découvrir notre filière, son fonctionnement, son poids économique et ses enjeux. Il vous sera remis en fin de soirée, un document présentant les principales données de notre activité ; aussi je vais essayer de ne pas abuser des chiffres.

Il faut savoir que le territoire Français est divisé en 9 Fédérations régionales selon le découpage des anciennes circonscriptions des haras nationaux. La Fédération du Sud-Ouest regroupe 21 départements couvrant les régions, Aquitaine, les Charentes, le Limousin et Midi Pyrénées.

48 sociétés de courses composent notre Fédération, celle-ci organisant chaque année 375 réunions soit près de 3.000 courses. Il faut savoir que pour organiser ces 375 réunions, ces sociétés sont très différentes. Une grande majorité n’organise qu’une réunion (maintenant les traditions) et d’autres comme Bordeaux ou Toulouse peuvent aller jusqu’à 49 journées de courses par an.

Parmi ces 375 réunions de courses, 135 sont dites Prémium dont 12 avec un Quinté+. Celles-ci sont télévisées sur la chaîne Equidia.

Les enjeux sont collectés sur tout le territoire via le réseau PMU et sur les sites de paris en ligne. Les enjeux collectés sur nos hippodromes représentent 617 Millions d’euros sur un chiffre d’affaire global de 9,6 Milliards d’euros.

Outre les 49 millions d’euros qui  sont versés aux propriétaires des chevaux sous forme de dotation de prix, les courses alimentent directement le budget de l’état par le prélèvement opéré sur les paris. Près d’1 milliard au niveau national dont 61 Millions pour les courses du Sud-Ouest, auxquels il faut ajouter tous les prélèvements sociaux liés à notre activité (MSA, TVA …)

Rappelons également que les communautés de communes perçoivent une redevance sur les enjeux. A l’échelon national, celle-ci est plafonnée à 10,5 millions d’euros. Elle représente pour notre Fédération 1,1 Million d’euros. Ces chiffres soulignent bien à quel point la filière courses génère des retombées économiques tant sur le plan national que dans son environnement local.

Au-delà des aspects économiques, les courses hippiques revendiquent leur enracinement en la société française et leur appartenance au patrimoine culturel et sportif. Notre statut associatif implique que le fonctionnement de nos sociétés de courses soit assuré par des bénévoles. Ils sont plusieurs centaines au niveau de notre Fédération et plus de 6.000 au niveau national….

En 2015, plus de 228.000 spectateurs ont franchi les portes de nos hippodromes du Sud-Ouest.

Les hippodromes sont avant tout un lieu de rencontres et de convivialité accessible à tous ; un théâtre sportif qui incarne la performance, le dépassement de soi et qui offre à toutes les classes sociales une part de rêve…

Dans une société française qui souffre de manque de lien, d’échange et d’écoute, l’hippodrome a son rôle à jouer et c’est pour cela que les sociétés de courses doivent être mieux reconnues et que les élus locaux que vous représentez ici soient à l’écoute d’une filière qui a besoin de votre soutien.

En effet, la crise économique qui dure et qui frappe tous les secteurs d’activité, ne nous épargne pas et l’avenir de notre filière est aujourd’hui menacé.

Je vais laisser le Président du Trot vous exposer plus en détail cette situation qui nous préoccupe profondément.

Merci encore de votre présence à Vincennes ce soir, nous espérons que cette immersion dans le monde des courses vous fera partager notre passion. Je vous remercie encore de votre attention et passe la parole à Mr Dominique De Bellaigue.

 

Intervention du Président de BELLAIGUE

 

Mesdames et Messieurs les parlementaires,

Mesdames et Messieurs les élus,

Monsieur le Vice-Président, Messieurs les Administrateurs de France Galop,

Messieurs le Président et le Vice-président de la Fédération Régionale des Courses du Sud-Ouest,

Chers Présidents, Chers amis,

 

Je suis très heureux de vous souhaiter la bienvenue ce soir sur l’hippodrome de Vincennes et je tiens à mon tour à vous remercier chaleureusement pour votre présence.

 

M. DUMAS vous a dressé un portrait complet de sa fédération. Il a su vous faire partager la passion et l’engagement de tous ses bénévoles au service d’une filière économique et sociale, qui mérite d’être mieux connue.

 

Le modèle du financement de notre filière, par les paris et les investissements des propriétaires, est vertueux, transparent.

 

Pour les paris, il se fait via un prélèvement sur les enjeux collectés par le GIE-PMU, qui appartient aux deux Sociétés-mères, France Galop et LeTrot. En 2015, les enjeux du PMU ont représenté 9 milliards d'euros, pour un résultat de 778 M€ au profit des sociétés-mères (28 M€ étant directement reversés à la filière équestre et aux propriétaires au titre de la compensation TVA).

 

Notre secteur d’activité est aujourd’hui fragilisé, bien sûr par un environnement économique dégradé, mais aussi par des décisions législatives ou fiscales qui impactent fortement notre activité.

 

J’insisterai sur un point : la concurrence des paris sportifs

 

La loi d'ouverture du marché des jeux sur internet, que vous avez votée il y a 6 ans, a permis à de nouveaux opérateurs, privés, d’obtenir un agrément de l’Autorité de Régulation des Jeux En Ligne pour prendre des paris sur les courses hippiques.

En parallèle, cette même loi a autorisé la Française des Jeux et les autres opérateurs, dont le PMU, à développer sur internet les paris sportifs et le poker.

 

Mais ce qui n’était pas prévu, c’est l’autorisation donnée à la Française des Jeux de proposer l’offre de paris sportifs dans la majorité de ses 33.000 points de vente.
 

L’impact est sans appel : entre 2010 et 2015, les enjeux sur les courses hippiques ont baissé de 900 M€, alors que les paris sportifs ont progressé du même montant.

 

Ainsi, cette loi dite de régulation s'avère, après six ans, une loi de dérégulation du marché des jeux en France, au détriment des courses hippiques.

 

Cette concurrence des paris sportifs dans le réseau physique de la Française des Jeux s’ajoute à une autre concurrence que nous jugeons déloyale, celle de la rémunération des titulaires de points de vente: 5,2 % pour les jeux de la FDJ, contre 2 % seulement en moyenne pour les paris du PMU.

 

Sur ces bases il est impossible d'envisager un renversement de situation en faveur du PMU.

              

En 2012, à la demande du gouvernement, un Comité Stratégique a été mis en place pour évaluer les réformes que nous devions conduire, afin de pérenniser les courses hippiques.

Un rapport a été remis en ce sens au Ministre de l'Agriculture et au Ministre du Budget en juillet 2013.

 

Plusieurs réformes essentielles ont déjà été menées à bien, avec un coût social et financier très important pour les Sociétés-Mères. Le Président de France Galop et moi-même avons rencontré, à plusieurs reprises en 2015 nos Ministres de Tutelle, pour faire valoir ce bilan et les convaincre de soutenir dans ces réformes la filière hippique, qui contribue chaque année à hauteur de 1 milliard d'euros au budget de l'Etat.

 

Le partenariat des courses hippiques avec l'Etat est historique, permanent et nous l’avons toujours encouragé.

 

Aujourd'hui, notre avenir n'est possible qu'avec une volonté politique forte, pour soutenir les 73.000 emplois que représente notre activité, et la place qu’elle tient dans la politique agricole d'aménagement du territoire.

              

Les parlementaires doivent d’urgence s’interroger quant à l’impact de la loi de 2010 sur la situation économique et financière de la filière hippique, en activant une clause de revoyure spécifique.

 

Aussi, je me félicite que le Comité d’Evaluation et de Contrôle de l’Assemblée Nationale ait décidé d’effectuer une évaluation de «la politique des jeux d’argent et de hasard» en France, assisté à cette fin par la Cour des Comptes.

 

Demain, sans le soutien des élus locaux, régionaux et nationaux, la filière hippique française sera affaiblie et je ne voudrais pas que, dans quelques années, on puisse comparer la France à l'Italie, où une politique de complète libéralisation de la politique des jeux a conduit à la faillite de la filière dans son ensemble.

 

C'est le message que je tenais à vous faire passer ce soir. Il est essentiel que vous l'entendiez et que vous en soyez le relais politique.

              

Mesdames, Messieurs les élus, chers amis, merci encore de votre présence parmi nous ce soir, je vous souhaite une excellente soiréeà la découverte du spectacle des courses hippiques et je vous remercie de votre attention.

Retrouvez toute l'actualité des courses sur Paris-Turf.com

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr