Quand les langues commencent à se délier…

mercredi 24 juin 2015

  • imprimer

Dimanche dernier, le propriétaire filmé dans l'émission "Spécial Investigations", Julien Debache, est venu nous expliquer comment il avait vécu ce reportage à charges sur les courses...

Julien Debache.  largeL

SC/Paris Turf

Julien Debache

Lors de son discours dimanche pendant la journée des propriétaires, le président du Trot, Dominique de Bellaigue, a déclaré : "La joie de tout propriétaire, après une victoire, est la meilleure campagne pour le recrutement de nouveaux propriétaires. N’en déplaisent à ceux ou celles qui au travers d’émission de télévision à sensation, peu respectueuses du métier de journaliste, se complaisent à montrer une image dégradée et caricaturale de notre secteur d’activité. Fort heureusement ils peinent à convaincre." Il est vrai qu’il n’y a pas eu de "dégâts collatéraux" suite à l’émission de Canal+ "Spécial investigations", le reportage étant diffusé un soir de semaine sur la chaîne privée. En outre, l’Agence Capa, qui a commandé cette émission a expressément demandé aux sites la publiant de la retirer en raison des droits d’auteur. Néanmoins, dans le microcosme hippique, l’émission fait parler et dérange visiblement nombre de protagonistes qui sont apparus à l’écran. Ils se sentent piégés. Le souci ? Ce qui est dit est dit. Et même extrait du contexte, la portée est là. Ainsi, quelques jours après avoir reçu une lettre signée de la main de Marc-Antoine Billard, Julien Debache, qui est apparu comme le propriétaire d’As du Pommeau dans ce reportage nous a demandé de s’expliquer dans les colonnes de Paris-Turf (voir la rubrique "Médias" de notre numéro en kiosque ce mercredi). M. Debache se sent "trahi" par la journaliste en qui il avait eu confiance : "Je suis resté au moins 2 heures avec elle et il y a eu une dizaine de prises de vue pour le résultat que vous savez. Les images ont été coupées, tout comme mes explications. La plupart des lecteurs de Paris-Turf sont des spécialistes, ce qui n’est pas le cas forcément de tous les parieurs des points de vente. Aucun spécialiste n’a découvert qu’il existait des courses préparatoires. En raison du montage, les téléspectateurs n’ont pu bénéficier de toutes les explications sur As du Pommeau. A Vincennes, la compétition est très relevée et vous ne pouvez pas avoir un cheval à 100 % de ses capacités tout au long de l’année. Comme c’est le cas dans tous les sports, pour arriver à des objectifs très précis, certains chevaux ont des courses préparatoires. Mis à part le dopage, il n’y a pas de tricherie dans les courses. J’aime les courses, c’est un sport et un jeu de réflexion magnifiques et ce que je souhaite, c’est que cette passion se poursuive dans les meilleures conditions possibles. Ainsi, en vue d’améliorer le bien-être des turfistes, il faudrait je pense plus surveiller les chevaux qui sont favoris et dont les drivers ne font que la ligne droite. Et prévenir les joueurs (comme à l’engagement avec des astérisques) que tel ou tel concurrent a des objectifs visés au programme."

Retrouvez l'annonce de l'émission en cliquant ici!

Et retrouvez toute l'actualité des courses sur Paris-turf.com

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table N43 Stéphanie Brieussel

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr