"Réformer, cela se fait avec du courage et de la méthode"

vendredi 08 novembre 2013

  • imprimer

Trois questions à Hervé Morin - Hervé Morin, ex-ministre de la Défense, mais aussi propriétaire passionné et éleveur de chevaux, a, selon ses termes, “regardé avec beaucoup d'acuité et d'intérêt le débat sur la réorganisation de la filière”. Il nous livre son point de vue.

Hervé Morin largeL

Paris Turf

Hervé Morin : "Il y a, dans les convulsions qui frappent la filière, un “concentré de France”

"Paris-Turf” : Quelle analyse portez-vous sur la crise que traverse actuellement l'Institution des courses ?

- Hervé Morin : C'est fascinant de vivre dans le galop ce que nous vivons dans la société française. Il y a dans les convulsions qui frappent la filière un “concentré de France”. Tout le monde demande la réforme, tout le monde demande la réduction des dépenses, tout le monde demande du courage à Bertrand Bélinguier. Et, dès que l'on commence à lancer quelques pistes, tout le monde s'y oppose. La réforme, c'est toujours pour les autres ! Et je ne me livrerai pas au “Bertrand Bélinguier Bashing”, un Bertrand Bélinguier qui va bientôt pouvoir compter ses amis… 

- Quels conseils donneriez-vous à Bertrand Bélinguier ?- Ministre de la défense, j'ai réalisé une grande réforme, aboutissant à 1,6 milliard d'euros d'économie de fonctionnement, avec des fermetures de régiments, de bases aériennes, des mutualisations, des regroupements, des suppressions de services, etc. Et je rappelle qu'au ministère de la Défense il n'y a pas que des militaires, il y a aussi 80.000 personnels civils, avec un taux de syndication assez élevé. Si cette réforme est passée inaperçue alors qu'elle paraissait difficile, c'est que cela s'est très bien passé. La raison, c'est la méthode employée. Car une réforme, comme celle aussi engagée par France Galop, nécessite, à mon sens, de faire partager une ambition. Cela impose une longue période de débats, de partage des convictions, de discussions avec un personnel légitimement inquiet, pour voir quelles sont les mesures de reconversion, les plans de reclassement, l'amélioration de la condition du personnel liée aux économies réalisées, etc.Une fermeture d'hippodrome, comme la suppression de régiment, ne se fait qu'après de longues discussions préalables. Pour le Grand Longchamp, par exemple, si l'on décide d'y mettre une PSF, il faut engager une vraie réflexion sur le nombre d'hippodromes nécessaire en région parisienne. Et si l'on décide de se lancer dans la réforme du calendrier des courses, pour bâtir les réunions et le programme, il faut travailler très en amont, notamment avec le PMU, qui a des modèles extrêmement pointus pour faire en sorte que les enjeux soient les meilleurs possibles, tout en prenant en compte l'exigence de qualité et de l'amélioration de la race chevaline. Je ne saurais trop conseiller à Bertrand Bélinguier de poser à plat l'ensemble des sujets et d'engager, avec tous ceux qui sont concernés, et pas seulement le comité de France Galop et quelques organismes, un vrai travail de réflexion, de participation, afin que les convictions deviennent partager et qu'elles puissent lever les inévitables obstacles qui se dresseront le jour de l'annonce du plan. Je me félicite du courage de Bertrand Bélinguier, mais je l'appelle à un vrai apprentissage de la méthode. Le discours sur la méthode est d'autant plus important que nous sommes en période de disette budgétaire. Bertrand Bélinguier hérite d'une situation où il est plus difficile de réformer que lors de la présidence précédente, dont nous ne retiendrons qu'une chose : la réduction de trois cents mètres de la distance du Jockey-Club. Pourtant, avec la croissance de la recette du PMU, il était plus aisé de réformer…

 Et que vous inspire le projet de fermeture de Maisons-Laffitte ?- Il existe des points communs entre la suppression envisagée de ce champ de courses et ce que j'ai pu faire à la Défense… Certains disent qu'il y a trop d'hippodromes, d'autres trop de courses Premium sur des champs de courses de province, rendant la vie des entraîneurs difficiles… À chaque fois, il faut faire preuve de pédagogie. Quand les élus locaux ou parlementaires venaient me voir pour défendre le maintien de leur régiment, je leur expliquais la raison de ma décision. Et s'ils m'avançaient des arguments pour me prouver que ce n'était pas économiquement rationnel, je les prenais en compte. Je faisais faire des études pour que finalement ils soient eux-mêmes convaincus. Ensuite, il faut engager immédiatement les politiques de reclassement, de reconversion du site qui sont nécessaires. Le projet de fermeture de Maisons-Laffitte, quelle que soit sa conviction intime, ne doit être bouclé qu'après cette longue procédure et dans le cadre d'une ambition collective. C'est pourquoi Bertrand Bélinguier a eu raison de ne pas s'obstiner et de prendre le temps nécessaire.Quant au député-maire qui utilise un groupe d'étude à l'Assemblée nationale pour simplement défendre ses intérêts électoraux, tout en se fichant, comme de sa première chemise, de la filière hippique, il manque de crédibilité.Pour conclure, je dirai simplement : il faut prendre le temps de discuter avant de décider.
Toute l'info des courses est sur www.paris-turf.com

Christophe Ugnon / Paris Turf

  • imprimer

0Commentaires

PHILIPPE P | 08/11/2013 12:54
Je propose au milieu des courses de récupérer les subsides du fonds "éperon", alimenté par l'argent du PMU, qui n'a aucune raison d' alimenter la filière du cheval de sport.

Pour l'heure cette caisse noire du ministère de l'agriculture, qui n'existe dans aucun autre pays européen, sert surtout à entretenir des organismes déficitaires qui pratiquent la discrimination de gains entre les éleveurs français ( SHF), à conforter des monopoles ( ANSF, ANAA), à entraver la libre concurrence entre les stud-books présents sur le sol français, a entretenir des organismes subventionnés incapable de présenter un bilan chiffré et vérifiable de leur activité ( UNIC).

Ph. POPPE


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr