65e cérémonie des Cravaches d'Or

samedi 15 mars 2014 - Paris (75)

  • imprimer

Du rire, des larmes, des champions. C'est dans le cadre fastueux du Théâtre des Champs-Elysées que le monde du galop récompensait les siens ce vendredi. Si les trois-quarts des lauréats étaient connus avant la cérémonie, la soirée aura tout de même réservé quelques surprises et moments d'émotion.

SOUMILLON Christophe (Jockey), PLOUGANOU Jonathan (Jockey), BELINGUIER Bertrand (Président de France Galop) largeL

Christophe Soumillon (Jockey), Jonathan Plouganou (Jockey)et au centre Bertrand Belinguier (Président de France Galop)

Vingt et une heures, la ponctualité étant la politesse des rois – et la nécessité des diffuseurs télé – Bertrand Bélinguier ouvre la cérémonie qu'il désire dédier à tous les acteurs de l'hippisme (sportifs, turfistes et journalistes). Un message parfaitement entendu par Xavier Papot, lauréat du Cheval d'Or dans la catégorie propriétaire d'obstacle, qui, dans un élan d'empathie, va souhaiter le même bonheur qu'il a connu avec Bel la Vie cette année dans le Grand Steeple à d'autres acteurs. “J'aimerais le regagner cette année, mais si Pierre Coveliers et Rhialco, par exemple, l'emportent, je serai très heureux. Et si c'est Farlow des Mottes, vous imaginez ? Son propriétaire (Jean-Marie Lapoujade) pleure déjà avant les courses, alors songez à l'émotion qui le saisira s'il gagne ! C'est ça les courses, c'est une grande famille !” Une grande famille dans laquelle s'intègre parfaitement Guy Cherel, primé ici en tant qu'éleveur, qui se félicite de s'être “toujours organisé pour ne dépendre de personne et d'avoir réinvesti l'argent gagné dans [son] outil de travail.” Guillaume Macaire, tête de liste des entraîneurs d'obstacle, préfère insister sur la notion de plaisir, tout en précisant que “le travail effectué est le même avec un bon et un mauvais cheval.” Côté plat, la remise des Chevaux d'Or aura été beaucoup plus brève. D'une part, parce que les frères Wertheimer étaient primés dans deux catégories (éleveurs et propriétaires), ce qui, le rappellera Gérard Wertheimer, ne leur était arrivé qu'une seule fois, en 1978, et que, d'autre part, l'entraîneur tête de liste dans la discipline n'était pas présent à la soirée (non partant, motif inconnu – pourrions-nous résumer).

 Trois Cravaches spéciales décernéesTrois Cravaches spéciales étaient décernées lors à l'occasion de cette cérémonie. La Cravache internationale est revenue à la Japan Racing Association, qui fête ses 60 ans cette année, et poursuit sa conquête du Graal (le Prix de l'Arc de Triomphe) après lequel elle court depuis 1969. La Cravache d'honneur a été attribuée, on ne peut plus logiquement, à Thierry Jarnet (Arc et Prix de Diane 2013 notamment), partenaire de Trêve et Moonlight Cloud, qui, humblement, rappellera que “c'est quand même le cheval qui court et fait 80 % du travail”. Petite surprise en revanche avec l'attribution de la Cravache coup de cœur à l'Écurie des parieurs RMC. Avant l'heure, la structure montée par Pascal Adda faisait pourtant figure d'outsider face aux palmarès de Trêve, Christophe Soumillon ou Guillaume Macaire. Mais, l'enthousiasme et la mobilisation de plus de 6.000 copropriétaires aura sûrement beaucoup pesé dans l'attribution de cette récompense soumise au vote du public. Matthias Lauron, Étrier d'Or prometteurEnfin est venu le moment de récompenser les jockeys. Matthias Lauron a reçu l'Étrier d'Or en souhaitant un jour revenir pour la Cravache d'Or. Delphine Santiago, venue recevoir le prix de la femme jockey (partagé avec Amélie Foulon), ranimera quelque peu l'assistance en précisant, avec sa faconde habituelle, qu'elle avait d'autres arguments que “deux claques dans les boîtes pour motiver sa monture”, même si elle concédera “le faire tout de même parfois”. Malgré quatre mois d'arrêt au cours de la saison, Nathalie Desoutter est primée pour la troisième fois consécutive. C'est une première, en revanche, pour Jonathan Plouganou, qui reçoit sa Cravache d'Or en même temps que les félicitations de son concurrent direct, David Cottin : “Je sais les efforts et les sacrifices que cela représente au quotidien pour un jockey de ta taille. Je te souhaite maintenant de gagner un premier groupe I.” C'est à un Christophe Soumillon très ému qu'est revenu le privilège de conclure cette soirée. La voie nouée, aux bords des larmes, le crack jockey a tenu à remercier en premier lieu son agent et ami, Pierre-Alain Chereau pour “le travail de fou effectué au quotidien. Il m'avait promis de m'amener au sommet, j'ai bossé comme un dingue – footing pour perdre du poids, des milliers de kilomètres en avion pour me mettre en selle à travers le monde – mais on y est !”. Après deux heures de cérémonie, il était alors temps pour chacun de prendre congé et de se donner rendez-vous dans un an pour célébrer de nouveau les meilleurs professionnels du monde du galop. 

Retrouvez toute l'actualité des courses sur paris-turf.com

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr