Les idées de croissance de Génération Galop
mercredi 21 octobre 2015

Georges Rimaud
Georges Rimaud aux côté de Christophe Soumillon © Scoopdyga

Mardi, à Deauville, le groupe de réflexion Génération Galop, candidate dans deux collèges (éleveurs et propriétaires) pour les élections socio-professionnelles, a poursuivi son active campagne électorale, sous la houlette de deux de ses têtes de liste, Georges Rimaud (manager des haras de S.A. l'Aga Khan) et Christian de Villeneuve (propriétaire et vice-président de l'hippodrome de Clairefontaine).

Ils ont présenté cinq axes stratégiques pour redynamiser le galop français : “améliorer l'image des courses pour restaurer l'intérêt du public et des médias ; redynamiser le propriétariat et encourager l'investissement ; renforcer l'attractivité et la compétitivité de nos courses et de nos élevages au plan national et international ; développer les enjeux pour relancer le moteur financier de la filière ; moderniser l'organisation de la filière et de la Maison-Mère pour gagner en efficacité et qualité de service, dans le respect des fondamentaux (association, mutualisation, bénévolat)”. 
Le producteur Jean-Louis Burgat, consultant média de Génération Galop, a souligné l'absence d'émotion dans les retransmissions. Or, selon lui, la popularité de notre sport dépend essentiellement de son attrait médiatique et de sa capacité à partager son spectacle, ses émotions et ses histoires. De son côté, Philip Prévost-Baratte, propriétaire et entraîneur, a insisté sur le fait qu'aujourd'hui “les propriétaires associés ou porteurs de part sont complètement mis de côté. Or il n'y a pas de petits propriétaires, chacun met ce qu'il peut pour vivre sa passion.” 
Christian de Villeneuve a abordé le volet jeu, en évoquant la nécessité de lancer de nouveaux paris (duels, ante-post betting, etc.) mais aussi l'importance de travailler sur l'augmentation du nombre moyen de partants par course, passant notamment par la création de mini-meetings. Enfin, Georges Rimaud a conclu en expliquant : “On ne peut pas se contenter de réduire les coûts, comme l'exige l’Etat, il faut aussi investir pour la croissance.”

Retrouvez toute l'actualité des courses sur Paris-Turf.com