Thierry Jarnet : “la seule préoccupation de France Galop est la sanction”

lundi 30 mars 2015

  • imprimer

Tribune Libre. Une pétition circule actuellement demandant que le poids que portent les chevaux soit relevé pour suivre l'évolution morphologique des jockeys. C'est une réalité, mais il faut néanmoins noter qu'en contrepartie, il n'y a pas de modification correspondante sur les équidés.

Thierry Jarnet largeL

Thierry Jarnet

Peut-être qu'une alternative consensuelle consisterait à relever un peu l'échelle des poids, tout en aménageant des tâches plus faciles pour les chevaux, comme courir à 2 ans révolus en plat et 3 ans réels en obstacle, sur des parcours moins éprouvants que Fontainebleau ou Compiègne pour les juniors, par exemple ?

 Il y a des critères physiques indispensables pour exercer cette profession (comme d'autres d'ailleurs : danseurs, gymnastes, mannequins...) et les recruteurs des écoles devraient être très transparents sur ce point, ce qui est loin d'être le cas. Il est exceptionnel d'exercer ce métier dans la durée sans suivre un régime alimentaire draconien qui permette de rester au poids requis, quelle que soit sa morphologie. Il faut se préparer tôt à en vivre cet aspect ascétique.

De grands jockeys par le talent et la taille auraient certainement été mieux orientés vers d'autres disciplines équestres, où ils auraient eu autant de sensations et de succès, mais beaucoup moins de contraintes.Quand on rencontre ceux qui ont arrêté pour des problèmes de poids comme Miguel Blancpain ou Yann Lerner, ce n'est pas en leur octroyant quelques kilos que l'on aurait pu les maintenir en activité. Leurs morphologies ne leur permettaient tout simplement pas d'embrasser cette profession après la post-adolescence. Heureusement, ils se sont reconvertis jeunes et de belle manière.

En instaurant un suivi pointu de la croissance des élèves dont elle a la charge, l'Afasec pourrait les préparer à modifier leur orientation professionnelle, le cas échéant, en amont et sans surprise. Tout au long de la formation en internat obligatoire, les gamins n'ont pas de suivi de médecine sportive, de préparation physique ou de diététicien pour les épauler, leur préparer une alimentation spécifique et apprendre à avoir une hygiène de vie de sportifs de haut niveau.

Quand certains font la démarche d'aller consulter un nutritionniste lorsqu'ils sont plus âgés et en ont les moyens, les études françaises sont tronquées : en général du poulet sans se soucier si les cavaliers du groupe sanguin B peuvent le supporter, des pâtes, sans s'inquiéter des intolérances fréquentes au gluten, jamais de pistes vers un mode de nourriture asiatique ou végétarien qui fait fondre les graisses. L'éloignement de leurs familles très jeunes, des horaires de travail interminables (pour prendre la 1re navette de l'école, les élèves sont réveillés à 4 h 50), des responsabilités dès l'adolescence dans une profession sportive et dangereuse, une alimentation mal gérée qui suscite la faim, sont des facteurs qui prédisposent aux troubles psychologiques. Fragilisés par cette vie passionnante mais épuisante physiquement et nerveusement, certains décompressent dans l'ivresse des soirées et perdent pied. Récemment, une réunion internationale a été organisée en Australie et a mis en lumière les addictions provoquées par ce cumul de stress : tabagisme, alcoolisme (Richard Hughes a témoigné avec beaucoup de courage sur ce point), toxicomanie.

Contrairement à d'autres fédérations sportives, France Galop n'apporte aucun soutien à ces sportifs de haut niveau, seulement une répression permanente, anxiogène. Récemment, un jockey a été suspendu 30 jours, commués après appel à 20 jours, pour avoir échangé un gilet de protection normal contre un moins lourd pour tenter de gagner quelques grammes à la pesée. Cela suscite deux interrogations :

1 / Dans quelle profession sanctionne-t-on d'un mois de mise à pied pour un acte aussi bénin ? Si ce jockey avait pu fondre de quelques grammes supplémentaires, aurait-il commis cette maladresse ?

2 / Une suspension après avoir provoqué une chute est de deux semaines. Peut-on comprendre que quelques grammes conduisent à une sanction supérieure ?

Le quotidien spartiate des jockeys est encore aggravé par les rythmes démentiels auxquels France Galop les soumet : programme de courses incohérent, décentralisation à outrance et non maîtrisée qui oblige à des heures de transports sans fin, réunions de courses jusque tard dans la nuit, journées interminables frisant souvent les 20 heures, avec galops aux aurores et semi-nocturnes ou nocturnes à répétition, tout en n'ayant pas la possibilité de manger à volonté. Souvent les 35 heures sont bouclées le week-end, il ne reste plus qu'à assurer la semaine... Ceci pour les mineurs comme les majeurs. Il n'est pas rare de croiser des apprentis sur le parking des courses à 22 heures avec le retour à effectuer alors que vous les avez vus à 5 h 30 sur les pistes et que vous les reverrez à la même heure l'aube prochaine. Dans l'indifférence totale des commissaires, même pour les moins de 18 ans.

La seule préoccupation de France Galop est la sanction, montrant une nouvelle fois son obsession anti-professionnels. Elle est exercée par des bénévoles qui n'ont pas de formation juridique professionnelle, refusent de nous rencontrer en réunion accompagnés d'avocats qui pourraient pourtant les aider à éviter les abus de droit. Pour la plupart, ils n'ont jamais monté de chevaux de course et exercent des professions diamétralement éloignées (comptables, secrétaires, garagistes, bouchers, etc.) et n'ont aucun compte à rendre sur leurs décisions, n'étant pas salariés.Aucun soutien psychologique, pas de médecin autre que celui qui sanctionne, pour aider les jockeys à surmonter les affres liées à leur profession. Le service médical ne gère que la visite annuelle de licence, son maintien ou son annulation afférente à des pathologies critiques, ne prend pas de nouvelles lorsqu'ils sont accidentés.

Lors de mes graves accidents, seul un commissaire, chirurgien de profession, et à titre personnel, a offert aide et empathie à ma compagne pour orienter ma prise en charge.Beaucoup garderont des séquelles des accidents à vie, mais “l'accompagnement” France Galop se limitera, là encore, à des sanctions pour la prise d'un cachet positif pour vaincre les douleurs ou pour une pesée excédentaire après des semaines ou des mois d'inactivité favorisant la prise de poids. Pour l'avoir expérimenté, je peux vous garantir qu'un accès systématique aux centres spécialisés en médecine et préparation sportive change complètement la donne. L'année dernière, je me préparais dans un de ces centres au moment où l'équipe de football portugaise y était en récupération post-match avec son leader, Ronaldo : la prise en charge de ces sportifs révèle un autre monde.

Un autre aspect à prendre en considération est le fait qu'en raison de la dangerosité de leur métier, les jockeys montent à jeun pour faciliter la prise en charge aux urgences. C'est également lié à l'angoisse de la pesée qui passera ou non, malgré les heures de sauna, les vomissements pour certains, l'hésitation à boire à satiété, même en période de canicule : 1/2 litre d'eau = une livre sur la balance. N'oublions pas que cela peut se prolonger jusqu'à près de minuit lors des nocturnes.

Là encore, contrairement à d'autres pays, rien pour eux. Souvent à l'étranger, un buffet gratuit est prévu à l'entrée du vestiaire pour permettre de reprendre des forces avant le transport de retour ou un fruit entre deux courses.

Ici, des sandwiches payants aux bars, quand ils sont ouverts et qu'il en reste... La bonne idée pour des gens astreints à se maintenir en deçà de leur poids de forme !Ils n'ont parfois même pas d'eau chaude pour se doucher dans les vestiaires après l'effort, même en plein hiver. Peut-être faudrait-il voir avec les dirigeants pour l'inventer ?L'Institution n'aurait-elle pas intérêt à favoriser un schéma de réflexion global, plus respectueux du courage et de l'abnégation que nous manifestons dans l'exercice de notre profession ?

France Galop et ses commissaires en sortiraient grandis et assumeraient leur rôle de dirigeants de fédération sportive.

Retrouvez toute l'actualité des courses sur Paris-Turf.com

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr