Prix d’Amérique : Bold Eagle vers les sommets

samedi 30 janvier 2016 - Île-de-France

  • imprimer

Cette quatre-vingt quinzième édition du Prix d’Amérique Opodo (Groupe I) s’annonce des plus passionnantes, ce dimanche 31 janvier. En effet, la nouvelle star de Vincennes, Bold Eagle, va tenter une performance qui n’a plus été réalisée depuis 2007, année de la victoire d’Offshore Dream : remporter la plus belle épreuve de trot française à l’âge de 5 ans.

Bold Eagle largeL

Paris Turf

Bold Eagle est un solide favori

Face à lui, dix-sept trotteurs de classe de 5 ans et plus, vont faire raisonner le mâchefer du parcours classique de la grande piste de Vincennes. Tous n’auront qu’un seul but : venir à bout du représentant de la casaque de Pierre Pilarski.

Son père, Ready Cash, a déjà fait couler beaucoup d’encre. Mais qui aurait pu imaginer, seulement quatre ans après le deuxième sacre du champion de Philippe Allaire, que l’un de ses rejetons s’élancerait tel un cheval quasi-imbattable dans le Prix d’Amérique ? Certainement pas grand monde. Titulaire de vingt victoires en vingt-trois sorties, Bold Eagle (10 – Franck Nivard) vient de lever les doutes des plus sceptiques concernant sa capacité à vaincre ses aînés en survolant la dernière « B », à savoir le Prix de Belgique. Sagement drivé sur un troisième rideau, dans une course peu rythmée, il a été décalé par son fidèle partenaire, Franck Nivard, pour sortir du tournant final, et s’est envolé, sans ne jamais être rejoint.  Si l’exploit de remporter la Belle à seulement 5 ans n’a plus été réalisé depuis Offshore Dream en 2007, la défaite semble, néanmoins, difficilement envisageable pour celui qui a triomphé de toute une classe dans tous les grands rendez-vous auxquels il a participé. Comme Ourasi et plus récemment Varenne, tel le cheval prêt à devenir le symbole de toute une génération de turfistes, il s’élancera logiquement à une cote inférieure à égalité.

Confirmés dans l’Amérique

Ce qui fait le charme de notre sport, c’est qu’une course n’est jamais gagnée d’avance. Trotteur français le plus riche en activité, Timoko (18 – Björn Goop), toujours aussi impressionnant du haut de ses 9 ans, n’est pas au départ pour seulement prendre une place. Bien au contraire, l’élève de Richard Westerink va s’élancer avec l’ambition d’enfin remporter l’épreuve reine du Trot français. (Ndlr : il y a participé quatre fois, pour un second accessit en 2015, et deux cinquièmes places en 2012 et 2014). En pleine possession de ses moyens, comme l’atteste son succès désinvolte dans le Prix de Bourgogne, il va, encore une fois, donner sa pleine mesure, comme nous le dit son entraîneur : « Sa préparation s'est parfaitement déroulée depuis sa victoire dans le Prix de Bourgogne. Il était parfait mardi lors de son travail sur la vitesse. Dans le Prix de Bourgogne, malgré une position nez au vent, il a gagné très facilement. Il a laissé ses adversaires à vingt mètres comme Bold Eagle qu'on affronte pour la première fois. J'ai confiance en mon cheval et ne pars pas battu d'avance. »
Même s’il n’a pas été des plus convaincants dans les préparatoires, Up And Quick (17 – Jean-Michel Bazire) aura l’ambition de défendre son titre, étant, cette fois, déferré des quatre pieds. Son entourage a tout mis en œuvre pour qu’il y parvienne. Un bon comportement de sa part est évidemment escompté.
Surprenant dauphin d’Up And Quick dans l’édition 2015, Voltigeur de Myrt (12 – Gabriele Gelormini) a depuis montré qu’il faisait partie des valeurs sures du trot français, s’adjugeant, notamment, le Prix René Ballière au mois de juin. Bon deuxième du « Belgique », après avoir gagné facilement à Wolvega, le jour de Noël, il constitue, cette année, l’un des choix prioritaires, d’autant qu’il ne touche pas terre à l’entraînement.

Des jeunes affutés

Qualifié grâce à son succès dans le Prix Ténor de Baune, Lionel (3 – Orjan Kihlstrom), qui figure parmi les moins riches sur les rangs, est en mesure de donner du fil à retordre à ses adversaires. Ce rejeton de Look de Star vient de nettement mieux courir que ne l’indique son classement, puisque parti en retrait pour avoir occasionné un faux départ, il a longtemps musardé à l’arrière-garde, avant de conclure plaisamment. Ferré ce jour-là, il se présentera cette fois pieds nus, une configuration dans laquelle il a réalisé son record, justement sur ce parcours : 1’12’’1. Cette réduction kilométrique lui aurait permis de s’imposer dans l’édition 2015…
S’il n’a jamais été en mesure d’approcher Bold Eagle lorsque celui-ci était au top (il l’a battu une fois, ce dernier avait connu un pépin de santé), Bird Parker (7 – Yoann Lebourgeois) mérite un certain crédit. Excellent troisième du Critérium Continental, malgré un parcours le nez au vent, il a ensuite montré qu’il avait les moyens de donner du fil à retordre à ses aînés le 17 janvier, en terminant cinquième, au terme d’un bon effort, chaussé. Evidemment, il ne faudra pas l’oublier au moment du choix.
Parmi les meilleurs éléments de sa génération depuis le début de sa carrière, Akim du Cap Vert (13 – Franck Anne) fait preuve d’une régularité exemplaire depuis de nombreuses semaines. Quasiment irréprochable sans ses fers, il lui suffirait de bénéficier d’un déroulement de course favorable pour, encore une fois, tirer son épingle du jeu.

De bons outsiders

Privé d’« Amérique » suite à plusieurs soucis de santé les années précédentes, Univers de Pan (15 – Philippe Daugeard) va enfin pouvoir participer à l’épreuve reine. L’élève de Philippe Daugeard a mis du temps à retrouver son meilleur niveau, mais sa récente troisième place, suite à une magnifique fin de course, le montre au top. Il constitue donc un bel outsider, au même titre que Tiégo d’Etang (16 – Christian Bigeon), peu convaincant dans le Prix de Cornulier. Mais, la victoire d’Oyonnax en 2010 (qui avait lui aussi déçu dans le championnat du monde des trotteurs montés) nous a servis de leçon, et nous ne prendrons pas le risque de faire l’impasse. Cela serait d’autant plus dangereux, que le représentant de Christian Bigeon va cette fois évoluer totalement déchaussé.
On peut regretter qu’Un Mec d’Héripré (11 – Roberto Andreghetti) soit ferré, mais il n’a plus à faire ses preuves en pareille société. Vainqueur du Prix du Bourbonnais, puis placé dans le Bourgogne et le Belgique, il a encore sa chance. L’italien Moses Rob (5 – Pierre Levesque), qui donne toujours sa pleine mesure, tentera de profiter de la moindre défaillance pour espérer une quatre/cinquième place.

 

Propos des professionnels recueillis par l’Agence Tip.

 

Revoir l’intégralité des courses de référence

Retrouvez le dossier spécial Prix d’Amérique Opodo avec Paris-Turf.com

Aurélien ATTARD / Paris Turf

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr