Le cheval en hiver : le cheval au box (3/5)
jeudi 07 février 2019

Illustration ecurie box neige hiver
Même par temps froid, il ne faut pas craindre d'aérer les écuries et d'ouvrir les volets des boxs © Scoopdyga

Qui dit cheval au box en hiver dit le plus souvent cheval qui travaille régulièrement. Conseils et précautions à prendre.

Les écuries

Pour limiter le risque d’infection virale, le cheval doit être protégé du froid, des courants d’air et de l’humidité. La température conseillée dans les écuries se situe aux alentours de 15°C, mais l’aération et la ventilation, qui permettent d’évacuer la vapeur d’eau rejetée par les chevaux, sont des éléments essentiels à leur bien-être. Ne pas craindre de prévoir des ouvertures permanentes, ou d’aérer régulièrement les écuries. Du côté des litières, il est conseillé de laisser une couche de fumier qui isole le cheval du sol et de la recouvrir de paille fraîche ou de copeaux propres (après avoir enlevé les crottins). Attention aux vapeurs d’ammoniac qui émanent d’une litière mal entretenue et affectent les poumons des chevaux.  

Tondre et couvrir

Pour des raisons pratiques, et d’entretien, il est presque indispensable de tondre les chevaux appelés à travailler, une, voire plusieurs fois dans la saison. L’absence de poils facilite d’une part  la transpiration, et d’autre part le séchage. La fréquence et le type de tonte varient d’un cheval à l’autre selon la vitesse de repousse du poil. Le plus souvent, la partie qui correspond à l’emplacement de la selle ou au moins du garrot est conservée pour limiter les risques de frottements. En revanche, un cheval tondu doit à l’évidence être gardé au chaud grâce à une, voire plusieurs couvertures en fonctions des conditions.

Un cheval non tondu transpire davantage en raison de l’épaisseur de son poil et met beaucoup plus de temps à sécher. Au retour du travail, prendre le temps de le « bouchonner » avec de la paille sèche, ou avec un linge, éventuellement imbibé d’un peu d’alcool à brûler, puis le recouvrir avec une couverture séchante, avant de lui remettre sa couverture d’écurie, une fois qu’il est parfaitement sec. Pour adapter la protection du cheval aux écarts de température, il peut s’avérer utile de prévoir une garde robe variée avec plusieurs garnissages différents ou en tout cas de deux couvertures au cas ou l’une serait endommagée ou trop sale pour être utilisée. 

Couvertures connectées

Grâce aux technologies les plus récentes de suivi de la santé et de l’activité chez l’humain, Arioneo propose « Orscana », un dispositif de capteurs connectés à fixer sous les couvertures et qui relève les données de température, d’humidité et de mouvement.

Horsepal propose un capteur compact connecté à une application à télécharger, afin de contrôler la température et l'humidité du cheval en temps réel. Un boitier placé sous la couverture communique les informations sur le téléphone du propriétaire toutes les quinze minutes. Ces données peuvent être synchronisées avec les prévisions météorologiques pour adapter le grammage des couvertures de l’équidé. 

Décathlon propose également une couverture équipée d’un capteur Bluetooth couplé à une application gratuite qui collecte des données de température et d'humidité entre la couverture et le corps du cheval et qui s'actualisent automatiquement selon les paramètres choisis. Une alerte est envoyée sur le téléphone du propriétaire lorsque les seuils de chaud et de froid définis sont dépassés. 

Alimenter et abreuver

Dans le cas d’un cheval qui vit à l’écurie toute l’année, le régime alimentaire a peu de raisons d’être modifié en hiver. Toutefois, il doit être ajusté à la quantité de travail fournie. L’hiver est souvent synonyme de repos pour les chevaux de compétition amateurs ou de ralentissement du rythme et de l’intensité du travail en raison des intempéries. Le cheval étant à l’écurie, protégé par sa couverture, il n’est  pas nécessaire d’augmenter sa ration pour l’aider à lutter contre le froid si dans le même temps l’intensité et la fréquence des sorties sont réduites. Il est possible de donner priorité au foin de qualité, et de choisir un aliment concentré moins énergétique en période hivernale, à condition que sa composition soit équilibrée.

En hiver, le cheval boit à peu près la même quantité d’eau qu’en été. Malgré un environnement protégé, il est fréquent que les conduites d’eau gèlent, à l’extérieur et/ou dans les écuries. Vérifier l’approvisionnement en eau deux fois par jour. Un abreuvement irrégulier ou insuffisant  a pour conséquence de ralentir le transit et d’augmenter considérablement le risque de coliques. Le manque d’activité ou l’ennui, qui incitent le cheval à grignoter sa paille toute la journée,  sont également des facteurs de risque. Des solutions existent pour éviter ces inconvénients. Il est possible d’isoler la tuyauterie en recouvrant les canalisations d’une gaine isolante, voire en pulvérisant de la mousse isolante dans les zones difficiles d’accès. D’autre part, il existe dans le commerce des dispositifs de résistances électriques qui se fixent à la tuyauterie et évitent le gel, ainsi que des abreuvoirs chauffants. 

Les soins

Le problème des crevasses et des affections cutanées est identique à celui traité dans le volet précédent (voir "Le cheval en hiver : le cheval au pré" ICI). Si le cheval ne séjourne pas dans des zones boueuses au pré, il se déplace fréquemment dans des zones humides dans la carrière ou à l’extérieur, et se trouve donc exposé à des risques presque identiques. C’est pourquoi il convient avant et après chaque séance de vérifier les membres, notamment les paturons et d’apporter les soins nécessaires dès l’apparition des premiers signes (perte de poils, lésions cutanées, irritations). Nettoyer abondamment avec une solution désinfectante, retirer les croûtes et appliquer une crème cicatrisante en couche épaisse sur les lésions sur un membre parfaitement sec. Pour l’entretien des sabots, appliquer régulièrement de la graisse ou de l’huile, ainsi que du goudron de Norvège pour garder les fourchettes saines.  Eviter les douches intégrales, sauf si l’écurie est équipée d’un solarium, et les douches des membres trop fréquentes. Dans tous les cas, prenez le temps de sécher soigneusement le cheval avant de le remettre au box. 

Ci-dessous, une liste non-exhaustive de quelques fabricants et fournisseurs de couvertures pour chevaux, d’abris et de matériel de pré.

Couvertures

https://www.kramer.fr

https://www.decathlon.fr

https://www.esprit-equitation.com

https://www.horze.fr/

https://www.horsewood.com

https://www.padd.fr

https://www.waldhausen.com

https://www.weatherbeeta.com/

Matériel et abris

https://www.equiphorse.com,

https://www.bomaco.fr/

https://www.abrivert.com,

https://www.horse-stop.com,

http://www.labuvette.fr

https://www.chevalliberte.fr

http://www.lci-cheval.com

http://chevalhabitat.fr/

Prochain volet de cette série sur le cheval en hiver à paraitre demain sur leperon.fr. En attendant, retrouvez le volet 1 et le volet 2