Maison du cheval boulonnais : top départ en 2017
jeudi 16 février 2017

maison du boulonnais
maison du boulonnais © CCDS (Communauté de communes Desvres-Samer).

Après un stand by de plusieurs années, il semble que le projet de Maison du cheval Boulonnais puisse se concrétiser cette année. En termes de travaux et d’aménagement, les choses devraient commencer à bouger en 2017. C’est la vaste ferme de la Suze, bâtiment du 19e siècle, située à l’entrée du village de Samer (62), qui connaîtra bientôt les premières réfections en vue d’une ouverture en 2018.

 “Aujourd’hui, les financements sont bouclés, indique Claude Bailly, maire de la commune. Le permis de construire est en cours d’instruction et les entreprises sont actuellement consultées. Les fouilles archéologiques devraient intervenir durant la première partie de l’année, juste avant le démarrage des travaux, prévu au mois de juin”. Le projet, porté par la communauté de communes Desvres-Samer, réjouit Claude Bailly. “L’initiative, dont l’objectif premier est la conservation de la race du cheval de Trait Boulonnais, avait été pensée sous l’ère Percheron, notre ex président de région, détaille le premier magistrat. C’est en fait une vitrine, destinée à valoriser la race et à en expliquer l’histoire et le rôle aujourd’hui. C’est un projet avec une vraie portée pédagogique et destiné à pérenniser un pan de notre patrimoine”. Ce site économique et touristique pourrait ainsi ouvrir ses portes au public d’ici un an. Mais, concrètement, il est encore difficile de savoir ce que proposera ce lieu une fois ouvert au public. Écuries de chevaux de trait, musée… “On a les fonds pour les aménagements, mais il ne faut pas que le lieu une fois restauré reste une coquille vide faute de financements par la suite, relate un élu qui connaît le dossier. Et ça, c’est une autre histoire. Les frais de fonctionnement, il faudra aussi les prendre en compte”. La ferme de la Suze devrait au préalable subir une véritable cure de jouvence. “Cet endroit est notamment composé d’une grande cour centrale, qui a convaincu les porteurs du projet, pointe Claude Bailly. Il faudra rénover certaines parties de la ferme et en réaménager d’autres. Mais les chevaux Boulonnais et les vieilles pierres se marient bien. Cet endroit sera un atout pour notre territoire, j’en suis convaincu”.