Marion Scali est partie
samedi 20 juin 2015

Marion Scali
Marion Scali © Claude Bigeon

C’est avec une infinie tristesse que nous avons appris la disparition de notre consoeur Marion Scali, disparue hier soir à la suite d’une longue maladie.

Journaliste tour à tour, à Libération, au Nouvel Observateur, à Elle, elle tenait des chroniques régulières dans la presse équestre, dont certaines avaient été rassemblé dans un recueil En équitation, le problème ce n’est pas le cheval, c’est le cavalier (Favre). Monitrice d’équitation, elle mettait tout son sens de la pédagogie pour défendre l’apprentissage de l’équitation classique et de son histoire avec une série d’ouvrages consacrés à de grands écuyers tels La Guérinière, François Baucher, Nuno Oliveira ou Jean d’Orgeix (parus chez Belin). Elle avait également signé une Brève histoire du cheval chez Behar.

Femme passionnée et cultivée, elle usait de sa verve pour défendre ses convictions avec justesse et gouaille joyeuse. Très observatrice,  elle avait ainsi donné la parole à son pur-sang réformé des courses dans une nouvelle où son cheval, rebaptisé pour l’occasion « Cinq-à-sept », réglait ses comptes avec l’ensemble de la gente équestre. Féroce, drôle, lucide, attachant.

Dernière pirouette, Marion avait elle-même rédigé sa propre nécrologie imaginaire, pleine de poésie et d’humour sous le titre Le monde du ch’val en deuil. Alors, oui Marion, le monde du cheval est vraiment en deuil…

Toute la rédaction s'associe à la douleur de sa famille, de ses proches et de ses nombreux amis.

La cérémonie pour Marion Scali aura lieu jeudi à 15h30 au crematorium du cimetière du Père Lachaise à Paris.