Un impératif : « Enseigner et transmettre »
samedi 15 octobre 2016

saumur rencontres equitation de tradition 2016
saumur rencontres equitation de tradition 2016 © Christine Marquenet

Les rencontres de l’équitation de tradition française placées sur le thème « Transmettre et enseigner » ont été particulièrement denses. Les conférences se sont succédées, jeudi 13 octobre, au théâtre de Saumur, de 9 h à 18h45, avec une courte interruption pour le déjeuner. Le lendemain à l’école nationale d’équitation, les démonstrations et des tables rondes ont permis de nourrir la réflexion des participants .

L’équitation de tradition française est inscrite depuis 2011 au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO  et, Sylvie Grenet, responsable du dossier, l’a rappelé: « Cette inscription n’est pas acquise de manière définitive. Elle est réétudiée tous les six ans ». C’est donc en 2017 que l’équitation de tradition française devra prouver le bien-fondé de son inscription et sa capacité à préserver, transmettre et communiquer autour de cette pratique. « La relation de l’homme au cheval n’est pas une conception figée et les métiers autour de cette pratique doivent être préservés mais, peuvent évoluer » précise Sylvie Grenet.

L’art de monter à cheval est l’art de communiquer avec le cheval

Plusieurs interventions ont essayé de décoder la communication de l’homme et du cheval.  La scientifique, Léa Lansade a présenté les théories de l’apprentissage de Pavlov et Skinner et démontré que les processus peuvent conduire à un renforcement positif ou négatif dans le  comportement équin (ou humain…). De son côté l’écuyer du Cadre noir Olivier Puls a présenté l’évolution d’un cheval qui présentait un comportement « très atypique », voire dangereux. La méthode utilisée faite d’écoute, de rigueur et de douceur avec un résultat spectaculaire  a beaucoup séduit le public présent.

Dans l’enseignement : Des relations complexes

L’enseignement de l’équitation est complexe, comme l’ont rappelé plusieurs intervenants.  « L’enseignement de l’équitation nécessite de transmettre des connaissances tout en gérant des relations multiples entre le cavalier, le cheval et l’enseignant. » a développé Nicolas Sanson, responsable des formations à l’école nationale d’équitation.

Dans les ateliers de pratique équestre, Thierry Pomel, Georges Morris, Alain François, Galienne Tonka, Pauline Vanlandeghem et Fabien Godelle se sont appliqués à donner des pistes de travail.

Le cheval s’exprime aussi

Le bien-être animal  et la  compréhension du cheval ont été souvent évoqués.  « C’est la relation de confiance qui permet l’expression de l’équitation Française avec légèreté,  finesse et élégance » revendique Patrick Teisserenc , écuyer en chef du Cadre noir.  De son côté, Bernard Maurel, juge international de dressage, a évoqué l’importance de l’observation du cheval qui renseigne le cavalier : « Le cheval exprime parfois une situation d’inconfort : Irrégularité dans sa locomotion, grincement de dents, positionnement de la queue, attitudes «échappatoires »…