Chpt du monde universitaire : Enora Enout 3e, l’équipe au pied du podium
samedi 09 juillet 2016

championnat universitaire suede 2016
championnat universitaire suede 2016

La France comptait une équipe engagée en Suède à Flyinge à la fin juin dans le cadre du Championnat du Monde Universitaire.

La sélection comprenait quatre cavaliers de différentes Académies Enora Enout (Tours) déjà très expérimentée et plusieurs fois médaillée (1 médaille en 2013 en CSO, 3 en 2015 sur les trois formules CSO, Dressage et combiné) dans ce type de championnat dans l’Hexagone, Roxane Derrichat (Nice), Chrystel Vilain (Versailles) et Jean-Noël Debrosses-Deleage (Lyon) qui, pour leur part, se sont distingués lors du dernier rendez-vous national au centre Equi-Ain. Roxane Derrira y remportait l’or en combiné alors que Jean-Noël Deleage obtenait l’argent.

Au championnat du Monde universitaire, c’est Enora Enout qui tire son épingle du jeu dans l’épreuve combinée CSO Dressage qui ne sont pourtant pas ses disciplines de prédilection. En effet, c’est en Hunter que la jeune cavalière de 23 ans figure depuis de nombreuses années ponctuées de succès. En Suède, elle se place en 8e position en dressage et 12e en CSO parmi les dix-huit nations représentées et plus de cinquante cavaliers au départ. Tel un tournoi de tennis, les cavaliers s'affrontent dans des poules de 3 jusqu'à la finale tournante où 3 chevaux sont échangés à tour de rôle par les 3 cavaliers expliquait récemment la FFE au sujet de ces championnats qui prennent aujourd’hui une plus grande importance mettant en parallèle le temps des études et la place laissée au sport.

Au classement général, Enora monte sur la troisième marche du podium de ce combiné. Ses coéquipiers obtiennent des résultats honorables, mais malgré une forte envie de médaille, la formation reste au pied du podium à l’issue de ce rendez-vous mondial« C’est une première expérience à l’international » confirme Enora Enout, « Beaucoup de satisfaction, d’échange, d’envie de bien faire sous la bannière tricolore. C’est un peu déroutant de n’avoir que quelques minutes pour faire connaissance de sa monture mais c’est le jeu »expliquait la cavalière. L’an prochain, études et formation professionnelle dans la communication ne lui permettront pas de conserver beaucoup de temps pour monter à cheval. Elle espère pourtant un poste à l’étranger dans une écurie afin de rester en selle. Par la suite, elle reviendra au statut universitaire et compte bien reprendre la compétition. Une nouvelle sélection peut-être !

Retrouvez tous les résultats en cliquant ici !