Pierre Crampon, de la musique à l'éthologie
samedi 12 mai 2018

Pierre Crampon
Rien ne prédestinait Pierre Crampon à devenir éthologue, hormis sa grande curiosité... © Ph. coll

Pierre Crampon vient de poser ses valises à Vogelgrun (68), sur le site de l’Ile du Rhin. Outre son objectif d’y développer une sorte de « pôle équestre où chacun pourrait venir s’inspirer des maîtres de l’éthologie américaine », le cavalier entend surtout continue à transmettre les enseignements de ses années passées aux Etats-Unis, aux côtés de personnalités comme Ray Hunt ou Ronnie Wills.

Si, depuis quinze ans, Pierre Crampon a su se faire un nom et une réputation dans le milieu équestre, son parcours ne le prédestinait pourtant pas à devenir « éthodresseur », comme il se définit lui-même. Enfant, il se passionnait pour l’observation de la nature et des oiseaux. Il découvre une première fois l’Amérique du Nord lors d’un road trip en bus avec sa famille. Il est alors âgé d’une dizaine d’années et n’est toujours pas cavalier, mais curieux de tout et avide de comprendre le monde qui l’entoure. Au sortir de l’adolescence, Pierre Crampon s’investit dans la musique. Compositeur autodidacte, il en fait son métier. Pendant une dizaine d’années environ, il enchaîne plus de 700 concerts avec un groupe d’autres musiciens. Vers l’âge de 25 ans, Pierre décide de s’octroyer une année sabbatique. Il se consacre alors à l’observation du petit troupeau de chevaux d’un voisin. « Je pouvais passer des heures assis dans l’herbe à les regarder, à tâcher de comprendre leur fonctionnement les uns avec les autres, ça m’a rendu complètement addict aux chevaux ». Il décide alors de partir aux Etats-Unis. « Je voulais aller plus loin, d’où ma décision. Je voulais pouvoir profiter de l’enseignement des derniers dinosaures de l’équitation américaine ». Pierre passe alors plusieurs mois en totale immersion dans des ranchs américains où il rencontre notamment Ray Hunt, dont Pat Parelli s’est inspiré. A ce moment-là, Pierre Crampon dit avoir véritablement appris à monter à cheval mais s’être imprégné également d’une philosophie de l’ équitation, « une philosophie équestre ancestrale basée sur un respect mutuel entre l’homme et le cheval ».

"On peut faire mieux dans le rapport au cheval"

A son retour en Europe, Pierre Crampon est d’abord un temps instructeur au Haras de le Cense. Il décide rapidement de s’installer à son compte, d’abord en Loire-Atlantique, puis en Vendée, puis dans le Bas-Rhin et enfin dans le Haut-Rhin! Son idée n’est pas de créer un écurie de propriétaires, mais d’accueillir une dizaine de chevaux, du cheval de randonnée au cheval de sport de haut niveau, pendant un week-end, un mois, parfois plus, et d’aider ces derniers et leurs cavaliers à résoudre ensemble les difficultés qu’ils rencontrent dans leur relation : « En Europe, le rapport aux chevaux ne va pas, on peut faire mieux, beaucoup mieux, il s’agit d’apprendre à repenser à la fois les fondations cheval et les fondations cavalier. Les chevaux ne sont ni méchants ni gentils, ils sont juste des chevaux ! Apprenez à penser en partant de leur propre point de vue et laissez votre idée devenir leur idée… ».