Une première étape franchie pour Aliénor Le Gouvello

vendredi 15 janvier 2016

  • imprimer

Aliénor Le Gouvello est une jeune française d’une trentaine d’années qui s’est lancée dans la folle aventure de la traversée de l’Australie à cheval du sud au nord en empruntant la Bicentennial National Trail, la piste la plus longue au monde sur près de 5500 kilomètres.

Aliénor Le Gouvello traverse l’Australie  largeL

Coll.

Aliénor Le Gouvello traverse l’Australie  largeL

Coll.

Aliénor Le Gouvello traverse l’Australie  largeL

Coll.

Aliénor Le Gouvello traverse l’Australie  largeL

Coll.

Aliénor Le Gouvello traverse l’Australie  largeL

Coll.

Aliénor Le Gouvello traverse l’Australie

Des paysages somptueux

Quelques haltes et beaucoup d'entraide

previous video next video

Partie le 17 novembre 2015 de Healesville, à soixante kilomètres au nord de Melbourne, Aliénor Le Gouvello a fait le pari fou de réaliser cette traversée avec trois Brumbies, ces chevaux sauvages d’Australie. Elle pensait au départ débourrer trois jeunes brumbies et partir. Mais, finalement, sur ces trois partenaires, il y a deux jeunes, un trois ans et un cinq ans, et une jument plus âgée de douze ans. Ils ont tous été débourrés quelques mois avant son départ. Jointe au téléphone fin décembre, lors de sa première pause après 430 kilomètres de périple, elle était alors à Omeo et avait achevé la section 12 de la National Trail qu’elle réalise à l’envers (La National Trail est divisée en douze sections du nord au sud, ndla). C’est une section compliquée en montagne dans la région de Victoria avec le mont Terrible (1325 m) et le mont Howitt Hut (1742 m). « Cette première étape est la plus difficile car j’étais en montagne tous les jours, nous a raconté Aliénor Le Gouvello. Tous les jours ça montait et ça descendait avec une moyenne de 20 à 30 kilomètres par jour, mais parfois je n’avançais que de 17 kilomètres en 9 heures. Mes jeunes chevaux ont eu des problèmes avec les montées et les descentes dans des terrains en pierre. Quand j’y repense c’est incroyable que les chevaux soient passés. La jument de 12 ans a aidé les jeunes à passer. J’ai eu quelques moments où j’étais au bord de l’abandon. Un jour je me suis assise sur un nid de fourmis énormes qui m’ont piquée. Je me suis tout de suite remise sur pieds. » Avec un chemin qui culminait à 1800 mètres d’altitude, Aliénor a du faire face à la neige et au froid, alors que d’autres jours elle était sous 40 degrés. Une énorme amplitude thermique qu’il a fallu gérer. La dureté du terrain a été un obstacle supplémentaire. « J’ai eu des soucis avec les pieds de mes chevaux qui ne sont pas ferrés. J’avais prévu des boots, mais je ne les mets pas tous les jours à cause de frottements. En revanche j’ai fait de belles rencontres. J’ai eu pas mal de soutiens. Les gens m’ont aidé avec de l’eau, de la nourriture pour les chevaux. Après cinq semaines avec mes chevaux, un lien assez fort s’est tissé. Quand je prenais une journée de repos, je laissais mes chevaux brouter librement. Ils partaient à cent mètres puis revenaient se reposer près de moi. Ils se rendent compte que même si c’est difficile, ils sont en sécurité près de moi. »

Encore loin du but

Repartie le 2 janvier 2016 de sa première pause après sa première étape (réalisation de la section 12), Aliénor Le Gouvello remonte la piste sur la section 11 entre Omeo jusqu’à Khankoban et probablement jusqu’à Canberra, la capitale, où elle fera sa prochaine pause. « Maintenant, je vais être au début de l’été et je vais devoir faire face aux problèmes de feux dans le bush, raconte la jeune aventurière. J’aurai encore de la montagne avec le Mont Kosciusko c’est le plus haut de tous, il culmine à 2228 mètres. »

Ce n’est que le début de la National Trail pour la Française qui unit dans cette aventure sa passion des chevaux et des voyages. Le but est encore loin ,  le long de cette piste tracée à l’origine pour convoyer le bétail à travers l’Australie. Elle va ainsi traverser dix-huit parcs nationaux, le long de la côte est, jusqu’à l’arrivée au nord à Cooktown dans le Queensland. Une aventure que l’on  va continuer à suivre.

Claude Bigeon

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr