Camagri un succès jamais démenti !
mercredi 21 février 2018

Camagri 2018
Carla Pelissier, 17 ans, avec Cupidon du Claud (6 ans), a reçu le prix coup de coeur de la confrérie des gardians avec Frédéric Lescot © Florence Chevallier

Cette 17ème édition au mas de la Cure (13) était d'importance pour « Camagri ». Le salon du cheval Camargue aux Saintes Maries de la Mer lançait une année de festivités pour les 40 ans du Stud book en plein cœur du PNR de Camargue.

Thierry Trazic, le président de l'AECRC (Association des éleveurs de chevaux de race Camarque) rappelle que si « à l'époque, seulement 25 élevages étaient reconnus, aujourd'hui, on en compte pas moins de 260. Bien qu'il y ait plus de chevaux recensés dans le berceau de la race, malgré tout, il y a beaucoup d'éleveurs hors manade ». Et il s'agit aussi du 50 ème anniversaire de la reconnaissance de la race. « Une race qui porte le nom de toute une région la Camargue » comme le souligne le président de l'AECRC dont tout le tissu économique est impacté. Cependant, l'élevage du Camargue est un élevage essentiellement fondé sur l'utilisation d'un territoire et de ses ressources naturelles; eau, pâturages, c'est ce qu'on appelle l'élevage extensif. Pourtant, cet élevage comme celui de la race di biou, est confronté à la raréfaction des surfaces à pâturer. « L'élevage a beaucoup de mal à s'intégrer dans le milieu agricole à cause de problèmes de rentabilité, les pâturages sont soumis à des conditions assez drastiques » ne peut que constater Thierry Trazic. Du fait même de la raréfaction des surfaces naturelles, des assises de l'élevage extensif sont tenues depuis 2 ans en Camargue. Les dernières ont eu lieu le 16 février sous l'égide du PNRC.

Camagri, le salon en plein air 

Le salon du cheval Camargue comme chaque année a attiré de nombreux visiteurs venus apprécier et admirer les chevaux Camargue dans leur environnement. Camagri est un salon unique du cheval qui se déroule en plein air et offre la magnifique opportunité de voir concourir les plus beaux produits mâle et femelle de la race avec le grand prix « François André » champion de la race et le grand prix « Fanfonne Guillierme » championne de la race, qui reflètent le travail de plusieurs années fait sur la génétique.

La volonté des éleveurs par le biais de leur association est certes d'évoluer, il n'en reste pas moins que le souhait de l'AECRC est « qu'il conserve ses qualités de cheval Camargue » souligne le président de l'AECRC. La conservation de la race, c'est bien le deuxième but de l'association. Aussi est-il demandé au futur reproducteur de garder une aptitude au tri de bétail. « On ne veut pas rester dans le passé, pour autant on voudrait conserver des lignées plus axées sur le travail de bétail et entre guillemet les aptitudes au sport ». Un travail de sélection est effectué sur les membres. « C'est le premier défaut du Camargue aussi on sensibilise les juges sur la qualité des membres des chevaux sélectionnés en concours ». Mais aussi sur le caractère : la sélection a permis d'avoir aujourd'hui un cheval « qui se selle facilement, moins têtu ». Et qui témoigne de très bonnes aptitudes pour les concours d'utilisation SFET( société française des équidés de travail) avec la maniabilité et lors du parcours de cheval extérieur monté (anciennement dénommé parcours de pays) où l'on peut apprécier l'aptitude du cheval à suivre les ordres de son cavalier en toutes circonstances. Mais aussi le plaisir de les voir évoluer dans un environnement exceptionnel lors du tri de bétail- avec à la clef le prestigieux trophée « Crin Blanc » - les épreuves de qualification loisirs et habituellement de concours de ferrade.

Malheureusement, la manifestation a été endeuillée par le décès d'une manadière de taureaux bien connue, très impliquée dans la course Camarguaise, Florence Clauzel menant à l'annulation du concours de ferrade qui se déroulait depuis des années sur ses terres au Mas du Ménage.

De nombreux trophées remis 

Le prix François André a été décerné à Jean-Pierre Goddest déjà connu des podiums en maniabilité avec son cheval Lugar du Claud (19 ans). Le propriétaire vit en Allemagne au dessus de Stuttgart : « ça fait 40 ans que je représente la Camargue en Allemagne. Pour moi, ce prix c'est un honneur. C'est la consécration d'un cheval en pleine forme qui a un aspect parfait toujours bien entraîné qui va représenter la race à Paris » se félicite-t-il. 

En concours de tri de bétail, le fameux trophée « Crin Blanc » ,le premier prix, a été décerné à Calis des Tourradons et Yannick Boutarin. Le 2ème à Ruy Blas de Bernis et Julien Talagrand. Une toute jeune femme Carla Pelissier 17 ans, avec Cupidon du Claud (6 ans), a pris la 3ème place mais s'est vu aussi décerné une autre récompense le coup de cœur Crin Blanc. Elle confie avoir une véritable passion pour les différentes disciplines à cheval bien sûr mais surtout pour le tri de bétail. « On a des sensations que l'on n'a pas dans les autres disciplines lorsqu'on ressent que le cheval prend des initiatives après lui avoir montré la bête à trier et que c'est vraiment lui qui fait les choses. Car le cheval a une capacité à lire le bétail supérieure à la notre. L'anticipation du cheval, c'est cette motivation qui me plaît. C'est un partage de motivation ».

Cette année, un nouveau parcours de pays a été aménagé avec des obstacles sautants, des fossés, une gaze plus grande,  ainsi « qu'une nouvelle passerelle avec des barrières. On a aménagé le site afin qu'il y ait un vrai point d'eau plus grand » souligne Diane de Winter organisatrice du concours. Un vrai contre haut, un contre bas « on leur a fait un slalom, nous avons essayé de récupérer l'idée du parcours de pays, revenir aux origines et démontrer les qualités du cheval Camargue ». Il allie la technique à la monte Camargue « du coup, il fait plaisir autant aux cavaliers de centre équestre qu'aux cavaliers chevronnés de monte Camargue ». Et les résultats sont là : 89 partants avec les premiers qui totalisent 97%. A noter que les nouveaux aménagements au mas de la Cure vont permettre au mois de Juin d'accueillir le championnat de France d'équitation de travail.

Pour continuer la fête des gardians, l'AVEEC (Association Vendargues Elevage Equitation Camargue) avec son président Max Rascalou (concours de maniabilité à Camagri) organise la Rencontre des Gardians le dimanche 25 février à l'espace la Cadoule. Au programme ? La conduite du troupeau.