Equestria: « The place to be » !
mercredi 26 août 2015

Pierre Fleury
Pierre Fleury © Florence Chevallier

Une référence incontestable et réjouissante de la scène équestre, « Equestria » a une fois de plus rassemblé, fin juillet, début août, un nombre croissant de spectateurs -40 % l'an dernier- autour de la « Nuit des Créations » mis en scène par le champion d'attelage et directeur-chorégraphe de « Cavalia », Benjamin Aillaud. Celui-ci met à profit toute son expertise de l'univers équestre pour proposer « des petits univers, des portes d'entrée pour un public diversifié ».

Le festival de la création équestre est, il faut le souligner, le seul festival en Europe à être totalement dédié au spectacle . Il offre lors de 7 représentations, « du rêve, de l'énergie, de la poésie, de la rigueur et de la technique. A partir de là, il se passe quelque chose d'accessible...la relation au cheval qui est valorisée » commente Benjamin Aillaud qui passe toute sa vie avec les chevaux « sinon, je suis juste malheureux ». Et l'artiste, rigoureux mais sensible d'ajouter que bien sûr « sans amour, il n'y a pas de beauté ». « Je bâtis tous mes spectacles sur la gentillesse et la noblesse de l'intelligence ».

Chaque année, un panel des plus prestigieux, d'artistes reconnus ou de jeunes talents plus que prometteurs sont présents en piste. En a témoigné, cette année, entre autres de la présence de la réputée école équestre de Cordoba, de la très créatrice et mystique compagnie « Zarkam » de Gilles Fortier, du sympathique et talentueux clown Pieric accompagné de ses falabellas ou encore des « Centaures du Temps » de Damien Escribe et de jeunes talents tels que Pierre Fleury et Amandine Pérez. Benjamin Aillaud qui se dit « construit, éduqué par ses chevaux » sélectionne les artistes qu'il met en scène selon « ce qu'ils ont à exprimer. Selon, qui ils sont avec leurs chevaux, leurs capacités d'adaptation et leur recherche personnelle...».

Il est vrai, Equestria, dispose de plusieurs atouts pour le public et les artistes. Un lieu assez paradisiaque en été, au milieu d'un parc somptueux au sein du haras national de Tarbes et ses écuries de style Empire et depuis deux ans, un chapiteau a même été créé. Et ce lieu magique a été le lieu d'expression de la Compagnie Zarkam avec Gilles Fortier et son fils Tom. Deux créatifs montés à cheval, complémentaires, à l'univers fantastique qui nous rappelle notre relation étroite entre l'homme et la terre et quelque part le lien avec le divin autour de leur très esthétique dernière création « Storm ». Ou encore des Centaures du Temps, inspirés par la technologie au service d'un nouvel esthétisme artistique équestre.
Mais au cours de cette 21ème Nuit des Créations, le dressage a eu la part belle avec les différents tableaux de « l'Ecole équestre de Cordoba » et le jeune Pierre Fleury dont la technique n'est pas prétexte à une démonstration équestre mais aussi à une belle mise en valeur de ses chevaux. La très sympathique et rafraîchissante leçon de dressage, chien et cheval, d'Amandine Pérez. Leçon de dressage aussi avec Alicia Dosogne ou encore humour avec Pieric et Laurent Galinier. Tarbes, avec le festival « Equestria », continue à nous offrir une belle parenthèse équestre..