7e Open de France de polo féminin à Chantilly : déesses anglaises au top !
mercredi 19 septembre 2018

Nina Clarkin Hazel Jackson
Nina Clarkin et Hazel Jackson en pleine confrontation © RB Presse

Si le polo a longtemps été réservé aux hommes, les filles sont de plus en plus présentes sur les terrains et dévoilent un niveau de jeu impressionnant : rapides, souples, fluides, rudes quand il le faut. La preuve ? L’Open de France de Chantilly qui a réuni huit équipes emmenées par les 3 meilleures joueuses du monde : Lia Salvo, Nina Clarkin et Hazel Jackson.

Les demi-finales ont été terribles. La première a opposé Lia Salvo de l’équipe Icon Global en rouge contre Nina Clarkin de l’équipe DS Automobile en noir. Verdict : 4 à 7 après quatre périodes. Les deux camps ont attaqué en paquet, se piquant des balles au grand galop, des coups magnifiques… Aucun camp n’a dominé ce jeu intense et le résultat du match s’est joué dans la dernière période où les DS ont marqué trois buts.

L’autre match a opposé Héloïse Wilson Smith pour l’équipe Sue Uemora en blanc et Hazel Jackson (3e mondiale) pour l’équipe Engel & Volkers en rouge. Un score final : 4 à 5. Outre la démonstration d’équitation avec un polo ouvert, de belles galopades, ce match a permis la découverte d’une minuscule et prodigieuse joueuse anglaise, Sabrina Bradley (14 ans). Les deux pros ont bien mené leurs équipes, avec une bonne répartition du jeu, peu de pertes de balles, peu de buts. Il a fallu attendre la dernière minute de jeu pour sortir du match nul avec un cinquième but signant la victoire d’Engel & Volkers.

Après deux duels d’un tel niveau, l’opposition finale entre les équipes d’Hazel Jackson et Nina Clarkin promettait d’être intense. Hazel a pu compter sur l’expérience d’Hana Grill, la subtilité de Sabrina Bradley et de la jeune Française Léa Siboni. Nina est assurée de la solide complicité de Lucy Coddington et des jeunes Susanna Rosenkranz et Angela Robb. Le match fut rude, le marquage serré mais le jeu est resté ouvert tout au long de la rencontre, avec de grandes galopades, un suspens permanent… Finalement c’est Nina et son équipe qui l’ont emporté. Naturellement, c’est Basil, son cheval de 11 ans, qui a été sacré meilleure monture du tournoi. « Du beau polo, très en avant, offensif, Nina ne fait pas de faute…», a souligné sa malheureuse adversaire Lia Salvo.

A voir sur pololine.tv