Simon Delestre : « Je me suis dit que je n’avais peut-être pas de destinée olympique »

jeudi 18 août 2016

  • imprimer

Après l’or par équipes décroché par les Bleus mercredi après-midi, les premiers mots du sélectionneur, Philippe Guerdat, ont été pour Simon Delestre, le leader annoncé de l’équipe, forfait suite à la blessure de Ryan. Encore très touché par ce nouveau coup du sort olympique, le Lorrain nous livre son sentiment.

Simon delestre largeL

Scoopdyga

Simon Delestre

Comment avez-vous vécu cette finale ?
L’équipe a été géniale. C’est un résultat fantastique et très porteur pour notre sport. J’ai regardé les épreuves à la TV. J’ai essayé de les soutenir du mieux que je pouvais, mais j’avais besoin d’être auprès des miens.

Comment allez-vous aujourd’hui ?
Avoir deux chevaux prêts pour les JO et au final ne pas les sauter, c’est très dur. Il va me falloir un bon moment pour le digérer parce que plus improbable, ce n’est quand même pas possible ! C’était une année où j’étais au plus haut de ma forme et de ce que je pouvais faire avec mes chevaux.

Après la rêne cassée à Londres, vous êtes-vous dit que vous étiez maudit pour les JO ?
Je me suis dit que je n’avais peut-être pas de destinée olympique. D’autant que la blessure de Ryan, c’est quelque chose que notre vétérinaire, Jérôme Thévenot, n’a jamais vu dans sa carrière. C’est à peu près aussi improbable qu’une rêne qui casse ! Et on peut retourner le problème dans tous les sens, ce n’était pas évitable. Quand on a laissé le cheval à 20 h, il était parfait, et le lendemain à 6 h il était sur trois pattes… On ne peut pas dormir dans le boxe ni l’accrocher pour éviter un faux mouvement. Une rêne qui casse ça ne m’est arrivé qu'une seule fois, et cette blessure au boxe une seule fois aussi, mais, manque de chance, ces deux fois étaient aux JO. Philippe Guerdat a fait son maximum pour m’aider et me soutenir, mais je pense qu’il n’y a que moi qui peut le faire. Je dois faire un travail sur moi-même car ça fait un an et demi qu’on avait tout axé sur les JO avec Ryan comme avec Qlassic Bois Margot… Et tout ça pour rien au final ! La blessure sportive, on vit avec et on la digère plus facilement. On saute, le cheval se blesse, ça arrive, ça m’arrivera encore, et c’est facile à comprendre et à analyser, mais une blessure au boxe non ! Surtout que Ryan est un cheval adorable et calme. Il a dû se rouler et mal se relever ou alors vouloir chasser un moustique et se cogner… Il y a des caméras partout mais pas dans les boxes donc on n’aura pas l’explication, mais c’est dingue.

Ryan va-t-il mieux ?
Il serait a priori arrêté deux mois, mais nous n’avons pas du tout de recul sur cette pathologie là : un micro fragment d’os qui a sauté à la pointe du jarret. Ryan rentre ce soir. J’ai hâte de le revoir, qu’il soit entre mes mains, et qu’il reprenne ses marques aux écuries. Nous allons devoir être très vigilants car il y a toujours des risques de complications sur un cheval autant entraîné quand il est arrêté d’un coup. Lundi, on va l’emmener au CIRALE faire une scintigraphie pour mesurer l’importance réelle de la lésion et voir s’il n’y a pas autre chose. Mais bon, il y a quand même une bonne évolution car il y a une semaine, il avait du mal à marcher, même sous anti-inflammatoires, alors qu’hier il avait seulement une légère boiterie au trot. C’est le point positif.

Vous allez repartir en concours au plus vite ?
Compte-tenu des JO, on avait envoyé Qlassic au prélèvement, mais je vais ressortir dès Valence avec les autres. J’irai ensuite à Pékin, Rome, Vienne et Los Angeles. Quand je vais me remettre en selle, aller en concours et reprendre un rythme normal, ce sera déjà plus simple. J’ai tellement l’habitude de courir aux quatre coins de l’Europe que ces dix jours m’ont semblé très longs. Il y avait la déception et en plus l’inactivité… Je n’aime déjà pas les pauses en temps normal, donc là c’était encore plus difficile à gérer.

A seulement trente-cinq ans, vous aurez heureusement d’autres occasions de faire les JO pour prendre votre revanche.
Je l’espère, mais à Rio j’arrivais avec un des meilleurs chevaux du monde et ça ne va pas m’arriver tous les quatre ans non plus. Ryan avait pile le bon âge, la bonne santé et une régularité incroyable. Participer aux JO, c’est une chose, mais avec une vraie chance de médaille, c’en est une autre ! Même si je suis jeune, je reste réaliste ! Mais je vais faire le maximum, le temps va faire son travail, et je vais rebondir.

Propos recueillis par Elodie Mas

Bucas
Couvertures pour chevaux
  • imprimer




On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table N43 Stéphanie Brieussel

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société


ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr