Michael Sellier : "Se faire plaisir, c'est la clé pour réussir !"
mardi 03 mai 2016

cai saumur 2015 Michael Sellier
Michael Sellier, en grande forme en ce début de saison 2016. © Claude Bigeon

3ème au CAI 3* de Horst, deuxième au CAI 3* de Valkenswaard, le meneur en paire, Michael Sellier, enchaîne les performances depuis le début de la saison 2016. Il faut dire que depuis cet hiver, le Français compte sur un entraineur de premier choix : le champion australien Boyd Exell. La progression est impressionnante!

"Valkenswaard s'est très bien passé. Je connaissais bien le site et les chevaux aussi. C'est un endroit où on se sent bien", raconte Michael Sellier. Et pour cause, le meneur s'est entraîné tout l'hiver dans les installations de Boyd Excell, hôte du CAI 3* de la semaine dernière. "Avec Boyd, nous avons beaucoup mis l'accent sur le dressage, et ça paye", rajoute le meneur en paire. Deuxième à l'issue du test de dressage à Horst après une belle reprise, l'Icaunais a encore amélioré son score de 3 points lors de la compétition de Valkenswaard et prenait même la tête du provisoire (42,89 points de pénalité). Une première place qu’il a dû céder à l’Italien Jozsef Dibak, gagnant de l'épreuve. 

"J'ai perdu des points au marathon de Valkenswaard. J'ai été surpris par la fraîcheur des chevaux! Je ne pensais pas qu’ils serait si frais puisqu’ils avaient encore le CAI de Horst dans les pattes (ndla : 15 jours seulement avant ). J'ai donc perdu du temps en ralentissant pour être plus précis dans mes tracés", explique-t-il. "J'aurai dû plus remettre aux ordres dans le travail à la maison après Horst. Je le saurai à l'avenir quand je courrai des compétitions rapprochées." Pour Michael, la générosité de ses chevaux, Cane K et Zaron, est le défaut de leur qualité : "Ils veulent toujours bien faire, et sont toujours partants. Très résistants à l'effort, cela peut devenir un peu problématique lorsqu'ils veulent en faire trop."

Les deux KWPN, qui ont débuté la compétition de haut niveau il y a un an seulement, s'entendent particulièrement bien. Les deux hongres travaillent vraiment ensemble, et c'est ce qui fait le point fort de la paire. "J'ai deux chevaux formidables! A nous trois, on forme une vraie bande de potes", sourit-il. Le meneur, qui sentait dès le début que ses deux complices avaient du potentiel, n'arrivait pas à trouver les derniers réglages pour pouvoir être compétitif à ce niveau. Grâce au travail de cet hiver, c'est chose faite! "Nous avons passé un cap" s'enthousiaste Michael,"pendant le  dressage de Valkenswaard, j'avais une super sensation au bout des guides. Je ne déroulais pas pour éviter les fautes, mais pour aller chercher des points, c'était super".
Prochaine étape pour Michael et ses deux chevaux, le CAI de Saumur début juin. Boyd Exell fera le déplacement en France 15 jours avant pour préparer l'athlète français. Et lorsqu'on demande à ce dernier quels seront les objectifs de ce concours, la réponse en est presque désarmante de simplicité: "Se faire plaisir,  c'est la clé pour réussir! Tout le reste vient avec."

Tous les résultats de Valkenswaard ici