Michael Sellier : "Une année de construction"

lundi 23 avril 2018 - Bourgogne

  • imprimer

Déjà 2e au CAI 2* d'Exloo fin mars, le meneur en paire Michael Sellier a continué sur sa lancée ce week-end à Horst en remportant le CAI 3*. Une belle satisfaction pour le Tricolore qui est en train de construire un nouveau piquet de chevaux en vue des championnats du monde 2019.

Michael Sellier Horst 2018 largeL

Krisztina Horvath/Hoefnet.com

Première victoire en internationale pour Michael Sellier au CAI 3* de Horst !

Parti aux Pays-Bas avant tout pour continuer d'apprendre à connaitre son nouveau piquet de chevaux, Michael Sellier est revenu du CAI 3* de Horst avec sa première victoire en épreuve internationale. Le meneur en paire avait déjà montré de belles choses il y a quelques semaines à l'occasion du CAI 2* d'Exloo, et a continué de peaufiner les réglages de son nouveau team en Hollande. 

"Tous les chevaux que j'avais l'an passé sont partis, j'apprends donc en ce moment à découvrir mes trois nouveaux chevaux en compétition. Clem fait les trois tests. Il a de la force, des allures, mais un tempérament de feu avec lequel il faut apprendre à composer. Maxi est plus froid dans sa tête, c'est un bon ouvrier qui apporte une plus-value sur le dressage. Il n'a pas encore assez de métier, mais c'est un cheval qui a terme devrait être performant sur les trois tests également. Enfin Primo, que Boyd (Exell, avec lequel Michael travaille, ndla) a récupéré en décembre et avec lequel il a couru Genève était ajouté pour la première fois à la paire sur les tests de marathon et de maniabilité, il faut encore que j'apprenne à le connaitre mais avec le temps tout se fera !", détaille le Bourguignon au sujet de ses chevaux. C'est ainsi avec Maxi et Clem que Michael a déroulé son dressage à Horst, une reprise qui lui valait la 4e place du test. Si le deuxième jour de compétition est traditionnellement dévolu au marathon, c'est la maniabilité qui a succédé au dressage à ce week-end. Un parcours que seul le tricolore a réussi à boucler sans-faute et dans le temps avec Clem et Primo Le marathon a en revanche été plus compliqué pour le meneur et sa paire fraichement formée. 14e de ce dernier test, Michael n'en manque pas moins la victoire dans cette épreuve. Il est évidemment ravi de ce résultat, mais, très perfectionniste, aurait aimé l'emporter "de plus belle manière. J'ai pris le parti de laisser aller les chevaux sur la maniabilité plutôt que de me battre avec eux et ça a porté ses fruits, mais sur le marathon, je manquais de contrôle. Le principal est que nous avons tenu bon et avons réussi à faire évoluer les chevaux tout au long de l’épreuve mais a eu chaud (rires) (Michael s'impose avec un total de 147,09 points de pénalité tandis que son poursuivant direct affichait 147,94 points à la fin de l'épreuve, ndla)". 

Il faut dire que c'était la première fois depuis qu'il travaille avec le n°1 mondial de la discipline que Michael concourrait sans son coach, qui était lui à Tryon pour les tests en vue des JEM. Ajouté au fait que les paires sont en construction, cela faisait beaucoup de nouveautés. "Je pense que nous avons réussi à obtenir ce résultat alors que les chevaux et moi seulement à 60% de notre potentiel. Mais je repars de Horst en ayant appris sur moi-même et sur les chevaux. Je sais ce qu'il va falloir travailler". 

Le meneur, qui construit actuellement son team en vue des championnats du monde 2019, sait que cette saison sera faite de haut et de bas. "2018 va être une année de transition. Mais mon système fonctionne ! Les chevaux sont chez Boyd en permanence, mais lorsqu'il les travaille, il les prépare pour nous pas pour lui, et ça c'est une chance. Je ferre aussi les trois quarts des chevaux de ses écuries maintenant, ce qui me permet de me déplacer pour plus longtemps à Valkenswaard". Mais surtout,  Michael peut compter sur un entourage bien choisi : "En plus de Boyd, toute son équipe est formidable avec les chevaux et moi. Je peux aussi compter sur Yves Patay qui gère tout le côté administratif et sur Marine, mon amie, qui s'occupe elle des sponsors et de la communication". Le meneur peut compter cette saison sur deux sponsors (les gilets Hélite, avec lesquels il a développé des airbags adaptés à l'activité de l'attelage et Nice Colors Paris), ce qui lui permet de se professionnaliser. A terme, ce maréchal basé dans l'Yonne aimerait pouvoir organiser son temps en passant une semaine sur deux en en France, et l'autre aux Pays-Bas, près de ses chevaux. 

Les résultats ICI

Myriam Rousselle

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 96 - Fabien et Grégory Rulquin

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr