Blair Castle : La France garde le cap, l’Allemagne prend le large

samedi 12 septembre 2015 - Blair Castle

  • imprimer

Une véritable épreuve. Une vraie démonstration allemande à nouveau rois dans des conditions atmosphériques dignes de l’Ecosse.

 largeL

PSV

Thibault Valette

Une pluie fine pour les premiers couples à partir ce qui donnait un terrain très bon. Puis la pluie redoublait et le terrain devenait glissant. Tellement que 6 couples après la chute de Karim Laghouag (24e à partir), l’obstacle n°22 était retiré à la demande de Ian Stark. Ce dernier se disait malgré tout satisfait des résultats : « Des couples expérimentés ont raté et des couples moins aguerris ont très bien réussi. » Au total plus d’un quart des couples ont été éliminés : 13 chutes, dont 3 de chevaux, et 5 abandons, et 1 non partant. Il reste donc avant la visite vétérinaire de demain 45 couples en lice.
Celui qui a surpassé tous les autres reste encore une fois Michael Jung, étonnant de facilité avec son jeune Fischer Takinou, sans pénalité de temps, arrivant sans montrer la moindre fatigue. Il est l’un des trois à garder ses points de dressage avec les Britanniques Gemma Tattersall/Artic Soul (remonte de la 35e à la 7e place) et Izzy Taylor/Briarlands Matilda (qui passe de la 26e à la 3e place). « Takinou a sauté comme un vrai cheval de steeple et je me suis vraiment régalé sur le tour », ajoutait Michael Jung.
Quant aux Français, cela partait bien avec le tour de Thibaut Vallette et Qing du Briot qui se trouve ce soir au pied du podium. « Qing était assez agité à la détente à cause de l’environnement et du bruit, mais sur le parcours il était très droit, très franc, mais plus difficile à monter que d’habitude. Peut-être que c’est moi qui me mettais plus de pression. Pourtant cette pression je l’ai ressentie davantage avant d’entrer sur le rectangle de dressage. Là j’ai été agréablement surpris, Qing était assez collé au mors, peut-être à cause du stress, mais toujours guerrier et il n’a pas demandé à souffler du tout. Comme Thierry Touzaint n’a pas eu le temps de voir beaucoup de parcours avant moi, il m’a simplement dit d’écouter mon cheval. Le sol est un peu glissant et les chevaux cherchent leurs appuis. » Il peut demain prétendre à une médaille individuelle.
L’enthousiasme des Français était vite calmé par un premier refus de Karim Laghouag au deuxième élément du n°16 (une pointe) avec un Entebbe visiblement très fatigué, puis par la chute au n°21 b, après une glissade du cheval dans l’obstacle. Les deux autres de l’équipe avaient donc la consigne de terminer en prenant les options au n°16 et au n°23/24. Contrat rempli par Thomas Carlile et Sirocco qui prenaient malgré tout 28 pts de temps (24e) : « Le cheval sautait assez fort tout le long du parcours mais pour sécuriser la qualification, j’ai pris les options. ». Le dernier à partir, Mathieu Lemoine et Bart L terminent avec 23,60 tps de temps (17e) : « Pendant tout le parcours, je pensais à mes camarades qui regardaient la télé et je me disais « il faut que j’arrive pour eux ». L’important était de rentrer sans fautes, le temps était accessoire. Partir en 4e position n’était pas simple vu les conditions climatiques, mais on est tous très motivés pour accrocher un podium. Mais ce n’est pas la même course que pour les premiers. » L’équipe garde sa 3e place (179,70 pts) derrière l’Angleterre (169,30 pts) privée de William Fox-Pitt/Bay My Hero qui abandonne après deux refus au n°17. En revanche, les Suédois qui nous talonnaient descendent à la 5e place après la chute de Johan Lundin et le refus de Niklas Lindback/Cendrillon. Les Allemands ont pris le large avec 122,70 pts
En individuel, Gwendolen Fer pouvait être déçue après le refus de Romantic Love aux pointes n°16 : « Ce n’est un obstacle sur lequel j’aurais pensé avoir un problème. J’ai abordé un peu lentement la première pointe voulant assurer un peu trop. Du coup je me suis dit que j’allais être trop loin de la deuxième pointe et j’ai voulu refermer un peu ma trajectoire et c’est là où il m’a eu. C’est la première fois qu’il court sur un terrain aussi détrempé. »
Au contraire de Gwendolen, Nicolas Touzaint (11e), arrivait, lui, tout sourire : « Je me suis bien amusé ! Le cheval a été super, un peu regardant ce qu’il y avait autour. J’ai vu que Radijague allait vite qu’il aimait bien le terrain lourd. On espérait que c’était un cheval qui galope fort, je pense que c’est le cas. Il est très franc, droit… C’est un super cheval ! J’étais pile dans mes minutes quand ils m’ont arrêté. Je suis resté au trot pendant 10 minutes ce qui lui a permis de récupérer et il est bien reparti. »
Demain la visite vétérinaire se fera à 10h30 heure française
Résultats ici

sur place, Marie-Paule Retru

Fautras Équestre
Fabricant de vans et camions pour chevaux
  • imprimer

0Commentaires

MATHIEU B | 12/09/2015 20:53
Merci Marie Paule de rappeler que le cheval de Jung a été débaptisé mais est né en France sous le nom de TAKINOU d'HULM. Il est né dans le sud ouest à l'élevage d'Hulm et a fait les 4,5 et 6ans en France avec Eddy Sans puis Jennifer Vuillemin avant d'être exporté.


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr