Festival de complet à Jardy
vendredi 13 mai 2016

Valentine Steeman et Beauty Boy
Valentine Steeman et Beauty Boy © Claude Bigeon

Du 5 au 8 mai, le Festival de complet de Jardy a fait le plein d’engagés avec 680 couples au départ de ces quatre jours. Soixante-et-un chevaux étaient inscrits sur les deux une étoile dont 28 dans le CCI1*.

Une belle majorité de Français mais aucune victoire. Sur le CCI1* c’est la Belge de vingt-cinq ans, Valentine Steeman qui l’emporte avec Beauty Boy, l’ancienne monture d’Arthur Bonneau. Voilà une première victoire pour ce couple qui date de 2014 et qui évolue plutôt sur des deux étoiles. En tête, dès le dressage avec 37,2 points, le couple belge a maintenu son avance après le cross. Un cross qui a causé un peu de dégâts avec quatre éliminés dont des cavaliers très expérimentés : Justine Bonnet/Quacharel du Boisdoré, Thomas Carlile/Vinka’s, Yves Dufresne/Ulzann de Jade et Matthieu Vanlandeghem/Trouble Fete*ENE HN. Dur, dur pour Thomas Carlile, qui était deuxième au provisoire avant le cross et Matthieu Vanlandeghem, troisième. Mais, il se rattrapera avec sa deuxième monture. Thomas et Matthieu chutent en glissant, en serrant un peu trop une trajectoire. Les conditions du cross étaient plutôt idéales, soleil et temps sec. La cavalière belge profite de toutes ces chutes. Une avance d’un peu plus d’une barre (5,4 points) devant le cavalier du Cadre noir Matthieu Vanlandeghem avec Calouchine des 7 Meuse. Troisième au provisoire avec Qranash D’Aumont, Yves Dufresne est un peu plus loin, à 11 points de la leader. L’hippique cause un peu plus de soucis à Valentine Steeman et Beauty Boy qui écopent d’une barre, mais pas plus. Voilà qui leur permet de conserver le leadership sur les deux Français. Valentine Steeman/ Beauty Boy, Matthieu Vanlandeghem/Calouchine des 7 Meuse (sans-faute sur l’ultime épreuve) et Yves Dufresne/Qranash D’Aumont (4 pts sur l’hippique), voilà donc le podium.  Le CIC1* est remporté par le couple néerlandais Elaine Pen/Chivers devant la Belge Laura Loge/Lilly Maleen puis le Français Gilles Bordes/Orion de Cavalhac.