Maxime Livio : « J’avais une envie folle de faire partie de cette équipe de France »
jeudi 10 août 2017

Maxime Livio
Maxime Livio © www.scoopdyga.com

La nouvelle est tombée mercredi en fin d’après-midi : Maxime Livio et Opium de Verrières-JO/JEM ne seront pas de la campagne européenne

Forcément déçu, le n°5 mondial n’en demeure pas moins philosophe et ne garde que le meilleur du stage de préparation avec le staff fédéral à Saint-Martin-de-Bréhal : « Evidemment, c’est toujours décevant, mais ce sont les aléas du métier. On travaille avec des chevaux que l’on aime et que l’on écoute. Mais c’est vrai que j’avais une envie folle de faire partie de cette équipe de France ! J’ai vécu un super stage, vraiment. C’était chouette dans les bons moments comme dans les moins bons. Je suis très heureux de la relation retrouvée avec Thierry (Touzaint) et Michel (Asseray). Je remercie tout le staff pour ce stage. Ils ont vraiment été à l’écoute de mes envies, de mes besoins. Toute notre nouvelle génération (de cavaliers de complet, NDLR), on a des systèmes qui nous permettent d’être performants ; le staff le sait et nous fait confiance. »

Pourquoi ne pas avoir décidé de rester dans l’équipe avec Qalao des Mers-JO/JEM ? « Il n’était pas tout à fait prêt », répond Maxime Livio. « Après Luhmühlen (où il a pris la 5e place, NDLR), le choix a été fait de préparer Opium pour les Europe. Il n’aurait pas été raisonnable pour Qalao d’accélérer sa préparation. Thierry et Michel étaient d’accord avec moi. C’est important que les décisions soient prises ensemble, dans le respect des chevaux. Et ce midi (mercredi, NDLR), on a mangé tous ensemble avec l’équipe, car j’ai tenu à leur expliquer à tous pourquoi je n’y allais pas avec Qalao. »

« Avec le forfait de Donatien (Schauly) et le mien, c’est le plan B qui est mis en place par le staff, mais il a autant de chances de réussite que le plan A. Il faut vraiment croire en cette équipe ! Je suis content pour Matthieu (Van Landeghem) qui va pouvoir vivre ses premiers Europe et je vais être derrière eux et les soutenir à fond. »