Mondial du Lion des 6 ans : le cross ne change pas la donne
samedi 20 octobre 2018

Lion d'Angers
Samedi, c'est jour de cross au Mondial du Lion © Aurélie Covini

Ce samedi, les 6 ans avaient rendez-vous sur un cross qui s'annonçait assez gros mais qui s'est finalement bien déroulé pour l'ensemble des cavaliers. Elisabeth Halliday Sharp garde la tête de ce classement qui n'a que peu changé.

Elisabeth Halliday Sharp était tout simplement heureuse à l'issue de son cross. « Le cheval a été super. Il a été très volontaire et m'emmenait même encore à la fin du parcours. C'était pourtant la première fois qu'il courait une si longue distance », expliquait l'Américaine à l'issue de ce deuxième test qui n'aura finalement que peu modifié le classement provisoire, les sept premiers gardant leur position. Avec Cooley Moonshine, l'Américaine devance les deux Britanniques, Millie Dumas et sa jument irlandaise Universal Cooley puis Kitty King qui était associée à un hongre Selle Français Cristal'Fontaine. « Mon cheval a été assez surpris par le public et ce parcours toujours impressionnant mais il a très bien sauté En Angleterre nous n'avons pas l'habitude de sauter de longues lignes comme ça. Sauter au dessus des dragons quand on est jeune, c'est toujours impressionnant », s'amusait la Britannique qui a trouvé son cheval lorsqu'il avait quatre ans par l'intermédiaire de Xavier Traisnel. « Quand nous l'avons choisi avec mes propriétaires, il était plus orienté saut d'obstacles. Il a même participé à la finale de Fontainebleau en CSO. C'est un vrai bon sauteur mais il a du sang anglo arabe et c'est vrai que le cross lui va bien aussi. J'espère pouvoir aller loin avec lui, revenir l'année prochaine, et pourquoi pas courir un grand championnat !», expliquait Kitty King qui apprécie beaucoup l'énergie de son Selle Français.

Les SF au rendez-vous

Le Selle Français occupe la quatrième place grâce à Coup de Cœur Dudevin (Top Gun Semilly x Le Prince des Bois) associé à l’Australien Christopher Burton « J'ai beaucoup de chance d'avoir un tel cheval. Je l'ai récupéré en début de saison et il est vraiment super. Il appartient d'ailleurs toujours à son naisseur qui a choisi de me le confier avec l'objectif de le voir participer à ce Mondial», expliquait Christopher Burton. Après des débuts à quatre ans en CSO, son naisseur, le Suisse Jean-Louis Stauffer, a choisi de l'orienter vers le complet : « J'ai moi même été cavalier de complet pendant une vingtaine d'année, j'ai même fait le mondial avec une jument de 7 ans, c'était le choix de la passion que de choisir cette discipline », expliquait M. Stauffer vétérinaire et ostéopathe qui suit bien sûr avec grande attention son protégé.

Le meilleur français au provisoire reste Yannick Dirou qui conserve la septième place acquise la veille avec la championne de France California d'Horset : « Comme à l'habitude je suis parti doucement, elle est un peu ''princesse'' et a besoin de voir ce qui se passe autour d'elle. J'avais regardé les premiers parcours et je savais que le temps n'était pas trop court. Dès le numéro 3 elle s'est enclenchée, après ce n'est que du bonheur que de pouvoir évoluer sur un tel terrain avec cette météo et ce public au rendez-vous. C'est vraiment une formidable expérience pour elle », explique Yannick Dirou très satisfait de cette performance.

Dénouement de ce championnat du Monde des 6 ans du Mondial du Lion à partir de 11h, dimanche sur la carrière principale, sous réserve de la validation de la visite vétérinaire programmée à 9h.