Nouvelle vie pour Piaf, le cheval de leur vie
lundi 16 avril 2018

Piaf de B'Neville avec Astier Nicolas et Michel de Chateauvieux à Pau
Piaf de B'Neville avec Astier Nicolas et Michel de Chateauvieux à Pau © Guillaume Grégoire

Vainqueur du CCI*** de Bramham, du CIC*** de Chatsworth, du CCI**** de Pau, 9ème de celui de Badminton et surtout double médaillé - or équipe et argent individuel - aux Jeux olympiques de Rio, Piaf de B'Neville a eu une carrière exceptionnelle avec un duo non moins exceptionnel constitué de son cavalier Astier Nicolas et de Michel de Chateauvieux , chef de file du syndicat qui en est propriétaire. Aujourd'hui l'heure de la retraite a sonné pour Ben. Interview croisée de Michel et Astier

Comment avez vous repéré Piaf ?

Astier Nicolas : "Je l'avais repéré au poney-club de la Seillonne chez Marie-Reine Perié là où j'ai débuté. Il était monté par un jeune et il m'a plu car il avait un galop très facile. il l'avait l'air très sérieux et son attitude générale comme ses allures me plaisaient pour faire du sport.

Michel de Chateauvieux : moi, je l'avais vu éliminé sur le n°1 d'un cycle libre chez Michel Lemoine et c'est celui là que Astier m'a fait acheté ! (rires)

Comment s'est constitué le syndicat autour de Piaf ?

Michel : " J'avais toujours pensé qu'en se mettant à plusieurs on y arrivait mieux. J'ai passé quelques temps du côté de Chantilly et j'ai vu ce qui se passait dans les courses donc je me suis dit : "avec une bande de copains passionnés de complet, on va y aller. Il y avait Jean Roore, Marie Christine de Laurière, Mathieu Lemoine..."

Astier  : " On s'est aussi inspiré des Anglais et notamment de Laura Collett qui avait gagné les championnats d'Europe jeunes cavaliers en 2009. Elle avait de supers chevaux qui étaient syndiqués "

Qui a donné à Piaf son surnom de Ben ?

Astier : "C'est moi, quand j'ai été le récupérer chez son éleveur Jean-Baptiste Thiebot . Il n'est pas très loquace et dans un des moments de silence, avec une troupe d'anges qui passaient au dessus de nous, je me suis plongé sur le passeport de Piaf et en lisant de B'neville j'ai pensé à Ben, un nom sympathique et facile. "

Quelles sont les grandes qualités de Piaf et ses petits défauts ?

Astier : "son mental, sa dévotion, son sérieux, sa force, son coup de saut, son bon galop - Des défauts, il n'en a pas, sauf peut être sa santé un peu délicate  mais cela met encore plus en valeur ses grandes qualités car il a surmonté ses problèmes. "

Quand il a débuté sa carrière, est ce que auriez imaginé ces victoires formidables et ses deux médailles à Rio ?

Michel  : "non mais on avait un contrat moral avec Astier qui était que le cheval qu'on avait acheté atteigne au minimum le niveau trois étoiles;

Astier : " j'ai tout de suite cru en lui. Je pensais clairement qu'il pouvait faire du trois étoiles avec la lucidité et l'optimisme qui me caractérisent. Après, c'est au fur et à mesure du temps passé avec un cheval qu'on s'imagine plein de choses. Mais c'est vrai que le déclencheur pour Michel et moi a été son premier trois étoiles en 2011 à Hartpury où il a été 6ème et juste après il s'est classé 9ème du CIC*** de Blenheim

Michel : "c'est vrai et cette année là on a reçu en Grande Bretagne le prix de la plus belle progression d'un cheval dans la même année et d'ailleurs - petite anecdote - on est toujours à la recherche du trophée que Astier et moi avons a oublié dans le taxi en rentrant à l'hôtel !"

Astier : et le second déclencheur a été la 1ère victoire en 3 étoiles pour le cheval comme pour moi sur le championnat du monde des moins de 25 ans à Bramham (2012)

Vous n'avez jamais douté de lui ?

Michel : "Je n'ai jamais douté car j'avais un cheval doué et je savais que j'avais un cavalier extra ordinaire, qui ne faisait pas les choses comme tout le monde mais qui avait un don de l'équitation.  D'ailleurs au retour de Rio, le DTN Michel Asseray m'a appelé pour me dire : "je te remercie de n'avoir jamais douté du cheval"

Astier : "moi je n'ai jamais douté mais j'ai quand même eu un vrai coup de mou quand il a raté les championnats du monde de Caen pour raison de santé alors qu'il était vraiment sur la bonne dynamique.  Il avait été 9ème de son premier Badminton, un grand moment pour Michel et moi. Alors ça a été dur moralement par rapport à cette échéance manquée.

Avez vous été tenté de le vendre ?

Astier : "Oui après Pau. En fait on a été peu sollicité au début de sa carrière et avec tous les résultats qu'il avait, ça me vexait d'ailleurs un peu pour mon cheval ! Mais après sa victoire sur le CCI**** de Pau,   on nous en a proposé de l'argent. Alors je me suis un peu gratté la tête et j'ai fait comme j'ai l'habitude de faire : j'aime bien savoir ce que les gens pensent, pas forcément pour suivre leur avis mais ça ouvre l'esprit . J'ai demandé 4 ou 5 avis. Ils m'incitaient tous à la vente sauf un et j'ai suivi celui là. Et puis surtout  j'ai eu la chance exceptionnelle d'avoir un mec comme Michel qui disait toujours : "on fait ce que tu dis. Je te suis" c'est quand même assez rare !

Qu'est ce que Piaf vous a apporté ?

Astier : "C'est le cheval de ma vie et ce sera toujours lui. Il m'a donné un statut car c'est le cheval qui fait le cavalier. Il a fait de moi un cavalier et m'a donné mes titres majeurs . J'ai appris énormément sur lui. C'est lui qui m'a forgé sur une longue partie de ma carrière. Et c'est aussi le cheval qui nous a permis de nous rencontrer avec Michel et qui nous a rapprochés .

Michel : "je crois que Astier a tout dit. C'est aussi le cheval de ma vie et qui m'a donné beaucoup d'émotions partagées avec Astier. Rio a été le sommet mais il y a eu aussi son premier Badminton où il est rentré pile poil dans le temps. C'était génial."  

Comment avez vous pris la  décision de le mettre à la retraite ?

Michel : "C'est une décision commune qui répond à notre impératif de ne jamais faire le concours de trop"

Astier : " oui c'est ça. On a eu des signes avant-coureurs en 2017. Le cheval ne revenait pas à son meilleur niveau même s'il a fait des reprises glorieuses.  On a fait Badminton mais avec un peu moins de brillant. En 2018 il a repris  l'entrainement mais je sens qu'il faiblit. On est sur une chaîne de conséquences logiques : il compense un peu devant ,un peu derrière , un peu dans le dos. En gros la transmission, la propulsion, la réception sont un peu émoussées . Si on le repose, il repart mais il tient à chaque fois moins longtemps l'entraînement donc on arrête avant qu'il ne se blesse.

Où va t-il a couler ses jours heureux à la retraite ?

Michel : on a plusieurs options mais on a une priorité c'est Julie qui a été sa première groom. On lui a promis que si elle en avait la possibilité ce serait chez elle qu'il irait à la retraite d'autant qu'elle est née et vit à côté de là où est né Ben.

Astier : "En attendant il va rester chez moi car j'ai tout ce qu'il faut comme patures et on va continuer à le sortir car il va bien. On voudrait aussi le montrer une dernière fois à son public en fin d'année au Lion d'Angers ou à Pau."

Si Piaf pouvait parler, qu'est ce qu'il vous dirait ?

 Astier : " qu'est ce que je peux faire pour toi ?"

Michel : " merci d'avoir toujours crû en moi, de m'avoir permis de mettre en valeur mes capacités et de m'avoir emmené au très haut niveau en privilégiant ma santé"