CHI de Genève : Isabell Werth domine, Pierre Volla 4e
vendredi 09 décembre 2016

Isabell Werth Emilio Geneve 2016
Isabell Werth et Emilio © Scoopdyga

Sans surprise, la n°1 mondiale, Isabell Werth, a dominé le Grand Prix CDI4* du CHI de Genève ce vendredi midi avec Emilio. Pierre Volla réalise la meilleure performance française avec Badinda Altena (4e), juste devant Bertrand Liégard et Star Wars.

Entre 1997 et 2000, le CHI de Genève avait déjà proposé des épreuves de dressage. La discipline fait cette année son grand retour pour le plus grand plaisir des cavaliers. La n°1 mondiale, Isabell Werth, et l’ancienne pilier de l’équipe d’Allemagne, Ula Salzgeber, qui comptent chacune deux victoires dans la RLM genevoise à leur actif, ont fait le déplacement. La première a logiquement dominé le Grand Prix ce vendredi midi, notée 77,580 % avec Emilio (Ehrenpreis), devant Beatriz Ferrer-Salat/Sir Radjah et Marcela Krimke Susmelj/Smeyers Molberg

Freestyle samedi pour Pierre Volla et Bertrand Liégard

Quatre Français sont également en lice. Dans cette première épreuve, Pierre Volla et Badinda Altena ont pris la 4e place avec une moyenne de 71,160 %. « Je sentais qu’elle cherchait à être électrique mais au final je l’ai gérée. Je suis  déçu par les fautes dans les changements de pied et par les piaffers qu’elle a encore faits en deux temps : elle s’y installe mais n’y reste pas. Mais ça continue à évoluer », commente Pierre Volla, qui s’élancera dans la Freestyle samedi à 19h15.

Bertrand Liégard et Star Wars, 5e avec 69,340%, dérouleront aussi leur programme libre : « Le cheval était chaud aujourd’hui, mais il s’est bien comporté en piste. Nous avons malheureusement fait une grosse faute sur le zig-zag et une décevante pirouette à droite. Comme je l’ai senti un peu raide dans le dos je ne lui ai pas non plus trop demandé le trot allongé, mais il a bien déroulé le reste. Il continue notamment à s’améliorer dans les passages et piaffers. »

Perrine Carlier : « c’est magique de monter ici ! »

Leurs fautes aux piaffers et changements de pied ont en revanche coûté cher à Marc Boblet et Noble Dream, 9e avec 67,280 %. Quant à Perrine Carlier, elle termine 13e avec Gracieux v Lindenhof (62,020 %) mais c’était la toute première sortie du jeune couple à ce niveau. « C’est magique de monter ici. C’est vraiment une chance d’avoir été invitée sur un tel concours, s’enthousiasme cette cavalière de trente-sept ans installée à St Julien sur Calonne (14). Je suis déçue de ma reprise car je sais qu’on peut faire mieux, mais c’est seulement la première saison en Grand Prix. Je monte Gracieux depuis qu’il a six ans et nous avons gravi tous les échelons des C au Grand Tour. Il a vraiment bien progressé cette année sur le Grand National, passant de 65 à 67 %, mais il était angoissé là. Je le sentais vraiment ému et impressionné. Il a été super, car il a quand même essayé de faire, il ne m’a pas lâché, mais ce n’était pas facile à gérer, d’où l’écart face au jury en fin de reprise. Nous avons raté les premiers appuyers au trot avant qu’il fasse son crottin puis fauté sur le zig-zag… mais je suis très contente de ses piaffers et passages. C’est un cheval intelligent et sensible qui en a encore beaucoup sous le pied. Il faut que j’arrive à le relâcher sur des événements comme celui-ci. »